Bandy : l’histoire du « hockey russe »

En finale du championnat du monde de bandy, l’équipe russe s’est imposée face aux Suédois 4 à 3. Crédit : АFP/East News

En finale du championnat du monde de bandy, l’équipe russe s’est imposée face aux Suédois 4 à 3. Crédit : АFP/East News

La Russie et la Suède sont les deux meilleures nations de bandy, ayant pris part à la quasi-totalité des finales des mondiaux de cette discipline.

Début février, la Suède a accueilli le championnat du monde de bandy. En finale, l’équipe russe s’est imposée face aux Suédois 4 à 3, regagnant le titre perdu il y a un an durant le tournoi mondial qui avait eu lieu au Kazakhstan.

La Russie et la Suède sont les deux meilleures nations de bandy, ayant pris part à la quasi-totalité des finales des mondiaux de cette discipline, et c’est seulement la Finlande qui réussit de temps en temps à concourrir avec les deux géants. En outre, le groupe A du championnat du monde de bandy, qui réunit les meilleures équipes de la planète, comprend habituellement le Kazakstan, la Norvège et la Biélorussie. Les États-Unis et le Canada sont les leaders du groupe B.

Grâce aux efforts des fonctionnaires du sport russe, le bandy a été il y a quelques années reconnu par le Comité international olympique, et pourrait ainsi être inscrit au programme des Jeux olympiques d’hiver dans l’avenir. Toutefois, bien que le bandy soit un sport de démonstration aux Jeux de Sotchi en 2014, il n’a pas beaucoup de chances d’être reconnu pleinement en tant qe discipline olympique.

Un sport est inclus dans le programme olympique si le CIO décide qu’il est largement pratiqué dans le monde. En essayant de satisfaire cette exigence, la Fédération internationale de bandy (FIB) accepte tout pays qui déclare une volonté de développer ce jeu. Ainsi, la FIB compte parmi ses participants l’Inde, l’Afghanistan, l’Australie, l’Arménie et l’Argentine, qui n’ont même pas d’arénas assez grands pour organiser des matchs, sans parler d’équipes existantes. L’Inde est ainsi membre de la FIB depuis onze ans, mais n’a jamais participé aux championnats du monde. Il est à noter quand même qu’en 2012, le mondial de bandy a, pour la première fois, accepté parmi les participants l’équipe japonaise, tandis que l’année 2013 a marqué l'arrivée de l’Ukraine dans ce tournoi.

Le bandy se pratique sur des terrains de football gelés. Un match dure 90 minutes en deux mi-temps entrecoupées d’une pause. Chaque équipe compte sur le terrain onze joueurs dont un gardien de but. Le sport consiste à projeter une balle d’une masse d’environ 60 grammes et d’un diamètre de 63 mm, à l'aide d'une crosse, dans le but défendu par les joueurs de l'équipe adverse, en se déplaçant sur des patins à glace. Le but mesure 3,5 mètres de large et 2,1 mètres de haut. Le gardien, muni de gants rembourrés et de grandes jambières, arrête les tirs mains nues. Une faute dans la surface de réparation est sanctionnée, comme en football, par un penalty, le point de penalty étant à 12 mètres de la ligne de but.

Auparavant, la balle de bandy était orange, mais elle est devenue framboise pour être mieux aperçue à la télévision. Toutefois, le bandy n’est pas vraiment un sport bien adapté pour la télédiffusion : la balle est toujours difficile à voir sur le petit écran, surtout durant des passes rapides.

Les matchs de bandy se passent souvent dans des conditions météorologiques extrêmes, surtout en Russie. Durant le championnat du monde de 1999 organisé dans la ville russe d’Arkhangelsk (nord), il faisait près de -38° C, et certains matchs ont même dû être divisés en trois mi-temps de 30 minutes.

}

Le bandy, appellé souvent « hockey russe », est considéré en Russie comme un sport national. Mais en fait, ce sport est apparu au Royaume-Uni à la fin du XIXe siècle, avant d’être exporté vers l’Empire russe en 1989. Le premier championnat de l’URSS a eu lieu en 1928.

Le premier tournoi international officiel de bandy a été le championnat d’Europe de 1913 qui a réunit les équipes d’Autriche, d’Angleterre, de Belgique, d’Allemagne, d’Italie, des Pays-Bas, de France et de Suisse. L’Angleterre y a décroché le titre de champion européen. Toutefois, la Première Guerre mondiale, qui a commencé un an plus tard, a considérablement entravé le développement international du bandy.

Un championnat du monde de bandy a été mis en place à partir de 1957. L’équipe soviétique, puis russe, a remporté l’or du tournoi mondial 21 fois, la Suède étant la deuixème avec 11 titres et la Finlande troisème, ayant décroché un seul titre en 2004. Pendant longtemps, seulement quatre équipes - la Russie, la Suède, la Finlande et la Norvège - participaient au championnat du monde. Les États-Unis ont fait leurs débuts au tournoi mondial durant les années 1980. Et après la dislocation de l’URSS, la république ex-soviétique du Kazakhstan est devenue également un des leaders du sport.

Le bandy était très populaire en URSS, les matchs du championnat national réunissant habituellement de 20 à 50 milliers de spectateurs. Pour faire face au froid, les supporteurs buvaient habituellement des boissons alcoolisées. Maintenant, il est interdit en Russie de boire de l’alcool durant des événements sportifs, et la popularité du bandy a chuté.

Il n’y a qu’une seule équipe russe - le Dynamo de Moscou - qui joue dans une arène couverte. Pourtant, les matchs de l’équipe ne réunissent que des centaines de spectateurs, l’opinion populaire russe stipulant que le “vrai” bandy se pratique en plein air.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.