Poutine réagit, pour la première fois, aux « Panama Papers »

Reuters
C’est une tentative de déstabiliser la situation de l’intérieur, les documents n’ont aucun élément portant sur la corruption, estime le président Vladimir Poutine.

Le président russe a qualifié l’enquête du Consortium international pour le journalisme d'investigation (ICIJ) sur les comptes off-shore de « tentative de déstabiliser la situation de l’intérieur » et de « rendre la Russie plus accommodante ». Les « Panama Papers » ne le mentionnent pas et n’ont, par ailleurs, aucun élément portant sur la corruption, a ajouté Vladimir Poutine.

« Il y a donc un ami de monsieur le président russe, qui a fait quelque chose et cela a, probablement, un lien avec la corruption… Lequel ? Il n’y en a pas », a-t-il dit.

Il s’agit du célèbre violoncelliste et ami proche du président Sergueï Roldouguine qui se trouve au cœur du volet de l’enquête portant sur la Russie. Les « Panama Papers » le qualifient de maître d’un empire off-shore et de « gardien de l’argent de Poutine », qui aurait $2 milliards sur son compte. Poutine a déclaré qu’il était fier des personnes comme son ami Roldouguine. Le président a précisé que Sergueï Roldouguine dépensait l’essentiel de son argent en instruments de musique qu’il offrait aux établissements publics. M. Roldouguine mène bien des activités entrepreneuriales, « mais ne gagne pas des milliards de dollars », a souligné Vladimir Poutine.

L’enquête internationale « Panama Papers », publiée le 3 avril a été menée suite à une fuite de documents issus du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca et porte sur les comptes off-shore des personnalités publiques d’Islande, Grande-Bretagne, Ukraine, Azerbaïdjan, etc. L’un des volets du rapport est consacré à 12 hommes politiques et hommes d’affaires russes. 

Lire aussi

Comment les Russes réagissent au « Panamagate »

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies