Le Rugby à 7 arrive à Moscou

Credit photo  : Alexey Filippov / RIA Novosti

Credit photo : Alexey Filippov / RIA Novosti

La sixième Coupe du Monde de rugby à 7 débute vendredi à Moscou au complexe olympique de Loujniki. La compétition qui durera trois jours verra s'affronter 24 équipes masculines et 16 équipes féminines.

Pour l'équipe masculine russe, cette Coupe du monde sera la troisième, en 2001, l'équipe nationale a réussi atteindre la 9è place, et en 2005, elle termina seulement quatrième de son groupe.

L'équipe féminine avait quant à elle terminé à la troisième place de son groupe et avait perdu en demi-finale lors de la première Coupe du monde féminine organisée aux Emirats Arabes Unis.

Dans le rugby classique (rugby à XV), 30 joueurs s'affrontent sur le terrain, 15 joueurs par équipe. Au rugby à 7, l'espace libre est deux fois plus important.

La rapidité du jeu demande une dépense d'énergie, c'est pourquoi pendant les étapes préliminaires des compétitions internationales, les matchs ne durent que deux fois sept minutes et aux moments décisifs, deux fois dix minutes.

Dans le rugby masculin, il y a une concurrence sérieuse, des 24 équipes sélectionnées, seules 8 se disputeront la coupe. L'équipe russe affrontera dans son groupe l'Afrique du Sud, l'Ecosse et le Japon.

Se retrouver en tête du groupe serait un succès majeur pour l'équipe russe.

« Si nous accédons au quart de final ce sera un grand résultat pour notre équipe. Mais notre objectif est de sortir vainqueur de chaque match », a indiqué l'entraîneur en chef de l'équipe nationale Alexander Alekseyenko à l'agence F-Sport avant le début du tournoi.

« Dans le groupe on ne s'attend à ce qu'aucun match ne soit facile, considère le défenseur du club anglais de Northampton et de l'équipe nationale de la Russie, Vasily Artemiev.

« Il faudra se battre avec chaque adversaire, jusqu'au dernier. A la différence du rugby classique, en deux périodes de 7 minutes, les sensations arrivent bien plus souvent ».

La situation s'avère bien plus aisée pour l'équipe féminine dirigée par Pavel Baranovskii, l'ancien entraineur de l'équipe masculine.

Les joueuses russes ont été sacrées championnes d'Europe deux semaines avant la Coupe du Monde, en occupant la deuxième place lors de la première étape, et la première place lors de la deuxième étape européenne de le série Grand Prix.

« Le plus important c'est d'accéder au quart de final, pour pouvoir participer l'année prochaine aux étapes de la série mondiale. Ensuite nous souhaiterions aller plus loin, mais nous aimerions voir les filles en final du tournoi, il y a les prérequis pour cela », a déclaré Baranovskii avant le début de la compétition.

L'intérêt pour le rugby à 7 va croître considérablement du fait de l'inclusion de la discipline aux Jeux Olympiques de 2016 au Brésil.

« La décision olympique a donné a notre sport une incroyable impulsion. Le rugby apparaît désormais dans les programmes des écoles, et le soutien de l'Etat aux équipes masculines comme féminines a également augmenté », a indiqué le directeur exécutif de l'International Rugby Board, Brett Gosper.

L'intérêt témoigné au rugby par le public à Moscou se vérifie actuellement : deux jours avant le début de l'événement, 108 mille billets ont été vendus en trois jours.

Avec les matériaux de RIA Novosti et Rossiskaya Gazeta

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies