Savtchenko, la pasionaria de Kiev, accusée de travailler pour le Kremlin

La pilote Nadia Savtchenko marche pieds nus lors d'une visite du parlement ukrainien à Kiev le 27 mai 2016.

La pilote Nadia Savtchenko marche pieds nus lors d'une visite du parlement ukrainien à Kiev le 27 mai 2016.

Reuters
La pilote ukrainienne Nadia Savtchenko, récemment rentrée à Kiev à l’issue de presque deux ans de détention en Russie, a proposé d’entamer des négociations directes avec les leaders des républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk (Ukraine orientale), certains dans son pays l’ayant accusée de servir les intérêts du Kremlin. Selon les experts russes, il se peut que Kiev avance ces accusations pour empêcher la jeune femme de devenir une personnalité politique capable de lancer un jour un défi à l’establishment.

La pilote excentrique, rentrée fin mai en Ukraine à l’issue d’un échange contre deux prisonniers russes, a de nouveau attiré l’attention générale en affirmant qu’il était nécessaire d’entamer des négociations directes avec les leaders des deux républiques autoproclamées de l’est du pays.

Les médias constatent que cette déclaration a provoqué la « stupeur » au sein de la classe politique ukrainienne. En effet, les hommes politiques ont toujours exclu la perspective de négociations directes avec « des terroristes », qualification donnée aux rebelles du Donbass par les autorités officielles de Kiev. Moscou exhorte traditionnellement à entamer un dialogue direct entre Kiev et le Donbass.

« Poutine nous a refilé un coup d’Etat »

Pour certains politiques, fonctionnaires et politologues ukrainiens, ceci est suffisant pour voir la main du Kremlin derrière la déclaration de Nadejda Savtchenko. Le porte-parole du ministère ukrainien de l’Intérieur, Artiom Chevtchenko, estime que la jeune femme a fait cette déclaration après avoir été manipulée par les services secrets russes pendant qu’elle était en prison. Pour le politologue ukrainien Alexandre Paliï, les autorités russes ont forcé Savtchenko de promettre d’avancer cette proposition en échange de sa libération.

En outre, avant même de proclamer cette idée, Nadejda Savtchenko était considérée comme un « facteur de déstabilisation » remis aux Ukrainiens par le président russe Vladimir Poutine. « Je pense que Savtchenko est un facteur avec lequel il est impossible de faire quoi que ce soit et j’estime que Poutine nous a refilé un coup d’Etat en Ukraine », a dit le député ukrainien Vadim Rabinovitch.

« Follethéorieducomplot »

La Russie juge pour le moins inconsistantes les tentatives de présenter Nadejda Savtchenko comme un agent russe. Viktor Militariov, membre de l’ONG d’experts Conseil de la stratégie nationale, a qualifié les accusations formulées contre la pilote ukrainienne de « folle théorie du complot ». Il a rappelé que Kiev était aujourd’hui enclin à voir partout la « main de Moscou ». 

Selon Pavel Sviatenkov, de l’Institut de stratégie nationale (indépendant), le fait même que Nadejda Savtchenko ait passé presque deux ans dans une prison russe doit lui garantir l’immunité contre tout soupçon d’activité en faveur de Moscou.

Le politologue russe proche des idées de l’opposition Stanislav Belkovski rejette lui aussi l’hypothèse d’une influence russe dans les déclarations de Nadejda Savtchenko. « Un politicien de ce genre – et, croyez-moi, j’en ai vu des politiques – ne peut agir que dans son propre intérêt et jamais dans celui des autres. Ce qui fait qu’elle n’est pas une espionne russe, même si certaines de ses déclarations vont dans le sens de celles de Vladimir Poutine », a-t-il souligné.

Un avertissement à Savtchenko ?

Toutefois, toutes ces accusations, absurdes à première vue, ont un objectif très concret, estiment les observateurs russes qui évoquent la nouvelle situation de Nadejda Savtchenko après son retour en Ukraine. D’après Pavel Sviatenkov, les déclarations de la jeune femme sur la nécessité de négociations avec Donetsk et Lougansk prouvent qu’elle cherche à trouver sa place sur la scène politique.

Ses déclarations prouvent son intention de peser dans la politique ukrainienne à l’avenir. « Ce qu’elle propose constitue une alternative à la politique du gouvernement de Porochenko sans pour autant reprendre celle du cabinet de Ianoukovitch. Et de ce point de vue-là, elle présente un certain danger pour l’actuel gouvernement de Kiev », a-t-il affirmé. Selon Vladimir Ievseïev, de l’Institut des pays de la CEI, Nadejda Savtchenko est actuellement « un fort facteur irritant pour les autorités ukrainiennes qui en avaient besoin tant qu’elle était en prison, mais qui n’en veulent plus depuis qu’elle a été libérée ».

Dans ce contexte, les accusations de relation avec le Kremlin sont un avertissement à Savtchenko de la part de l’establishment politique ukrainien, indiquent les experts russes. « Les déclarations concernant « la main de Moscou » sont une tentative de remettre (Savtchenko) à sa place pour qu’elle n’aille pas trop loin. On lui fait comprendre ainsi que certains domaines ne sont pas ouverts à tout le monde », a souligné Vladimir Ievseïev.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.