L’Université fédérale de Sibérie ouvre son cursus sur l’étranger

L’Université fédérale de Sibérie.

L’Université fédérale de Sibérie.

Press Photo
L’université fédérale de Sibérie a été la troisième université russe à introduire les grades de PhD en 2015.

En 2015, l’Université fédérale de Sibérie (SibFU), située à Krasnoïarsk, était la quatrième université russe en nombre d'étudiants en Master, mais également le troisième établissement de l'histoire du pays à introduire les grades de PhD, après l'université russe de l'Amitié des Peuples à Moscou et l'université d’État de Saint-Pétersbourg. 

Actuellement, les grades scientifiques russes (candidat et docteur) ne sont pas reconnus par tous les pays du monde scientifique, aussi un chercheur qui a soutenu une thèse et a obtenu un grade en Russie ne possède pas automatiquement un PhD. La décision de la SibFU vient simplifier la carrière scientifique des chercheurs russes, mais ouvre également les portes de l'école scientifique russe aux étudiants étrangers. 

« La science ne peut être russe, allemande ou américaine, on y travaille conjointement. Les barrières formelles la font reculer », assure le recteur de SibFU Evgueni Vaganov. « Dans ce contexte, la Russie a pris la décision qui s’imposait en permettant aux universités d’attribuer leurs propres PhD et ainsi d’engager un dialogue avec la communauté scientifique occidentale dans la même langue ».

Les programmes de PhD

Les programmes PhD proposés par SibFU sont conformes aux exigences internationales et sont basés sur le travail de recherche dans les secteurs prioritaires pour l’université. Les directeurs scientifiques des programmes sont des chercheurs de renom disposant d’un vaste réseau de relations scientifiques. 

Le jury de soutenance de thèse comprend des chercheurs de renommée mondiale des universités russes et étrangères.

Pour le membre de jury Hans-Peter Grossart du Leibniz-Institute of Freshwater Ecology and Inland Fisheries, qui a pris part à la première soutenance de PhD à SibFU à l’automne 2015, la procédure de l’université est similaire à celle pratiquée par d’autres universités occidentales. Hans-Peter Grossart a été membre du jury dans plus de 50 soutenances de PhD dans différents pays.

Actuellement, l’université propose des programmes de PhD dans six domaines pour une durée de trois à quatre ans. Ce sont des programmes en biophysique, usinage de métaux, métallurgie non ferreuse, analyse complexe multidimensionnelle (Multidimensional Complex Analysis), chimie optique et quantique, ainsi qu’en urbanisme. 

Les dossiers d’inscription pour 2017 sont à envoyer avant le 15 août 2016 à aspirantura@sfu-kras.ru. 

A l’issue du concours, les six meilleurs candidats (jeunes chercheurs étrangers) pourront obtenir une bourse de l’université qui leur évitera de des problèmes matériels qui compliquent le quotidien.

Programmes de Master

Pour l’année 2016, SibFU propose 160 programmes en Master, dont huit sont dispensés en anglais, deux comprennent des modules semestriels en anglais, alors que le programme de double diplôme en droit est dispensé en russe et en allemand. En outre, 10 modules semestriels spécialisés en anglais sont proposés aux étudiants étrangers en Master.

SibFU fournit un accès sur place et à distance aux collections de revues de recherche et aux principales plateformes d’indexation de la littérature de recherche.

Les programmes de Master sont principalement axés sur les activités de recherche. Le personnel enseignant des programmes est représenté par des chercheurs disposant de vastes réseaux internationaux qui assurent un lien fort entre la recherche et l’enseignement.

Les programmes de Master comprennent plusieurs cours obligatoires, des cours optionnels et un travail de recherche sur le sujet choisi par l’étudiant qui conduit à la rédaction d’une thèse. Le projet de Master est élaboré soit au sein d’un groupe de recherche du département sous la supervision d’un des membres du personnel académique ou en externe. Par exemple, dans une entreprise, dans une autre institution de recherche, laboratoire ou université. La soutenance de thèse en Master se déroule sous la forme d’une présentation publique et de débats scientifiques.

Ces programmes assurent aux diplômés une base solide (connaissances approfondies, outils et compétences) pour leur évolution ultérieure, et leur permet d’être compétitifs sur le marché du travail.

L’étude des sciences à un niveau avancé offre aux étudiants une excellente préparation pour la future recherche en vue de l’obtention d’un PhD à la SibFU.

L’enseignement en Master étant basé sur des cours dont une partie est dispensée en russe, mais également sur des recherches pratiques, les étudiants ont ainsi l’occasion d’acquérir des connaissances uniques sur la Russie. 

Le travail de projet en Master est soutenu au sein d’un groupe de recherche sur la base et sous le contrôle de l’université ou sur la base d’une entreprise ou d’une autre institution de recherche, laboratoire ou université. Les titulaires d’un Master de SibFU disposent d’un accès prioritaire aux programmes PhD de l’université. 

Les étudiants étrangers peuvent s’inscrire en Master pour l’année 2016–2017 sur le site de SibFU

La SibFU

L’université fédérale de Sibérie est la première université fédérale russe qui a réuni les meilleures universités de la région en 2016. Elle est située dans une zone écologiquement propre de Krasnoïarsk sur le territoire d’un campus.

La SibFU comprend 19 instituts et compte près de 40 000 étudiants et plus de 3 000 enseignants. L’université propose des formations dans une centaine de disciplines, allant de la géologie et l’industrie pétrolière à l’histoire et au journalisme.

Les projets scientifiques de l’université portent sur les technologies industrielles, les systèmes satellitaires et les nano- et bio-technologies. Les partenaires de l’université versent 315 bourses nominatives visant à soutenir les étudiants et aspirants talentueux, et sponsorisent des programmes d’échange académique avec des universités étrangères.

Tous les ans, l’université accueille plus de 200 professeurs invités et grands chercheurs d’Angleterre, d’Allemagne, d’Espagne, des Etats-Unis et d’autres pays. 

Contenu partenaire

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.