Un entraîneur britannique de légende pour les rameurs russes

Le sport russe recourt activement ces dernières années à des entraîneurs étrangers. Les résultats sont généralement positifs. Crédit photo : RIA Novosti / Alexei Koudenko

Le sport russe recourt activement ces dernières années à des entraîneurs étrangers. Les résultats sont généralement positifs. Crédit photo : RIA Novosti / Alexei Koudenko

La Fédération russe d'aviron a signé un contrat avec le légendaire entraîneur britannique Mike Spracklen, qui sera chargé de former huit rameurs russes en vue des Jeux de Rio de Janeiro de 2016. Le spécialiste de 75 ans a pour tâche de faire revivre les traditions de l'aviron soviétique.

« Tous les grands entraîneurs du monde sont surpris par les résultats de l'équipe nationale russe au cours des dernières années, a déclaré Mike Spracklen. La Russie, bien évidemment, a un énorme potentiel, il y a beaucoup de jeunes hommes et femmes de talent, par conséquent, il y a des possibilités de grandes victoires. Pourquoi ne les concrétise-t-on pas ? C'est ce que je dois comprendre ».

Selon le président de la Fédération russe d'aviron Benyamin Bout, « il est évident qu'il faut modifier complètement la situation ».

Mike Spracklen est un spécialiste de renommée mondiale. En tant qu'entraîneur, il s'est fait connaître aux Jeux de Montréal en 1976. Il a alors formé le quatuor britannique avec barreur, qui a remporté la médaille d'argent. Et à Los Angeles en 1984, les Britanniques ont remporté la médaille d'or, qu'ils n'avaient pas obtenue depuis 1948, confirmant leur niveau quatre ans plus tard à Séoul.

Soit dit en passant, cette équipe gagnante comprenait le légendaire Steven Redgrave, qui a plus tard remporté quatre éditions des JO. En plus de l'équipe britannique, Mike Spracklen a également entraîné les sélections des États-Unis et du Canada. Avec les Américains, il a excellé à la Coupe du Monde de 1994, et avec les Canadiens il a remporté deux fois les Jeux olympiques (1992, 2008).

« Pour moi, c'est un nouveau défi et je l'ai accepté parce que la Russie veut vraiment faire revivre les traditions de l'école soviétique. Sans cette volonté, il serait impossible de  reconstruire l'édifice. Je vais partager mon expérience et diriger les athlètes dans la bonne direction », a indiqué l'entraineur de légende de 75 ans.

Le sport russe recourt activement ces dernières années à des entraîneurs étrangers. Les résultats sont généralement positifs. On peut rappeler le bronze de l'équipe nationale de football russe au Championnat d'Europe en 2008 sous la direction de Guus Hiddink.

Et aussi noter la médaille de bronze de l'équipe de basket-ball russe, dirigée par David Blatt, aux JO de Londres. Ou encore l'énorme succès des judokas russes qui, sous la direction d'Ezio Gamban, ont remporté à Londres trois médailles d'or.

Source : Kommersant.ru

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.