La chanson pour combattre l’alcoolisme en Russie ?

Vicktor Drachev / TASS
La Société chorale panrusse veut ressusciter la culture du chant populaire.

La Société chorale panrusse (SCP) lancera en mai 2016 son projet pilote Village chantant dans les régions d’Ivanovo et de Vladimir. Pavel Pojigaïlo, directeur exécutif de la SCP, explique que le projet vise à revaloriser le chant populaire dans les villages russes et à organiser les loisirs de la population afin, notamment, de combattre l’alcoolisme. Pour rapprocher les habitants de la musique, la société organisera des concerts de chorales populaires à l’issue desquels les chefs de chœur professionnels inviteront le public à former des ensembles.

« Dans le centre de la Russie et en Sibérie, la culture du chant populaire a disparu, mais nous pouvons la rétablir. Avant le Maïdan (soulèvement ukrainien de fin 2013-début 2014, ndlr), deux chefs de cœur ukrainiens sont venus assister à nos concerts. Ils disaient que le taux d’alcoolisme en Ukraine est largement inférieur à ce qu’on connaît en Russie, car les villages conservent la culture du chant : on se met à table, on boit de l’eau-de-vie, puis on chante pendant 10 minutes. On boit un deuxième verre et on chante encore 10 minutes. C’est un exemple amusant, mais c’est effectivement vrai », souligne Pavel Pojigaïlo.

L’avis de la SCP est partagé par le chef du département de sociologie de l’Université d’État de Moscou Anatoli Antonov : « L’alcoolisme vient du fait que la personne n’a aucune responsabilité ni engagement fort, ni au travail ni à la maison. Quand on est solide sur ses appuis, on ne pense pas à boire, car on est toujours occupé. L’art, notamment la chorale, peut aider à soigner la dépendance. On ne cherche pas à boire quand on se consacre à des activités artistiques ».

Des chefs de chœur travaillant dans les filiales de la SCP (présentes dans presque toutes les régions du pays) seront dépêchés dans les villages. Le village Vvedenskoïé dans la région d’Ivanovo sera un des sites pilotes du projet.

Article reproduit en version abrégée

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.