Les autorités assimilent les blogueurs russes aux médias

23 avril 2014 Marina Obrazkova, RBTH
Le mardi 22 avril, le parlement russe a adopté un projet de loi assimilant les blogueurs aux médias. Si la loi entre en vigueur, l’authenticité des informations publiées sur les blogs populaires devra être vérifiée tandis que les auteurs devront révéler leur vrai nom. Les experts affirment qu’il s’agit d’une tentative de prise de contrôle d’internet de la part des autorités. Les blogueurs eux-mêmes verraient la fiabilité des informations publiées sur les pages les plus visitées se renforcer.
Le blogueur Ilya Varlamov Crédit : Itar-Tass
Le blogueur Ilya Varlamov Crédit : Itar-Tass

Qui sont les blogueurs

Dans le cas où le texte serait ratifié par le président, il rendra obligatoire pour les personnes physiques et juridiques de notifier à l’autorité de supervision des communications et des médias (Roskomnadzor), le démarrage de la publication d’information sur Internet, ainsi que de stocker pendant un semestre les données touchant à la diffusion d’information sur Internet. Les personnes utilisant des sites pour leur usage personnel, domestique ou familial ne seront pas concernées par ces nouvelles règles.     

Ce faisant, un nouveau concept fera son apparition dans la législation : celui de « blogueur ». Les députés suggèrent d’inclure dans cette catégorie tous ceux enregistrant sur leur site personnel ou bien leur page sur les réseaux sociaux un minimum de 3000 visites par jour, écrit l'agence ITAR-TASS. Roskomnadzor entend développer un programme spécial afin de surveiller le nombre de visiteurs.

 Toutefois, les personnes incluses dans la catégorie « blogueur », devront être inscrites dans un registre spécial et seront en mesure de gagner de l’argent grâce à la publicité. L’un des auteurs du projet de loi et président du Comité de la politique d’information de la Douma d’Etat, Alekseï Mitrofanov, a déclaré qu’à l’avenir, il serait possible que les blogueurs soient classés dans différentes catégories en fonction du nombre de visiteurs : « blogueur », « super-blogueur » et « blogueur-star ».

En termes concrets, si les blogs devaient être enregistrés auprès d’une structure d’Etat, cela signifie que les propriétaires de journaux internet seront contraints de vérifier l’authenticité des informations publiées, de respecter les règles concernant les campagnes préélectorales, de ne pas propager d’information concernant la vie privée des personnes, de ne pas disséminer de documents extrémistes, et de spécifier des restrictions d’âge pour les usagers. Dès qu’un blog totalisera 3000 lecteurs, son auteur sera tenu de dévoiler son véritable prénom et nom de famille, de sorte que le blog ne diffère pas des médias.

Des amendes sont prévues en cas de violation de la réglementation : de 100 à 200 euros pour les personnes physiques, et de 200 à 1000 euros pour les personnes morales. Pour les contrevenants n’obéissant pas de façon répétée aux injonctions du Roskomnadzor, une pénalité de 10 000 euros assortie d’une fermeture du blog pendant 30 jours est prévue.


Comment vérifier l’authenticité des informations

Le célèbre journaliste de télévision Nikolaï Svanidze estime que ce projet de loi s’apparente à une tentative de prise de contrôle de la sphère internet par les autorités. « Il s’agit d’une restriction flagrante de la liberté d’expression. N’importe quelle personne connue regroupe facilement 3000 lecteurs et devrait donc de fait se comporter comme un média. Cependant, je ne comprends pas de quelle façon un journaliste non-professionnel pourrait vérifier ses informations, explique l’expert. Il pourrait dire qu’il a lu quelque chose dans un journal ou entendu parler un voisin. On ne peut pas contraindre une personne, un journaliste non-professionnel, qui ne dispose pas des compétences nécessaires pour vérifier l’information, de se porter garant de celle-ci sous peine de sanction ». Le journaliste est convaincu qu’une telle loi sera extrêmement difficile à faire appliquer, en conséquence de quoi elle sera mise en œuvre de façon sélective. « Les lois difficiles à faire appliquer  représentent un danger, parce que l’on ne sait pas à quel moment elles seront soudainement mises en œuvre, c’est comme une « épée de Damoclès » constamment suspendue au dessus des têtes de chaque utilisateur de blog ».

Le photographe Ivan Dementievski tient un blog lu par plus de 6000 personnes. Si la loi est adoptée, il deviendra un mini-média. Aussi, il est convaincu que ce texte devrait rehausser le statut des blogueurs. « Assimiler officiellement les blogs à des médias aura un impact sur l’opinion publique, il y aura davantage de confiance », explique M. Dementievsky.

Le photographe est convaincu qu’il faut dès à présent vérifier les informations publiées. « En ligne, on voit souvent des posts et des publications d’informations complètement fausses et les gens écrivent parfois des choses stupides, explique le blogueur. Certaines personnes verront cette nouveauté sous un jour négatif et je les comprends, mais si cette loi peut aider à faire baisser la désinformation sur internet, c’est une bonne chose. A titre personnel, je serais moins affecté, parce que je n’écris pas sur des thèmes politiques, mais une véritable guerre de l’information fait rage actuellement ».

En ce qui concerne l’enregistrement auprès de la structure d’Etat, M. Dementievski a pu constater à quel point la procédure en question sera difficile. « Malheureusement, dans notre pays nous sommes tous habitués aux lenteurs administratives, c’est un fait. Si l’enregistrement ne prend pas beaucoup de temps et d’énergie, pourquoi ne pas s’enregistrer », résume-t-il.

 

Réagissez à cet article tweetant @rbth_fr #blogueur #medias


Droits réservés
+
Suivez-nous sur Facebook