Villes mono-industrielles : Kostomoukcha la finlandaise

Andreï Iskrov
RBTH lance une série d'articles sur les villes mono-industrielles russes - dont presque tous les habitants travaillent pour la même grande entreprise. Premier arrêt à Kostomoukcha, où la vie s'organise autour de l'un des plus grands gisements de minerai de fer au monde.

La nature de Carélie. Crédit : Andreï Iskrov

La République de Carélie, au Nord-Ouest de la Russie, est aussi étendue que la République tchèque où l'Autriche mais la densité de population y est beaucoup plus faible : elle abrite 630 000 habitants au total, répartis dans des villes petites ou moyennes dont la majorité est regroupée le long de la grande ligne Saint-Pétersbourg - Mourmansk.

Une situation particulière

L'un des centres névralgiques de la région est la ville de Kostomoukcha (1494 kilomètres de Moscou), située à proximité l'un des plus riches gisements de minerai de fer au monde. Relativement jeune, elle fut construite dans les années 1970 à la place de deux anciens villages de Carélie. Aujourd'hui elle n'est pas seulement la troisième ville la plus peuplée de la région, mais aussi la plus riche : le combinat local d'extraction et d'enrichissement minier (filiale du groupe Severstal) est l'un des principaux contribuables de la république.

Le nom de la ville en russe et en finnois. Crédit : Andreï IskrovLe nom de la ville en russe et en finnois. Crédit : Andreï Iskrov« La situation de la Carélie est particulière », remarque Nikolaï (tous les prénoms ont été modifiés à la demande des protagonistes), fonctionnaire au sein d'une administration locale et ancien contremaître au sein du combinat. « 500 kilomètres nous séparent de Petrozavodsk, contre 30 kilomètres seulement de la frontière finlandaise ». Les allers-retours entre les deux pays sont donc courants : les Russes se rendent en Finlande pour acheter des produits de meilleure qualité, et les Finlandais viennent se procurer des produits sur lesquels les taxes sont moins importantes en Russie - l'alcool et le tabac par exemple.

Un héritage finlandais

Beaucoup de bâtiments de Kostomoukcha, et même celui du combinat d'extraction et d'enrichissement minier, ont été construits par des Finlandais. Même si cela peut paraître étrange pour une ville soviétique, les autorités avaient pris cette décision en l'absence de grandes villes et de bonnes routes dans les environs. Aujourd'hui, l'héritage finlandais est visible partout dans la ville : les bâtiments sont à l'européenne, on voit de nombreux arbres dans les rues et les plaques d'égout portent des inscriptions en finnois. Les constructions soviétiques traditionnelles semblent même en décalage avec le reste de l'architecture  de la ville.

Ici, l'amitié avec les Finlandais dure depuis longtemps et même la guerre russo-finlandaise de 1939-1940 semble avoir épargné la zone. « Nos peuples ont vécu ensemble pendant des siècles », remarque Daniil, qui travaille dans un camping-hôtel. « La langue carélienne et les dialectes du nord de la Finlande sont si similaires que l'on se comprend très facilement. Beaucoup  d'habitants de la ville ont des proches aussi bien dans les villages de Carélie que de l'autre côté de la frontière. Et les Finlandais viennent souvent dans notre camping ».

Un bâtiment construit par des Finlandais. Crédit : Andreï Iskrov

C'est justement dans les environs de Kostomoukcha, dans les anciens villages de Carélie, que le philologue Elias Lönnrot a recueilli les contes populaires chantés - les runes - qui ont constitué le Kalevala, son épopée finlandaise. « Le Kalevala est né en Carélie et ce n'est pas pour rien que les scientifiques le qualifient d'épopée finlandaise et carélienne », ajoute Daniil.

Les problèmes d'une ville mono-industrielle

Comme toutes les villes mono-industrielles, Kostomoukcha dépend entièrement de l'entreprise qui l'a faite naître - le combinat d'extraction et d'enrichissement minier. Tout changement dans sa situation financière se répercute sur la ville et le bien-être de ses habitants.

Et même si travailler pour le combinat est avantageux financièrement, cela l'est moins pour la santé. « Mon père a donné trente ans de sa vie au combinat et quand il a pris sa retraite, il a subi quatre maladies en même temps », déplore Galina, la femme de Daniil. « Après cela, il n'a pas vécu plus de cinq ans. C'est la même chose avec mon frère qui, à 35 ans, en fait déjà 50 et tousse sans arrêt. J'essaie de le convaincre de démissionner et de partir, mais il répond qu'il faut entretenir la famille... Une chose est sûre : je ne laisserai jamais mon fils y travailler ». A Kostomoukcha, on entend ce genre d'histoires dans presque toutes les familles : les hommes de la ville n'ont presque nulle part où travailler que le combinat.

Une izba carélienne. Crédit : Andreï Iskrov

L'éloignement de la ville, et l'isolement social qui en découle, poussent beaucoup à s'impliquer dans des activités illégales. « Dans les années 1990 on nous surnommait capitale du Sida et de la drogue. La situation s'est améliorée mais il reste un grand problème en matière de loisirs : il n'y a presque pas de divertissements. Les jeunes partent donc étudier et travailler dans les grandes villes », témoigne Galina.

Tous ces problèmes sont typiques des villes mono-industrielles du nord de la Russie. Si beaucoup ont réussi à survivre au déclin économique et industriel de ces dernières décennies, certaines ont été abandonnées. Dans un tel contexte, Kostomoukcha se distingue des autres : le combinat local ne souffre pas de baisse d'activité et continue d'être un employeur important ; en outre, la proximité de la frontière finlandaise offre la possibilité de développer d'autres secteurs de l'économie.

Ces dernières années, plusieurs coentreprises russo-finlandaises ont vu le jour dans des domaines tels que le traitement du bois, les technologies ou encore le tourisme. « Les habitants de Kostomoukcha ont un bel avenir devant eux », pense Nikolaï. « J'espère vivre assez pour voir rouvrir l'aéroport et qu'à l'occasion du Jour de la ville, des membres du gouvernement viennent nous rendre visite - comme c'était le cas par le passé ».

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.