Être senior aujourd’hui en Russie

Des retraités se promènent dans un jardin public.

Des retraités se promènent dans un jardin public.

RIA Novosti/Konstantin Tchalabov
Le 1er octobre marque la Journée internationale des personnes âgées, créée par l'ONU. Notre correspondant a cherché à comprendre qui peut être qualifié de personne âgée en Russie et comment vivent ces personnes.

Age de départ à la retraite en Russie

En Russie, la pension de retraite est apparue en 1932. La limite d'âge fut immédiatement fixée à 55 ans pour les femmes et à 60 ans pour les hommes. Pour les personnes travaillant dans des conditions difficiles, la limite d'âge était plus basse.

Nombre de retraités en Russie

En 2014, la Russie comptait 34 millions de personnes percevant une pension de retraite. Selon les données du Service fédéral des statistiques nationales, le nombre de Russes en âge de travailler est inférieur à celui des retraités. Cette tendance est observée partout dans le monde, mais en Russie, elle est particulièrement prononcée. D'ici 2016, un Russe sur quatre sera un retraité en âge de travailler et un autre sur quatre - inapte au travail.

Montant de la pension

La législation russe ne prévoit, à ce jour, pas de minimum vieillesse. D’ailleurs, la pension minimum potentielle est souvent inférieure au minimum vital. Il incombe à la région où la personne perçoit sa pension de la compléter pour la porter au niveau du minimum vital. Les montants peuvent varier considérablement selon les régions.

En 2015, la pension minimale à Moscou s'élevait à 9 046 roubles (124 euros), à Saint-Pétersbourg – à 6 621 roubles (91 euros), à Krasnodar – à 6 735 roubles (92 euros), dans la région de Sverdlovsk – à 7 161 roubles (98 euros). Le montant moyen pour la Russie est de 7 476 roubles (102 euros).

Degré d'indépendance des retraités

Dmitri Rogozine, directeur du Centre de méthodologie des recherches fédératives de l'Académie présidentielle russe d'économie nationale et d'administration publique, nous a expliqué qu’en dépit de leurs maigres pensions, on constate des cas où les aînés aident financièrement les générations plus jeunes, même s’il serait plus approprié de faire le contraire. « Les gens essaient d’être autosuffisants et d’éviter d’accepter de l’aide, et ce indépendamment du montant de leur pension », explique-t-il.

Difficultés rencontrées par les retraités

Les personnes âgées en Russie rencontrent plusieurs problèmes importants : difficulté à trouver un emploi, manque de communication, lacunes des services sociaux, qualité des soins.

Maria Morozova, directrice générale de la Fondation caritative d'Elena et Guennadi Timtchenko nous a expliqué que même les organisations publiques chargées de s’occuper des personnes âgées ne perçoivent pas leur potentiel correctement. Par exemple, à Saint-Pétersbourg, où la majorité des retraités ont un diplôme supérieur et occupaient un bon poste avant le départ à la retraite, ils se voient proposer des postes d'ouvreurs ou d'employés du vestiaire. « Je leur ai demandé pourquoi ils n'utilisaient pas le potentiel intellectuel des retraités, et il s'est avéré qu'ils n'y avaient même pas songé. Ainsi, ils confirment le stéréotype selon lequel les retraités ne peuvent occuper que des emplois basiques et mal payés, refusés par les personnes d'âge moyen ».

Cadre réglementaire

Une stratégie d'action pour les personnes âgées à l'horizon 2025 a été préparée à l'initiative du président russe Vladimir Poutine et soumise au gouvernement de la Fédération de Russie.

Le document détaille les principales orientations de la politique sociale d'État à l'égard des personnes âgées. Parmi ses dispositions clés - l'amélioration de la durée, du niveau et de la qualité de vie des personnes âgées et l'incitation à la longévité active des personnes âgées et à leur intégration socioéconomique dans la société.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.