Poutine réagit, pour la première fois, aux « Panama Papers »

Reuters
C’est une tentative de déstabiliser la situation de l’intérieur, les documents n’ont aucun élément portant sur la corruption, estime le président Vladimir Poutine.

Le président russe a qualifié l’enquête du Consortium international pour le journalisme d'investigation (ICIJ) sur les comptes off-shore de « tentative de déstabiliser la situation de l’intérieur » et de « rendre la Russie plus accommodante ». Les « Panama Papers » ne le mentionnent pas et n’ont, par ailleurs, aucun élément portant sur la corruption, a ajouté Vladimir Poutine.

« Il y a donc un ami de monsieur le président russe, qui a fait quelque chose et cela a, probablement, un lien avec la corruption… Lequel ? Il n’y en a pas », a-t-il dit.

Il s’agit du célèbre violoncelliste et ami proche du président Sergueï Roldouguine qui se trouve au cœur du volet de l’enquête portant sur la Russie. Les « Panama Papers » le qualifient de maître d’un empire off-shore et de « gardien de l’argent de Poutine », qui aurait $2 milliards sur son compte. Poutine a déclaré qu’il était fier des personnes comme son ami Roldouguine. Le président a précisé que Sergueï Roldouguine dépensait l’essentiel de son argent en instruments de musique qu’il offrait aux établissements publics. M. Roldouguine mène bien des activités entrepreneuriales, « mais ne gagne pas des milliards de dollars », a souligné Vladimir Poutine.

L’enquête internationale « Panama Papers », publiée le 3 avril a été menée suite à une fuite de documents issus du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca et porte sur les comptes off-shore des personnalités publiques d’Islande, Grande-Bretagne, Ukraine, Azerbaïdjan, etc. L’un des volets du rapport est consacré à 12 hommes politiques et hommes d’affaires russes. 

Lire aussi

Comment les Russes réagissent au « Panamagate »

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.