L’armée russe autorisée à opérer en Syrie

Reuters
Le Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe) a donné son feu vert au président Vladimir Poutine pour dépêcher des forces militaires à l’étranger. Une demande appropriée a été formulée par le président syrien Bachar el-Assad. Il semble que la Russie et les Etats-Unis soient réellement prêts à engager une étroite coopération contre l’Etat islamique (EI), estiment les experts.

Lors d’une réunion à huis clos, le Conseil de la Fédération a autorisé le président à recourir aux forces armées russes à l’étranger. La proposition a été soumise à la chambre par Vladimir Poutine, contacté précédemment par son homologue syrien qui lui a demandé une aide militaire.

Sergueï Ivanov, chef de l’administration présidentielle russe, a indiqué le 30 septembre, dans la foulée de l’adoption de cette décision, que le nombre de Russes combattant aux côtés de l’EI (organisation interdite en Russie) augmentait en flèche, « qu’ils étaient non plus des dizaines, mais des centaines, voire des milliers » et qu’il était nécessaire d’assurer la défense lointaine.

« La décision s’explique par cet intérêt national », a-t-il précisé. Sergueï Ivanov a rappelé que ce n’était pas la première fois que la Russie engageait ses forces armées pour lutter contre le terrorisme à l’étranger : « Au début des années 1990, nous avons pratiquement fait la même chose au Tadjikistan ».

« L’emploi des forces armées dans des pays tiers est possible soit sur résolution du Conseil de sécurité des Nations unies, soit à la demande de la direction légitime d’un pays, a déclaré le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, en commentant la nouvelle. La Russie sera pratiquement l’unique pays qui interviendra légitimement, étant donné qu’elle agira à la demande du président légitime de Syrie ».

Sergueï Ivanov a lui aussi fait remarquer que tous les autres pays effectuant des frappes aériennes contre le territoire syrien le faisaient en contournant le droit international. « C’est une différence de principe entre notre vision et celle de nos partenaires occidentaux. Eux, ils ne respectent pas (le droit international) et nous, si », a-t-il souligné.

Une entente semble être intervenue

Il y a quelques jours, à la veille de l’Assemblée générale des Nations unies, Vladimir Poutine a déclaré dans une interview à la chaîne de télévision américaine CBS que la Russie ne participerait pas à des opérations militaires ni en Syrie ni dans d’autres pays. « En tout cas à l’heure qu’il est, nous ne le prévoyons pas », a noté le président.

Toutefois, il était question uniquement d’opérations terrestres, a affirmé à RBTH Alexeï Arbatov, président du Centre de la sécurité internationale de l’Institut de l’économie mondiale et des relations internationales. « Cela ne concerne pas l’appui aérien, les frappes aériennes contre les positions de l’Etat islamique », a-t-il fait observer.

L’expert militaire Viktor Litovkine partage son point de vue : « Poutine avait en vue les opérations terrestres et la Russie n’y participera pas. Mais pour ce qui est de l’appui aérien, du renseignement et des frappes contre les bases terroristes, la Russie n’a jamais écarté cette éventualité. Il semble que les négociations avec (le président américain) Barack Obama (en marge de l’Assemblée générale) aient débouché sur des décisions de participation de la Russie à cette opération ».

L’existence d’une entente entre les présidents russe et américain a été confirmée par l’ambassade des Etats-Unis à Moscou, qui a commenté la décision du Conseil de la Fédération. Les leaders des deux pays ont constaté qu’ils avaient des intérêts communs dans la lutte contre les terroristes de l’Etat islamique dans cette région, a indiqué un responsable de l’ambassade.

Ce qui ne signifie pourtant pas que la Russie soit prête à adhérer à la coalition internationale contre l’EI sous les auspices des Etats-Unis. « Ce sera vraisemblablement une étroite coopération de la Russie avec ses alliés : l’Irak, l’Iran et la Syrie. Concrètement, une coopération d’une coalition avec une autre », a déclaré à RBTH Ivan Konovalov, directeur du Centre de la conjoncture stratégique et expert de la sécurité internationale.

Et pour que les avions russes puissent participer légitimement aux opérations, il était nécessaire d’obtenir l’aval du Conseil de la Fédération (selon la Constitution, les décisions sur un éventuel recours aux forces armées russes à l’étranger relèvent de la chambre haute du parlement). La dernière fois, le Conseil de la Fédération avait été sollicité en mars dernier et avait autorisé à l’unanimité le président à recourir à la force en Ukraine. « La décision n’a pas été mise à profit », a-t-il rappelé.

Il semble que cette fois-ci la Russie ait l’intention de mettre à profit le feu vert obtenu. Sergueï Ivanov a indiqué que toutes les décisions sociales et financières relatives à l’entretien des troupes russes étaient prises, mais qu’il ne pouvait pas « pour des raisons évidentes » préciser la période de l’opération ni les armes que la Russie emploierait.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.