Roland Garros :

Sharapova, première après Williams

En finale, Sharapova n'a pas réussi à profiter pleinement des erreurs de l'adversaire, et Maria a elle-même commis des fautes directes. Crédit : AP

En finale, Sharapova n'a pas réussi à profiter pleinement des erreurs de l'adversaire, et Maria a elle-même commis des fautes directes. Crédit : AP

En dépit de son excellente forme tout au long du tournoi de Roland Garros, Maria Sharapova a été incapable de défendre son titre : lors de la finale, la Russe n'a pas été en mesure de présenter des arguments probants face au jeu surpuissant de Serena W illiams.

Le court central parisien Philippe Chatrier a été le théâtre de nombreuses finales de Roland Garros impliquant des sportifs russes : il y a neuf ans, en 2004, il a accueilli une finale historique pour le tennis russe opposant Anastasia Myskina et Elena Dementieva. En 2006, Svetlana Kuznetsova a perdu en finale contre Justine Henin, et en 2008 Dinara Safina s'est inclinée devant Ana Ivanovic. Un an plus tard, lors de la seconde finale 100% russe de l'histoire de Roland Garros, Svetlana Kuznetsova a pris le dessus sur Safina. L'année dernière a été marquée par le sacre de Maria Sharapova: en finale de Roland Garros 2012, elle a vaincu l'Italienne Sara Errani.

Cette année, Sharapova s'est rendue à Roland Garros en tant que l'une des principales prétendantes à la victoire. Ce printemps, la Russe a acquis une forme excellente: les victoires au tournoi d'Indian Wells en Californie et à Stuttgart, en Allemagne, ont inspiré la confiance aux nombreux fans de Maria. Fait agréable pour les admirateurs de la diva du tennis russe, Sharapova avait remporté cinq de ses six dernières victoires sur terre battue.

Cependant, les chances de la Russe de défendre son titre sur les courts parisiens ont été sérieusement amenuisées par la forme phénoménale de l'Américaine Serena Williams. Cette dernière se rendait à son second tournoi du Grand Chelem de l'année avec un impressionnant bagage de 24 victoires consécutives et quatre tournois WTA remportés à la suite.

Le bilan des rencontres personnelles de Sharapova et Williams est éloquent: 13 victoires à 2 en faveur de Serena, que les bookmakers qualifiaient à la veille de Roland Garros de favorite incontestée. Cependant, malgré le bilan mitigé des rencontres personnelles, complété cette année par des défaites en finale des tournois de Doha, Miami et Madrid, Sharapova semblait être la seule parmi les meilleures raquettes mondiales à pouvoir défier la redoutable joueuse américaine.

Les premiers matchs sur les courts parisiens n'ont fait que confirmer les prédictions des experts : Maria et Serena évoluaient avec aisance dans la grille du tournoi, décimant littéralement leurs adversaires. Sharapova a aisément battu Hsieh Su-Wei (Thaïlande), puis la Canadienne Eugénie Bouchard, la Chinoise Zheng Jie et l'Américaine Sloean Stevens.

En quart de finale, Sharapova a cependant connu un moment très difficile lors de sa confrontation avec la Serbe Jelena Jankovic. Dès le départ, Sharapova a concédé un grand nombre de fautes directes. De son côté, son adversaire n'a pas montré un jeu spectaculaire, se contentant de ne pas commettre de fautes, ce qui a rendu Maria nerveuse. Cependant, plus tard dans le match, Sharapova est parvenue à se reprendre, montrant son caractère inimitable et ne laissant à Jankovic aucune chance au cours des deux sets suivants.

Maria a réussi à obtenir son billet pour la finale lors d'un match difficile contre le vainqueur de l'Open d'Australie 2013, la Biélorusse Victoria Azarenka. Azarenka fait partie du cercle très fermé des joueuses de tennis pouvant se targuer d'un bilan positif de ses rencontres avec Maria Sharapova. Avant Paris, les joueuses biélorusse et russe ont réalisé 12 matchs, dont sept se sont conclus en faveur d'Azarenka.

Serena, de son côté, a sur le chemin de la finale battu, entre autres, la Russe Svetlana Kuznetsova, dont les nerfs ont flanché face à la puissante Américaine, et l'Italienne Sara Errani.

Sharapova contre Williams - difficile d'imaginer une affiche plus alléchante pour attirer un large public. Les deux joueuses de tennis sont très populaires partout dans le monde, et pour les organisateurs du tournoi, une finale aussi prestigieuse est une chance. Cependant, dans ce cas, la popularité médiatique des athlètes correspond pleinement à leur statut sportif : le duel des première et deuxième raquettes du monde en finale d'un tournoi du Grand Chelem pouvait difficilement être qualifié d'inattendu.

Avant la finale, Sharapova semblait confiante dans ses capacités. « Je suis heureuse d'avoir une nouvelle chance d'affronter Serena à un tel niveau. Elle domine le tennis depuis l'année dernière. Son succès est frappant, mais lors de la finale de l'Open français cela n'aura pas d'importance, parce que nous partons de zéro. Il faut jouer de la première à la dernière balle et croire en soi », a déclaré Sharapova lors d'une conférence de presse avant la finale.

La finale a été très serrée : Serena ne rappelait aucunement un robot envoyant des balles parfaitement calibrées sur la ligne arrière et alignant les services puissants. Toutefois, Sharapova n'a pas réussi à profiter pleinement des erreurs de l'adversaire, et Maria a elle-même commis des fautes directes. En outre, la qualité du jeu a été affectée par le vent fort qui faisait rage en ce samedi après-midi à Paris. En fin de compte, Serena a remporté le match en deux sets 6-4, 6-4: à chaque set, elle a eu plus de précision et de sang-froid que son adversaire.

La victoire de Serena Williams a été conquise au forceps au terme d'une longue attente : l'Américaine n'avait pas gagné à Paris depuis 2002. Il convient de noter que la terre battue n'est pas la surface préférée des joueuses; cependant, la forme incroyable de Sharapova et Williams n'a laissé aucune chance à leurs rivales.

Lisez plus sur le tennis russe

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies