Le tiers des Russes estime inutile de participer aux prochaines législatives

Third of Russians consider participation in the upcoming elections useless

Third of Russians consider participation in the upcoming elections useless

Reuters
Les experts expliquent cette attitude par le fait que de nombreux électeurs ne croient pas au dépouillement honnête des bulletins de vote, ne voient pas la différence entre les partis et ne considèrent pas que le Parlement soit une structure influente.

A quelques mois des législatives en Russie, qui auront lieu le 18 septembre, le Centre d’analyses Levada a réalisé un sondage pour déterminer quelle proportion de citoyens comptait se rendre aux urnes. Il en ressort que 39% des Russes estiment qu’il est inutile d’aller voter, même si 20% sont fermement décidés à participer aux élections et que 27% « pensent y aller ». 15% des personnes interrogées sont certaines de ne pas voter.

Des chiffres probablement exagérés

Ces résultats, plutôt sévères pour le monde politique russe, pourraient s’expliquer par la façon dont étaient libellées les questions posées par le Centre Levada. Il s’agissait de questions toutes faites, auxquelles les sondés devaient répondre par « oui » ou « non ».

« Psychologiquement, il est toujours plus simple d’être d’accord avec celui qui pose la question et les sociologues le savent très bien », a indiqué Mikhaïl Komine, politologue et expert de la Haute école d'économie de Saint-Pétersbourg. « Qui plus est, d’après un récent sondage de ce même Centre Levada, le quart des Russes a avoué ne jamais dire la vérité lors de sondages. Ce qui signifie qu’il faut soustraire 10% à 15% de ces 39% », a ajouté l’intéressé.

Pourquoi les gens ne vont pas voter ?

39% des personnes interrogées ont reconnu que la raison principale qui les incitait à se rendre aux urnes était le devoir civique. 21% s’y rendent par habitude. Seuls 14% des sondés le font pour exprimer une position politique.

Quant à ceux qui ne votent pas, 31% justifient leur comportement en disant qu’ils ne font confiance à aucun homme politique, 30% estiment en outre que leur voix n’aura aucune influence sur quoi que ce soit.

Toujours d’après Mikhaïl Komine, l’électeur russe suit un raisonnement tout à fait rationnel pour ne pas se rendre aux urnes. « Premièrement, les Russes ne croient pas que leurs voix seront décomptées correctement. Deuxièmement, ils ne voient aucune différence entre les partis, surtout qu’après le consensus sur la Crimée, ces derniers ne forment plus qu’une tache politique floue pour les Russes. Troisièmement, ils comprennent que les députés et la Douma [chambre basse du parlement russe, ndlr] n’ont que peu d’influence, vu que dans le pays, le pouvoir de prise de décisions est concentré entre les mains du président », a-t-il expliqué.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.