Poutine, l’art de répondre du tac au tac

Es gab keine großen Überraschungen bei Putins Fragestunde. Foto: EPA

Es gab keine großen Überraschungen bei Putins Fragestunde. Foto: EPA

Le 15 juin, Vladimir Poutine tiendra sa séance annuelle de questions-réponses avec la population, appelée « Ligne directe ». Une tradition lancée en 2001 qui devient chaque année plus longue et plus populaire. RBTH présente les répliques les plus ingénieuses du chef de l’État.

Ceux qui souhaitent poser une question à Vladimir Poutine peuvent s’adresser au président via la poste, leur téléphone ou les réseaux sociaux Facebook et VKontakte. Les sujets qui reviennent chaque année sont les loyers et les problèmes de logement (15%), les droits et libertés de l’homme et du citoyen (12%) et la politique intérieure (8,5%). En outre, les Russes sont toujours intéressés par la situation sur le marché du travail, le développement de l’industrie et des infrastructures, la santé publique et la corruption. Le record de durée revient à la séance de 2013, avec 4 heures et 47 minutes. Le record en termes de nombre de spectateurs a été enregistré en 2015 avec quelque 3,25 millions de personnes.

Crédit : Alexander Vilf/RIA NovostiCrédit : Alexander Vilf/RIA Novosti

2014

Albina, 6 ans : « Pensez-vous que le président Obama serait prêt à vous sauver si vous étiez en train de vous noyer ? ».

Vladimir Poutine : « Je voudrais que cela ne m’arrive jamais. Pourtant, vous le savez, outre les relations internationales, il y a l’entente personnelle. Je ne peux pas dire que nous avons des relations personnelles particulières avec le président américain, mais je pense que c’est un homme assez courageux qui le ferait ».


Faïna Ivanovna, retraitée : «  Avez-vous l’intention de rattacher l’Alaska à la Russie ? Nous en serions contents. Merci ».

Vladimir Poutine : « Faïna Ivanovna, ma chère, que feriez-vous de l’Alaska ? <…> Nous sommes dans un pays nordique dont 70% du territoire est situé dans le Nord et le Grand Nord. L’Alaska, est-ce l’hémisphère sud ? Il y fait froid aussi. Alors ne nous emballons pas ».

2015

Timofeï, 4 ans : « Je suis de Naltchik (Caucase du Nord) et j’ai quatre ans. Je veux devenir président depuis ma naissance. Est-il difficile de l’être ? Combien d’heures dormez-vous ? Parce que moi j’aime beaucoup dormir. Merci ».

Vladimir Poutine : « Est-il difficile d’être président ? Tu le pourras à condition de le vouloir ; à en juger d’après ton caractère, ton humeur et ton enthousiasme, tu y arriveras. Et si tu aimes dormir, c’est très bien. C’est que le pays aura un président en bonne santé ».

K. Kleïmionov : « Ne croyez-vous pas que vos amis profitent de votre bonté ? ».

Vladimir Poutine :« Pourquoi seulement mes amis ? Tout le monde en profite ».

2016

Anastassia, 9 ans : « Quelle est votre attitude envers la bouillie au petit déjeuner ? Aimiez-vous toutes les bouillies dans votre enfance et que faisiez-vous quand vous étiez obligé d’en manger une que vous n’aimiez pas ? ».

Vladimir Poutine :« Pour les bouillies, j’en mange tous les matins avec plaisir. Aujourd’hui c’était une bouillie d’orge perlé ».

P.S. « Votre goût pour les bouillies a-t-il changé avec l’âge ? ».

Vladimir Poutine :« Oui et en mieux. Moins on a de dents, plus on aime les bouillies ».
(Rires, applaudissements)

Lire aussi : 

Pas de surprise: pourquoi la moitié des Russes veut reconduire Poutine au pouvoir

 


 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.