Des expatriés parlent de Sotchi

Crédit photo : Reuters

Crédit photo : Reuters

Un Britannique, un Slovaque, un Français et une Américaine nous parlent du trafic, du ministère des Situations d’urgence, des garde-frontières et de la capacité des Russes à rendre les choses simples compliquées.

Brian Birks, Royaume-Uni

Sur la Russie

 Je vis ici depuis neuf mois et ça me plaît toujours. La Russie représente une expérience fantastique pour moi. Sotchi est un petit site touristique où on ne croise que très peu d’habitants locaux. Les vacances et fêtes nationales sont très similaires.

Je viens du Nord de l’Angleterre où nous sommes fiers de notre hospitalité, mais c’est pareil ici. Les Russes sont si accueillants avec moi. Je pensais que tout le monde se comporterait de manière négative avec un étranger comme moi, mais tout le monde m’aide et est souriant avec moi. Étant le seul Anglais ici, j’ai parfois tendance à me sentir seul. Les bons amis russes m’aident toutefois à garder le moral.

Choses folles

 Le trafic ! Le trafic ! Et encore le trafic ! Il y a apparemment peu ou pas de règlementations en matière de conduite. Je me déplace à la fois à moto et en voiture et je suis surpris par le nombre d’accidents qui sont provoqués à Sotchi.

La courtoisie. Au Royaume-Uni, il est de coutume de laisser le passage aux piétons, mais pas ici !!! Une route normale à deux bandes a en réalité quatre voies. Il ne semble pas y avoir de règles sur les routes, tout le monde choisit d’ignorer les policiers ! On roule même derrière eux pour passer dans le trafic…

La population locale s’habille vraiment différemment. Assez curieusement, les hommes russes aiment porter des sacs à main alors qu’au Royaume-Uni, cet accessoire est seulement destiné aux femmes.

La bureaucratie. Obtenir de simples papiers prend trop de temps, et même louer une voiture dure si longtemps. Vous devez avoir un tampon sur chaque document. C’est très bizarre.

Fêtes

 Génial ! La fête et les boissons sont le meilleur moyen de faire connaissance avec ses collègues de travail et la population locale. Je recommande de visiter les restaurants et bars de la ville. J’ai passé plusieurs soirées à consommer de la vodka, du vin et de la nourriture de la région. Et je vais continuer !

J’ai tellement d’amis locaux ici, peut-être parce que je suis le seul Britannique au bureau et que tout le monde veut pratiquer son anglais avec moi.

Cuisine

 J’aime la plupart de la nourriture russe. J’adore le « khatchapouri », par exemple. Je prépare désormais bien plus de plats que lorsque j’étais au Royaume-Uni. Ne cuisinant que pour moi, je peux me permettre de commettre des erreurs car je suis le seul à goûter à mes spécialités.

 


 

Yves Dimier, France

Les Russes étranges

 Cela fait maintenant trois ans que ma famille et moi sommes à Sotchi. Je peux dire que même si nous avons du mal à communiquer avec les habitants de la ville à cause de la barrière de la langue et de la mentalité locale, nous apprécions la vie dans cette ville et ses habitants. Les cultures russe et française ne sont en réalité pas si différentes.

Je suis juste surpris de voir comment les Russes se compliquent parfois la vie sans aucune raison. Ils croient aussi très souvent que la situation est meilleure à l’étranger que dans leur pays. Cela est peut-être dû au fait qu’il se passe toujours quelque chose ici : une surprise, un problème, une solution, une personne qui vous ennuie, une autre qui vous aide… La vie n’est vraiment pas monotone.

Fêtes à table

 En tant que Français, j’aime passer du temps autour d’une table avec de la bonne nourriture, à boire et des gens sympas. Avant, je détestais les toasts lors des soirées (pas parce que nous devions boire à chaque fois mais parce que je trouvais ennuyeux d’entendre tout le temps la même chose), mais maintenant j’apprécie vraiment les discours (sauf ceux qui sont trop formels et pas naturels).

Cuisine

 Ma femme a appris à préparer le plov et j’adore ça !

Temps libre

 J’ai fait beaucoup de randonnée dans les canyons et sur différents pics comme les montagnes d’Achishkho et de Psekhako. J’ai passé des nuits à camper à la montagne avec des amis locaux, ce qui m’a procuré un grand sentiment de liberté !

Que faire ou voir ?

Je ne vais pas citer un lieu en particulier car Sotchi et ses environs comptent beaucoup d’endroits qui valent la peine, différentes ambiances. Lorsque mon frère m’a rendu visite, nous sommes allés dans les « banias » (bains russes).

Et lorsque ma mère est venue, nous avons fait des ballades dans les centres commerciaux, avant de nous promener au bord de la mer et à la montagne (nous avons également pris le train de nuit pour la ville de Mineralnye Vody et la montagne de l’Elbrouz pour un week-end).

Endroits à visiter

 Les restaurants caucasiens et géorgiens, ainsi que les montagnes du Caucase avec leurs magnifiques paysages. Lorsque je suis arrivé ici en septembre 2010, j’ai passé la matinée dans une station de ski à 2 300 mètres d’altitude à prendre du plaisir en nageant, avant de prendre l’apéritif sur la plage le soir !

Histoire folle

 Mon avion ne pouvant pas atterrir à Sotchi, nous avons été obligés de nous poser à Krasnodar. Je ne parlais pas russe et les gens n’étaient pas du tout sympas et aimables. Je ne savais pas quoi faire, ni où aller.

J’ai alors pensé à la mauvaise image de la Russie et à la froideur supposée des Russes. Mais deux dames parlant anglais se sont ensuite occupées de moi. Elles ont appelé un taxi, m’ont amené à la gare, ont acheté les billets, ont pris de quoi manger et boire pour la nuit dans notre wagon de train russe au style ancien. J’ai donc pu, le même jour, voir le côté positif des Russes accueillants et chaleureux. 

 


 

Maros Raper, Slovaquie

Chose formidable sur la Russie 

 J’aime vraiment les voitures russes et leur évolution. Un jour, j’ai rencontré un homme travaillant au ministère russe des Situations d’urgence dans un magasin de sport, et nous nous sommes mis d’accord pour que je le conduise au centre et qu’en échange, il me montre le parc de voitures du ministère ! Il a tenu parole, ce qui m’a rendu très heureux.

Salutations

 J’apprécie le comportement des Russes et le fait qu’ils serrent toujours la main lorsqu’ils se rencontrent : vous devez donc serrer la main de tous vos 55 amis d’école le matin.

Endroits à visiter

 Je préfère les entrainements au club d’escalade ou patiner dans un des deux skateparks de Sotchi. Je conseille également les cascades de Zmeïkovskie ou de d’Orekhovski, ainsi que Poliana Vissotskogo. J’ai un faible pour les rives de la rivière Sotchi, surtout au niveau de Plastounka, mais aussi pour Tchiortovy Vorota, près de Khousta, le parc Riviera, les 33 cascades et la vallée au bas de l’Akhoun.

J’ai fait du canyoning, du ski, de la via ferrata, de l’escalade, de la randonnée, du rappel, etc. 

Bizarreries : Je suis venu à Sotchi en tant qu’étudiant étranger. Je pensais qu’il y aurait beaucoup d’autres jeunes comme moi. J’avais tort car nous n’étions que deux dans toute l’université.

Autre situation étrange : les 23 °C en février ?! Comment les Jeux olympiques d’hiver pourront se dérouler à Sotchi ? J’ai également été surpris de voir qu’on pouvait se procurer de l’alcool durant la journée (de 11h à 22h).

Ce qui me manquera quand je partirai

 L’essence à 0,82€ le litre et ma petite amie russe.

 


 

Lark Davis, États-Unis

La culture russe m’intéresse beaucoup, tout comme la chance de vivre les JO de près. Paradoxalement, je trouve Sotchi un peu ennuyante. Elle semble manquer des avantages propres à une bonne station balnéaire. Et je ne vous parlerai pas des prix élevés !

Il y a aussi ce que j’appelle « le visage du métro » : ne pas sourire en public et d’autres traditions étranges comme ne pas rendre la monnaie directement dans la main.

La vodka russe, le pain noir et le poisson salé me manqueront certainement. Mon Dieu ! J’en rêvais avant de venir ici, tout comme de me rendre aux banias avec quelques Russes dans la neige.

Temps libre

 Je cours, pratique mon russe et vais au café. Tous les conforts des grandes villes comme les clubs sociaux, par exemple, me manquent. J’ai même essayé d’en lancer un ici, sans succès.

Je recommande fortement de passer par les cafés « Stolovaïa », à Rosa Khoutor, et « Tulip Inn’s Amsterdam ». Évitez toutefois le « Radisson » ! J’aimerais montrer à mes amis comment on paye dans les « marchroutkas » (transports en commun privés) en passant l’argent entre les différents passagers.

Mes endroits préférés sont la promenade de la Riviera et Rosa Khoutor. Il y a un magnifique petit café à l’arrêt de bus Teatralnaïa, l’un des meilleurs de la ville.

Bizarreries

 Les babouchkas (vieilles dames) vous criant dessus dans la rue parce que vous ne portez pas assez de vêtements !

Histoire folle

 Passer cinq heures à la frontière avec l’Abkhazie parce que les garde-frontières étaient convaincus que mon visa était faux. Il ne l’était pas mais au moins, ils me racontaient des anecdotes intéressantes en me faisant attendre.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.