Pékin-Paris 2013: la moitié de l'itinéraire russe franchie

Source : avtoretro.com

Source : avtoretro.com

Près de 90 voitures rétro se sont arrêtées pour la nuit à Ekaterinbourg, puis ont traversé les montagnes de l'Oural, et se sont dirigées vers l'ouest de la Russie. Sept jours de mauvaises routes en Mongolie ont constitué une véritable épreuve pour les participants et les véhicules. Cependant, presque tous les participants interrogés ont répondu qu'ils recherchaient avant tout l'aventure et le «défi». Le parcours à travers la Russie est simple, mais de nouvelles épreuves y attendent néanmoins les participants.

Le «Pékin-Paris 2013», ce sont 96 équipes de 26 pays. La plupart sont Australiens, Américains et Britanniques. Une équipe japonaise est également présente. Pour la première fois, des Polonais et des Russes prennent part à la course (liste des participants).

On trouve beaucoup d'équipes familiales : pères et fils, frères, couples mariés. La majorité des participants ont des sites Web, des blogs, comptes sur les réseaux sociaux, où ils partagent leurs impressions sur le rallye.

Par exemple, les Autrichiens Willy Höpflinger et Norbert Thurner en Packard Six 1939 décrivent leurs premiers kilomètres sur les routes de Russie : « Nous traversons la vraie Russie, on passe devant de petites maisons en bois et des jardins. C'est la même chose que chez nous il y a 50 ans. Nous découvrons un magnifique paysage de montagnes et de vallées. Tout est vert et ressemble à l'Autriche. Ça doit être la nostalgie ».

Dans chaque ville, les participants du rallye sont accueillis par des bénévoles de clubs automobiles locaux. On les aide à réparer leur voiture, parfois on recrée des pièces cassées dans les ateliers. Beaucoup de voyageurs emportent avec eux des souvenirs mongols - des crânes d'animaux à cornes, nombreux dans le désert.

De la bière, une douche et dormir - tel est le rêve de la plupart des participants arrivés à Ekaterinbourg. « Où est la bière?", est la première chose qu'ont demandé au public les Autrichiens Ingo Strolz et Werner Gassner sur une énorme «American La France». La voiture de 1917 a un moteur de 14 litres et des dimensions monstrueuses

Les Canadiens Kim Widrick et Len Treeter sur Chevrolet Impala 1960 étaient les mieux préparés. Ils sont sortis de la voiture en chapeaux de cow-boy et ont immédiatement ouvert une canette de bière. Len travaille dans le commerce du bois et Kim dans la restauration de voitures. Ils disent qu'ils pensaient que les Russes étaient antipathiques et désagréables.

Cependant, sur le chemin, ils ont rencontré des gens ouverts et prêts à aider. Ils faisaient le voyage pour la première fois. La voiture fonctionne bien, et eux-mêmes sont en forme.

}

Les participants devront parcourir 12.247 km. Le créateur de l'itinéraire Kim Bannister a rappelé qu'en 2007, le rallye avait déjà traversé la Russie. Cette fois, les organisateurs ont fixé l'objectif de passer non seulement à travers les principales artères du pays, mais aussi de voir des régions moins connues.

La moitié de l'itinéraire russe a déjà été franchie. Mais pas pour l'équipage russe numéro 61. Boris Lytkin et Evgenii Smirnov en Moskvitch-412 de 1979 sont les seuls participants qui se sont rendus à Pékin par leurs propres moyens.

Les autres voitures ont été acheminées en train et en bateau. Ainsi, la voiture russe a déjà roulé à travers la Mongolie deux fois. Les Russes rentreront en outre dans leur ville sibérienne de Barnaul depuis Paris en Moskvitch.

« Nous avons décidé ainsi non pas pour faire les originaux, mais pour économiser de l'argent », a dit Evgeny Smirnov.

Sur les routes de Mongolie plusieurs équipages ont été distancés. Mais la Moskvitch russe, en dépit d'une double sortie de route dans le désert, est dans le peloton de tête.

« D'autres voyageurs sur leurs blogs se sont moqués de nous : les Russes arrivent à l'aire de stationnement, ils essuient les phares et vont au lit, tandis que les autres participants vont réparer leur voiture », raconte Evgenii. En effet, l'équipage 61 n'a pas eu de problèmes majeurs avec sa voiture. 

Malheureusement, un drame est survenu sur la route. Sur la route d'Omsk à Tioumen l'une des voitures du rallye - une Chevrolet C10 - a eu un accident. Une collision frontale s'est produite avec une Volkswagen Polo qui roulait sur la voie contraire, tuant le conducteur et son enfant de trois mois, ainsi que la participante du rallye Emma Wilkinson (Royaume-Uni). Elle participait au rallye avec son mari et ses deux frères.

Une partie de la compétition a été annulée en raison de la tragédie, mais le voyage s'est ensuite poursuivi. Le Rallye « Paris-Pékin » se terminera le 29 juin. Avant cela, les participants avaleront de nombreux kilomètres sur les routes de Russie, d'Ukraine, de Slovaquie, d'Autriche et de France.

Lisez plus sur les automobiles

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.