Russie : le port du voile interdit dans les écoles de Mordovie

Crédit : Sergeï Ouzakov/TASS

Crédit : Sergeï Ouzakov/TASS

Le 11 février, la Cour suprême de Russie a confirmé l’interdiction de porter le voile dans les écoles de la République de Mordovie. Auparavant, une prohibition similaire avait été adoptée par la région de Stavropol (sud). Toutefois, les écolières et leurs parents sont décidés à poursuivre leur combat auprès d’autres institutions.

La Cour suprême de la Fédération de Russie a jugé légitime la prohibition du port du voile dans les établissements scolaires de Mordovie (513 km de Moscou). Ainsi, la décision adoptée en octobre dernier par la Cour suprême de cette république russe est restée inchangée. L’affaire avait été précédée par un drame survenu dans une école mordove, une élève ayant avalé l'épingle fixant son hijab.

Dans une interview à RBTH, le vice-président de la Direction spirituelle des musulmans de la partie européenne de la Russie, Damir Moukhetdinov, a qualifié le verdict de prévisible. « Les écoles, y compris mordoves, ne vont pas en rester là. Suivront des plaintes auprès d’autres institutions, y compris auprès de la Cour des droits de l’homme. Toutefois, ce processus prendra du temps », a-t-il ajouté.

Selon l’expert du Centre analytique SOVA, Olga Sivireva, la décision de la Cour aura des conséquences négatives à long terme. « Comme l’ont déclaré les plaignants et les avocats, cette décision contredit la législation relative à l’instruction : les filles qui portent le hijab se retrouvent littéralement privées de droit à l’éduction. En outre, plusieurs conflits ont eu lieu : les élèves ont été chassées de classe, on leur a interdit de venir à l’école. Les parents se plaignent du fait qu’il a fallu conduire certains enfants chez un spécialiste suite à l’angoisse subie ».

La veille de l’examen de l’affaire par la Cour, le chef du Conseil des muftis de Russie, Ravil Gaïnoutdine, avait demandé au président Vladimir Poutine de défendre le droit des musulmanes russes à porter le voile à l’école. Le chef de l’État avait déjà reçu une demande similaire en 2013. Il a alors estimé qu’il n’y avait rien de correct dans le port du voile dans les établissements scolaires, ajoutant qu’une telle tradition n’avait jamais existé, même dans les régions à dominante musulmane du pays.

La position du président russe est soutenue en Mordovie. Le conseil représentatif de la communauté tatare locale soutient l’introduction d’un uniforme scolaire laïc. Selon les membres du conseil, cette mesure permettrait d'atténuer les divergences sociales, nationales et religieuses au sein de l’école laïque.

Selon Mme Sibireva, le port du voile suscite de nombreuses controverses au sein de la société russe. « Par exemple, en Tchétchénie il est problématique de ne pas porter le voile. Par contre en Mordovie, c’est le contraire. Si on n’appuyait pas autant sur le fait que le voile est un attribut religieux, il n'y aurait probablement pas eu de conflit et, par conséquent, le nombre de jeunes filles souhaitant afficher leur appartenance religieuse grâce à cet attribut serait moins important », a-t-elle conclu. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.