Cyclisme : Denis Menchov annonce sa retraite

Pour sa persistance et son apparence menaçante, Denis Menchov est surnommé par la presse néerlandaise « La Tempête calme » et « L’assassin silencieux ». Crédit : Reuters

Pour sa persistance et son apparence menaçante, Denis Menchov est surnommé par la presse néerlandaise « La Tempête calme » et « L’assassin silencieux ». Crédit : Reuters

Le coureur cycliste russe Denis Menchov de l’équipe Katusha, a annoncé dans une interview à l’agence russe R-Sport sa retraite sportive. L’athlète n’avait pas pu participer au Giro et a finalement décidé de raccrocher le vélo.

Menchov a commencé sa carrière professionnelle en 2000, ayant conclu un contrat avec l’équipe espagnole Banesto. C'est surprenant, mais le jeune originaire de la ville russe d’Oriol (360 km de Moscou) a facilement réussi à s’adapter dans un nouvel environnement culturel et linguistique.

« Durant mes premiers mois à Banesto, je parlais français », se souvient Menchov dans son interview à R-Sport. « J’avais de bonnes notes en français au lycée et cela m’a alors beaucoup aidé, car nous avions souvent des compétitions en France ou en Belgique francophone. Plus tard, j’ai acheté des manuels d’espagnol. Quand vous avez vraiment besoin de parler une langue, croyez-moi, vous faites de votre mieux pour l’apprendre. Je suis arrivé début février, et déjà en mai je parlais espagnol couramment. Et je n’avais pas d’accès à Internet, juste un guide de conversation, deux manuels et un dictionnaire. A un certain moment, j’ai compris que je n’avais pas besoin de manuel et que je pouvais parler ».

En 2001, le jeune coureur attire l’attention des experts en discipline en remportant le Tour de l’Avenir qui met aux prises les coureurs espoirs. Mais c’est l’année 2003 qui marque un vrai tournant dans sa carrière: il obtient une très bonne 11ème place au classement général du Tour de France et endosse le maillot blanc de meilleur jeune.

S’ensuit en 2004 un transfert à l’équipe néerlandaise Rabobank, au sein de laquelle le coureur réalise ses plus grandes performances. « J’aimais Rabobank en tant que projet; en plus, et je ne vais pas le cacher, du point de vue financier, c’était une très bonne proposition par rapport aux autres », dit Menchov. « Il y avait une différence considérable par rapport à Banesto. En général, j’aime plus la mentalité hollandaise : on explique tout très clairement et sans ambiguïté, et ça me convient ! ».

Pour sa persistance et son apparence menaçante, le coureur est surnommé par la presse néerlandaise « La Tempête calme » et « L’assassin silencieux ». Il se montre plutôt ironique vis-à-vis de ces surnoms. « La Tempête calme, vous êtes sérieux  Je n’aime pas parler après la course, d’autant plus si elle est importante, et c’est tout ».

C’est au sein de Rabobank que Menchov obtient son premier podium de grand tour lors de la Vuelta 2005, terminant deuxième au classement général; par la suite, le vainqueur de la course, l’Espagnol Roberto Heras, est disqualifié pour dopage, et Menchov est officiellement désigné vainqueur de cette édition du Tour d’Espagne... jusqu’en 2012, quand la sanction d’Heras est annulée par la justice espagnole et il redevient donc lauréat. L’année 2007 marque la première victoire de grand tour pour Menchov qui remporte d’abord la Vuelta, et puis le Giro en 2009.

C’est cette dernière victoire que le coureur considère comme principale. « La victoire au Giro, c’est sans aucun doute ma plus grande réussite. C’était une journée très émouvante, une journée de la victoire, après un mois de travail acharné. La lutte était très intense. J’étais vraiment submergé d’émotions... Cette année, je n’ai pas pu prendre part au Giro en raison de problèmes de genou. C’était mon but principal pour cette saison et j’ai donc compris que c’était le moment de mettre fin à ma carrière. »

Au début de la saison de 2012, Menchov s’engage avec l’équipe russe Katusha. L’année dernière, le coureur cherchait à gagner le Tour de France, mais n’a finalement obtenu que la 15ème place. Le Russe a en outre remporté une étape à la Vuelta 2012, et représentait la Russie aux Jeux olympiques de Londres pour la course en ligne et le contre-la-montre.

Quant à ses projets pour l’avenir, Denis Menchov dit : « Un jour, je vais probablement m’asseoir quelque part sous le soleil de juin, boire de la bière et suivre une étape de quelque course aux Pyrénées, en supportant Katusha ».

D’après Kommersant et R-Sport.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies