Agression d'Oleg Kachine: une percée dans l'enquête

Kommersant
Le journaliste politique Oleg Kachine a cité les noms des exécutants de l'attaque dont il a été victime en novembre 2010.

Que s’est-il passé ?

Le célèbre journaliste russe Oleg Kachine a cité les noms des personnes soupçonnées de l’avoir attaqué et passé à tabac en novembre 2010. Selon lui, les deux attaquants s’appelaient Danila Vesselov et Viatcheslav Borissov. Ils étaient attendus dans une voiture par Mikhaïl Kavtaskine. L’information a été confirmée par le Comité d’enquête de Russie.

Fin juin 2015, Vesselov et Kavtaskine se sont vu formuler des chefs d’accusation dans le cadre d’une information judiciaire. Borissov fait l’objet d’un avis de recherche national.

Les trois suspects faisaient partie du service de gardiennage de l’Usine mécanique de Saint-Pétersbourg. Celle-ci fait partie du groupe Léninets appartenant à la famille d’Andreï Tourtchak, le gouverneur de la région de Pskov (nord-ouest de la Russie).

Qui est le commanditaire ?

Aucun nom concret n'a été cité. Vesselov et Kavtaskine ont indiqué dans leurs dépositions que l’attentat avait été organisé par le gérant de Léninets, Alexandre Gorbounov. Il aurait payé aux exécutants 3 300 000 de roubles (environ 43 000 euros d’après le cours actuel ou quelque 78 500 euros au cours de 2010).

Alexandre Gorbounov a été mis en examen, mais seulement pour recel d’armes.

Les exécutants étaient employés dans l’usine du groupe Léninets d’Andreï Tourtchak, ce qui a contribué à ce que ce dernier soit considéré comme le commanditaire du crime par les experts et par Oleg Kachine. Le journaliste ne le dit pas ouvertement, étant donné que le nom d’Andreï Tourtchak ne figure pas dans le dossier.

Andreï Tourtchak a fait savoir par le biais de son porte-parole qu’il se refusait à tout commentaire.

Qui est Oleg Kachine ?

Oleg Kachine est un célèbre journaliste politique russe qui a collaboré avec nombre de médias, y compris les journaux Kommersant et  Izvestia, ainsi que les magazines Expert et Rousskaya jizn (La Vie russe). En mai 2013, il est parti s’installer avec sa femme à Genève.

Toutefois, il écrit toujours pour Slon, svpressa.ru, Sputnik i Pogrom. L’année dernière, il a lancé son propre site, Kashin.guru, où il publie également plusieurs autres auteurs.

Comment a-t-il été attaqué ?

Dans la nuit du 6 novembre 2010, Oleg Kachine a été sauvagement passé à tabac par deux inconnus à l’entrée de son immeuble dans le centre-ville de Moscou. Il souffrait de multiples fractures aux membres, aux mâchoires et aux doigts, ainsi que d’une commotion cérébrale.

Il a été placé en coma artificiel et les médecins ont réalisé plusieurs opérations très complexes. Oleg Kachine n’a pu reprendre ses activités que plusieurs mois plus tard.

Quel a été le déroulement de l’enquête ?

Le premier ministre, Dmitri Medvedev, à l’époque président, a promis de placer l’enquête sous son autorité personnelle. Mais aucune nouvelle n'a filtré ces dernières années, Oleg Kachine a engagé une procédure auprès de la Cour européenne des droits de l’homme pour inaction du FSB (Service fédéral de sécurité de Russie) sur son dossier. Toutefois, il a remercié dimanche Dmitri Medvedev et les représentants du Comité d’enquête russe pour leurs activités.

Selon les principales hypothèses d’Oleg Kachine, les commanditaires du crime pourraient être des représentants des mouvements pro-pouvoir de jeunes Nachi (les Nôtres) et Molodaya gvardia (Jeune garde) – car il avait critiqué leurs activités –, des responsables de l’administration de Khimki (ville dans la région de Moscou) – car il couvrait les protestations contre la construction de l’autoroute Moscou-Saint-Pétersbourg passant par la forêt de cette ville – et le gouverneur de la région de Pskov, Andreï Tourtchak.

Quel conflit opposait Oleg Kachine et Andreï Tourtchak ?

En août 2010, sur un forum dans le blog personnel d’Oleg Kachine, ce dernier a utilisé un terme injurieux à l’adresse d’Andreï Tourtchak sans pour autant s’adresser à lui en personne.

Andreï Tourtchak a réagi à ce commentaire et a proposé au journaliste de lui formuler ses excuses dans le courant de 24 heures. La question d’Oleg Kachine visant à savoir s'il s'agissait d'une menace est restée sans réponse. Andreï Tourtchak a par la suite effacé le commentaire initial.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.