Evguenia Kanaeva met fin à sa carrière

Lors des compétitions, Evguenia Kanaeva est toujours très concentrée, sérieuse et ... inaccessible pour les journalistes et les fans. Crédit : Anton Denissov/RIA Novosti

Lors des compétitions, Evguenia Kanaeva est toujours très concentrée, sérieuse et ... inaccessible pour les journalistes et les fans. Crédit : Anton Denissov/RIA Novosti

La star mondiale de la gymnastique rythmique Evguenia Kanaeva poursuivrait sa carrière en tant qu'entraîneur.

 « Il n'y a pas d'athlètes invincibles, mais certains sont inoubliables. J'ai toujours voulu être comme ça », a déclaré sur un ton rêveur la gymnaste Evguenia Kanaeva. Non pas en 2003, quand elle a remporté sa première victoire dans un tournoi international junior, mais en 2012, en empochant sa deuxième médaille d'or.

Temps forts de la carrière d'Evguenia Kanaeva

Lors des Championnats du Monde de 2009 à Mie (Japon), Kanaeva a remporté six médailles d'or sur six, battant le record établi en 1992 par une autre Russe, Oksana Kostina (cinq médailles d'or).

Lors du championnat du monde en 2011 dans la ville française de Montpellier, Kanaeva a répété son incroyable exploit. Au terme du tournoi, elle est devenue l'unique personne à être devenue championne du monde de gymnastique rythmique à 17 reprises.

Le 16 octobre 2011 lors du Grand Prix de Gymnastique rythmique dans la ville tchèque de Brno, Evguenia Kanaeva a conquis la reconnaissance absolue des arbitres : 30 points au ruban sur une échelle de notation de 30 points.

Aux Jeux Olympiques de 2012 à Londres, elle est devenue la première double championne olympique de gymnastique rythmique.

Au cours de sa brillante carrière, Kanaeva a certainement mérité de nombreux épithètes et les compliments les plus flatteurs – invincible, inoubliable, inimitable, prima, reine, étoile. Mais après les Jeux olympiques de Londres, les fans se demandaient fébrilement : la verrons-nous triompher à nouveau ?

« Je n'ai pas eu le temps de savourer cette victoire, et vous m'interrogez déjà sur les Jeux de Rio de Janeiro », déclarait Evguenia tentant d'expliquer son sentiment. « Dans le sport, un jour vous êtes une idole, le lendemain plus personne, rien n'est permanent. J'ai volé très haut, et il a été très difficile de se maintenir à ce niveau pendant quatre ans. Bien sûr, à Pékin, je me suis beaucoup entraînée, mais après Pékin on attendait de moi quelque chose de nouveau. Et beaucoup attendaient l'apparition d'une nouvelle personne, capable de devenir un leader de la gymnastique rythmique. La vie ne s'arrête jamais. Je devais trouver des images plus vives, apprendre des éléments plus complexes,  bref, me développer et ce n'était pas facile. Mais j'avais un but – atteindre le sommet que j'avais déjà conquis ».

Mais dans la vie, il y a d'autres sommets que l'Olympe. Il semble désormais que ceux soit eux que vise Evguenia. Elle termine l'université, étudie l'anglais et s'habitue à son nouveau poste dans la Fédération russe de gymnastique rythmique, dont elle est membre du comité exécutif et vice-présidente. Soit dit en passant, c'est en se présentant en cette qualité qu'Evguenia a osé prononcer les mots fatidiques.

« J'ai vraisemblablement mis fin à ma carrière », a déclaré Kanaeva aux journalistes après une conférence de la Fédération en décembre de l'année dernière. « J'aurais pu rester et continuer à travailler. Mais en plus des entraînements, je veux découvrir quelque chose de nouveau. Je n'exclus pas de poursuivre ma carrière non seulement au sein de la Fédération, mais aussi en tant qu'entraîneur ».

Fait intéressant, l'entraîneur personnel de Kanaeva, Vera Shtelbaums, commentant la nouvelle officielle parue un mois plus tard, a laissé espérer les millions de fans de l'athlète russe:

« Elle ne sait pas encore à 100%. Elle semble avoir jeté l'éponge, mais d'un autre côté... Il n'y a pas de certitude. Regardez par exemple Alina Kabaeva, elle a repris deux ans après avoir tiré sa révérence. Si Evguenia décide de revenir, elle est encore capable de gagner : son entraînement physique le lui permet. Mais impossible de dire comment les choses vont se dérouler ».

Lors des compétitions, Evguenia Kanaeva est toujours très concentrée, sérieuse et ... inaccessible pour les journalistes et les fans. Derrière l'apparente facilité à réaliser des pirouettes devant le public se cache un travail de titan. Toutes ses forces, ses émotions, et ses sourires, l'athlète les laisse sur le tapis.

Cependant, dans ses conversations privées, Kanaeva est non seulement une virtuose de la gymnastique, mais aussi une personne ouverte et sincère, tout simplement.

« Les émotions ressenties en compétition sont emmagasinées et font parfois brutalement surface comme une vague », explique Evguenia. « A ce moment, le sentiment de déjà vu est étrange, mais très agréable. Les médailles, les prix – tout est secondaire. Vous comprenez, j'aime tout simplement être dans la salle, m'entraîner ou faire des compétitions. La gymnastique est un plaisir pour moi ».
 
Un ruban harmonieux, un ballon énergique, des massues dynamiques et un cerceau souple... Evguenia Kanaeva remercie toujours d'un baiser les objets l'aidant à briller sur le tapis. On se prend à espérer que l'on reverra ce geste au moins lors des spectacles de démonstration. 

Les stars parlent de la star

Yulia Barsukova, championne olympique de gymnastique rythmique en 2000 à Sydney:

« Pour Evguenia Kanaeva, la gymnastique fait partie intégrante de la vie. Je peux imaginer à quel point il était difficile de réaliser deux cycles olympiques et d'être toujours la meilleure, de rester leader. C'est une grande responsabilité, et cela coûte beaucoup de travail et de patience. C'est une personne très talentueuse. Alors tout ira bien pour elle, même en dehors du sport. Le sport rend fort, forme le caractère, et forge l'attitude ».

Natalia Ichtchenko, triple championne olympique, 16 fois championne du monde et neuf fois championne européenne de natation synchronisée:

« Pour moi Kanaeva est le meilleur athlète de l'histoire de la gymnastique rythmique. Elle est unique. Et elle absolument maximaliste, elle se donne toujours à fond lors des entraînements, sans parler des compétitions. Et cela se voit toujours, ça se sent. Et quand on suit ses performances, on y prend un immense plaisir ».

 


Le 21 janvier, la double championne olympique de gymnastique rythmique, Evguenia Kanaeva a, contre toute attente, communiqué à l’agence R-Sport qu’elle n’avait pas l’intention de mettre un terme à sa carrière sportive, alors que cette information avait été publiée sur le site officiel de la Fédération russe de gymnastique rythmique.

 

« Je n’avais pas l’intention d’annoncer la fin de ma carrière. Je dois aujourd’hui m’occuper de ma santé. Quand je serai rétablie, alors je déciderai », a déclaré Evguenia Kanaeva. La sportive russe suppose que cette annonce a été publiée parce qu’elle ne participe pas régulièrement aux entraînements et aux contrôles antidopage.

Toutefois, même si Kanaeva décide de ne pas quitter le monde du sport, il y a, selon ses dires, peu de chance qu’elle participe aux Championnats du monde qui auront lieu à Kiev en août et septembre 2013.  

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.