Top 10 des espoirs de médailles russes à Sotchi

Aux JO d'hiver, beaucoup d'espoirs de victoire reposent traditionnellement sur les sportifs russes. Cette année, avec la tenue des Jeux à domicile, la pression en sera d'autant plus forte. La Russie d’Aujourd’hui vous présente le top 10 des athlètes russes capables de rafler l'or à Sotchi.

Evgeni Pliouchtchenko, patinage artistique


Crédit photo : Imago / Legion Media

A 31 ans, Pliouchtchenko s'apprête déjà à participer à ses quatrième jeux. Champion olympique à Turin, il a été victime d'une blessure au dos en janvier dernier, lors des championnats du monde à Zagreb. Après une convalescence de 10 mois, le voilà à nouveau sur les patins : début novembre, il a remporté le tournoi Volvo Cup de Riga.

L’entraîneur du sportif, Alekseï Michin, assure que nous retrouverons à Sotchi le Pliouchtchenko des beaux jours, celui qui pendant longtemps n'eut pas son pareil dans le monde du patinage artistique.

Nikita Kroukov, ski de fond


Crédit photo : Imago / Legion Media

Beaucoup se souviennent de l'incroyable sprint final du skieur Nikita Kriukov lors des Jeux de Vancouver. Il était alors parvenu, en compagnie de son coéquipier Alexandre Panjinski, à ravir la victoire à l'ultra-favori de l'épreuve, le norvégien Petter Nothug.

Ce succès n'était pas le fruit du hasard : Kroukov est régulièrement l'auteur de très bons résultats.

En 2013, il est ainsi devenu champion du monde du sprint individuel et par équipe. A Sotchi, l'athlète russe a toutes les chances de devenir le premier double-champion olympique dans cette discipline.

Ekaterina Toudeguecheva, snowboard


Crédit photo : Imago / Legion Media

Ekaterina Toudeguecheva, la meilleure snowboardeuse russe, fut d'abord skieuse. Pour la native de Sibérie, ce changement de discipline fut plus que bénéfique : à 14 ans, elle terminait déjà dans les 20 premières des champions du monde de Kreischberg en Autriche.

Il y a encore peu de temps, le snowboard était considéré comme une chose exotique en Russie. Si aujourd'hui les pentes enneigées attirent des milliers de jeunes à travers tout le pays, des talents de la trempe de Toudeguecheva se font encore attendre.

Le seul espoir russe en snowboard a de bonnes chances de victoire lors du slalom parallèle. Elle hériterait ainsi du titre de double-championne olympique dans cette catégorie.

Ivan Skobrev, patinage de vitesse


Crédit photo : Reuters

En patinage de vitesse, Ivan Skobrev est le plus titré des athlètes russes depuis la fin de l'URSS. Originaire de Khabarovsk, il est considéré comme l'une des principales chances de médaille russe, prêt à s'élancer à la fois pour un titre lors des épreuves de dix et cinq kilomètres, et même sur les distances plus courtes.

Lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux de Vancouver, il fut le porte drapeau de la délégation russe. A Sotchi, le patineur sera la source de nombreux espoirs.

Alexandre Tretiakov, skeleton


Crédit photo : Imago / Legion Media

L'actuel champion du monde de skeleton a donné le coup d'envoi de sa saison le 26 novembre dernier à Calgary, au Canada. Médaillé de bronze à Vancouver, Tretiatkov raffole des pistes nord-américaines, considérées comme les plus dangereuses au monde.

Cependant, les résultats de cette première compétition ne seront pas décisifs, car le Sibérien de 28 ans ne prévoit d'être au top de sa forme qu'en février. A Sotchi, son principal concurrent sera le letton Martins Dukurs. Comme toujours, la victoire se jouera au centième de seconde.

Olga Zaïtseva, biathlon


Crédit photo : AP

L'Allemande Miriam Gössner et la Norvégienne Tora Berger sont les deux principales prétendantes au titre olympique en biathlon, mais les sportifs russes ne sont pas en reste. On compte notamment Olga Zaïtseva qui, à 35 ans, fait figure de leader de la sélection russe.

Championne olympique à Turin et à Vancouver, elle peut pleinement aspirer à une victoire sur sa terre natale. Les dirigeants de l'équipe russe de biathlon ont d'ailleurs réussi à la persuader d'attendre les Jeux de Sotchi avant de mettre en terme à sa carrière.

Tatiana Volosojar et Maxime Trankov, patinage artistique


Crédit photo : Reuters

A Vancouver, le couple de patineur n'avait pas remporté une seule médaille d'or. A Sotchi, la sélection russe, qui a longtemps dicté sa loi dans le monde du patinage artistique, n'attendra qu'une chose : la victoire. Les plus grandes chances de succès incombent au duo formé par Tatiana Volosojar et Maxime Trankov.

Les champions du monde et d'Europe ont très bien entamé leur saison, remportant des victoires convaincantes lors de tournois en Allemagne, au Japon et aux États-Unis.

Favoris cette année, les deux sportifs, dont le programme libre lors des Jeux de Sotchi se fera sur la musique de l'opéra rock Jesus Christ Superstar, assurent que ces derniers résultats sont encore loin de les satisfaire.

Victor Ahn, patinage de vitesse sur piste courte


Crédit photo : AP

La naturalisation d'Ahn Hyun-soo, Sud-Coréen d'origine, a constitué une véritable aubaine pour l'équipe russe de short-track.

Après avoir acquis la nationalité russe en 2011, Viktor Ahn (c'est le nom qu'il s'est choisi pour concourir avec la Russie) a en effet montré d'emblée toute l'étendu de son talent en remportant, dès sa première saison avec sa nouvelle équipe, trois étapes de la coupe du monde et la médaille d'argent sur 500 mètres aux championnats du monde.

Trois fois couronné aux JO de Turin, il devra poursuivre sa provision d'or à Sotchi.

Albert Demtchenko, luge de course


Crédit photo : Imago / Legion Media

A Sotchi, la présence du lugeur de 42 ans aura tout du record : ce sera sa septième participation aux Jeux Olympiques. Lors des trois premières, Albert Demtchenko concourrait sur une luge biplace. Depuis les jeux de Salt Lake City, il lui préfère sa variante à une place.

Ce vétéran des circuits ne s'est jamais hissé sur la plus haute marche du podium. Sa médaille d'argent à Turin constitue jusqu'à présent la meilleure performance de sa carrière. Impossible d'imaginer une plus grande motivation que celle de prendre sa retraite sur une consécration olympique.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.