Les Russes hostiles à l’afflux de migrants

58% des personnes interrogées estiment que la Russie n’a pas les moyens économiques d’accueillir les réfugiés.

58% des personnes interrogées estiment que la Russie n’a pas les moyens économiques d’accueillir les réfugiés.

Getty Images
Un récent sondage montre un changement dans la perception de ce phénomène.

La moitié des Russes ne veulent pas voir des réfugiés proche-orientaux arriver dans leur pays, révèlent les résultats d’une enquête réalisée par le Fonds russe Opinion publique (FOM). 59% des personnes interrogées considèrent que les Européens devraient eux aussi refuser l’accueil aux migrants. Et pourtant, la plupart des sondés affirmaient le contraire en septembre dernier. Les sociologues expliquent ce changement d’attitude par les attentats de Paris et les informations négatives sur la crise migratoire en Europe relayées par la presse.

53% des Russes sont opposés à ce que leur pays ouvre ses portes devant les réfugiés du Proche-Orient. En septembre dernier, cet avis n’était partagé que par 35% de la population, indiquent les données publiées par le FOM.

58% des personnes interrogées estiment que la Russie n’a pas les moyens économiques d’accueillir les réfugiés, tandis que 86% des Russes craignent qu’un afflux des migrants dans le pays n’engendre des conflits similaires à ceux que connaît l’Europe.

Grigory Kertman, analyste du FOM, considère que les attentats de Paris et les récentes agressions de Cologne ont eu un impact sur l’opinion publique en Russie. « Dans le contexte de ces événements, on a diffusé à la télévision les images des quartiers peuplés de migrants. La menace émanant des réfugiés est alors devenue évidente », indique-t-il.

« Je n’ai visualisé à la télévision russe aucun sujet positif sur les réfugiés en Europe, d’où cette réaction », estime de son côté Viatcheslav Postavnine, président de la fondation Migration XXIe siècle. Il souligne que le nombre de migrants d’Asie centrale en Russie dépasse celui des réfugiés proche-orientaux en Europe. « Les gens se sont habitués (aux migrants) et ne considèrent plus leur présence comme un problème », explique-t-il.

Les Russes ont en outre changé d’attitude sur le flux de réfugiés en Europe. Si en septembre 2015 47% considéraient que l’UE devait accueillir des migrants, 59% des Russes considèrent aujourd’hui que l’Europe a le droit de fermer ses portes aux demandeurs d’asile, montre l’étude.

Source : Kommersant

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.