Numismates, voyants, magiciens : ces escrocs insolites arrêtés par la police russe

Shutterstock
Un groupe d’escrocs africains qui « transformaient » le papier en dollars a été arrêté à Moscou. Ces dernières années, de nombreuses des escroqueries insolites ont été révélées. RBTH a préparé une sélection des cas les plus étonnants.

« Potion magique »

La police de Moscou a annoncé l’arrestation de deux ressortissants de pays africains, que l’on soupçonne d’avoir fait commerce de papier et d’un liquide supposé transformer les feuilles de papier en dollars. « Les suspects avaient mis en place un véritable spectacle : devant leurs victimes, ils imbibaient une feuille de leur produit chimique, et les invitaient à vérifier l’authenticité du billet de banque, qu’ils parvenaient à substituer à la feuille de papier », raconte la police. Alors qu’ils traitaient la feuille, ils portaient des gants et des masques chirurgicaux, expliquant que les émanations du produit chimique étaient dangereuses pour la santé. Les suspects ont vendu leur « potion magique » à l’une de leurs victimes pour 5 millions de roubles (environ 69.000 euros).

La famille Gazprom

Il y a trois ans, neuf Africains ont été arrêtés dans la capitale russe après avec volé plus de 900 millions de roubles (environ 12 millions d'euros) à des hommes d’affaires étrangers, en utilisant des faux noms et prénoms proches des noms de grandes compagnies russes : Gazprom, Rosneft, etc.  De l’argent a été dérobé à plusieurs centaines de compagnies étrangères venant d’Union européenne, des Etats-Unis et d’Asie du Sud-Est. Les malfaiteurs publiaient sur internet des annonces de vente de matières premières et d’autres produits (rails, composants électriques), recevaient le premier paiement et s’évaporaient dans la nature. Selon nos informations, durant l’une de leurs opérations, ils ont fourni à leurs acheteurs les coordonnées d’un compte bancaire au nom de JSC Railways. Une enquête criminelle avait alors été ouverte après la plainte de représentants des chemins de fer russes.

Pièces rarissimes à prix cassés

Il y a quelques mois, un nouveau genre d’escroc est apparu en Russie : des inconnus se sont mis à offrir en masse des fausses pièces du XVIIIe et XIXe siècle. Ils abordent les gens dans les passages souterrains, les arrêtent dans la rue, et leur proposent d’acquérir des soi-disant pièces d’argent portant les portraits de tsars russes, assurant les avoir reçues en héritage de leurs ancêtres, ou bien avoir découvert un trésor caché. Selon les médias, les fausses pièces, qui coûtent environ 100 roubles (1,4 euro), peuvent être vendues jusqu’à 30-40.000 roubles (environ 500 euros). On trouve régulièrement des gens prêts à payer.

 « La bande des extralucides »

Mi-juillet, des « voyants » ont été arrêtés à Moscou. Selon les médias, ils ont organisé depuis quelques années plus de deux cent call-centers dans tout le pays, prédisant l’avenir et soignant les gens par téléphone, « effectuant à distance toute une série de rituels magiques », comme l’a annoncé la police de Moscou dans un communiqué. Les gens désireux de connaître leur avenir et de purifier leur karma étaient si nombreux que les lignes étaient occupées jour et nuit. Plus de 40 personnes se sont constituées partie civile dans cette affaire. Les coupables ont été condamnés à des peines de prison de 6 à 15 ans.

Billets de banque collés

Un cas inhabituel d’escroquerie s’est produit à Tchita (Sibérie orientale). Les malfaiteurs sont parvenus à garnir leur compte en banque à l’aide faux billets, puis à retirer de vraies coupures sur le même compte. Les escrocs découpaient des billets de 5000 roubles, puis les recollaient de façon à obtenir plusieurs billets à partir d’une seule coupure de 5000 roubles. Ensuite, ils versaient cet argent via un distributeur de billets sur différents comptes, appartenant à des particuliers. Ils sont parvenus à retirer plus de 100.000 roubles en liquide (1400 euros). Les billets collés n’ont été repérés qu’après une semaine, à l’ouverture des distributeurs.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.