La Crimée a divisé la société russe en deux camps

Les représentants des organisations de jeunesse, de vétérans patriotes ont participé à l'action de soutien à l'Ukraine. Crédit : Itar-Tass

Les représentants des organisations de jeunesse, de vétérans patriotes ont participé à l'action de soutien à l'Ukraine. Crédit : Itar-Tass

Dimanche, dans différentes villes de Russie, des actions ont été organisées, tant de soutien que d'opposition à la conduite d'une campagne militaire en Ukraine. Les meetings des mécontents de l'opération en Crimée ont fini par les détentions des participants, alors que les défilés « antimaïdan » se sont déroulés sans incidents.

Deux meetings se sont tenus à Moscou dimanche : un de soutien et l'autre contre la campagne militaire en Ukraine. Les opposants à la guerre sont allés jusqu'à l'immeuble du Ministère de la Défense et sur la place du Manège. L'action anti-guerre était désorganisée : la communication des appels à participer à la manifestation est apparue la vielle sur les réseaux sociaux, peu après la réunion du Conseil de la Fédération dans laquelle les sénateurs ont décidé que le Président Vladimir Poutine peut envoyer la troupe sur le territoire de l'Ukraine.

Une fille qui est arrivée parmi les premières au meeting anti-guerre au ministère de la Défense, a posé la question à un omon [police anti-émeutes] : « Vous savez, j'ai peur que mon frère aille se battre contre l'Ukraine. Pourquoi envoyer l'armée là-bas ? ». Une dizaine de personnes ont déjà été retenues après le début des actions. Les gens n'ont pas opposé de résistance, mais ils n'ont pas arrêté de scander « Non à la guerre ! ». Ils sont venus avec un cortège spontané du côté de la place du Manège, où encore un autre meeting été prévu, organisé de la même façon. Selon les données de la police, 40 personnes ont été détenues près de l'immeuble du ministère de la Défense, et encore 50 sur la place du Manège.

Les représentants des organisations de jeunesse, de vétérans patriotes ont participé à l'action de soutien à l'Ukraine. « Poutine, je suis avec toi ! », « Gloire aux Berkout », « Maïdan ne passera pas », « Ensemble avec l'Ukraine ! » étaient les principaux slogans des manifestations. D'après les comptes des organisateurs, le cortège a réuni plus de 27 000 personnes.

Almira, en classe de terminale, est venue à la manifestation avec une pancarte « Nous sommes pour la Crimée ! ». « Je m'intéresse généralement à la politique, j'ai suivi la situation en Ukraine, et quand j'ai vu cette Maïdan, j'ai eu comme le sentiment que mon petit frère m'avait trahi. Mine de rien les Ukrainiens sont nos petits frères, n'est-ce pas ? Alors j'ai donc décidé de venir, je considère que la Crimée est notre territoire commun » raconte l'écolière. « Il ne faut pas seulement les troupes, dit Almira. Il est mieux que l'Ukraine nous laisse simplement la Crimée. En effet, si ses habitants ne sont pas contents de ce pays, pourquoi les retenir aussi fortement ». « Je suis venue au meeting de mon plein gré, je connais des gens de mon âge qui vivent en Ukraine, c'est pas drôle pour eux maintenant. C'est pourquoi il faut que tout ça se finisse bien, sans guerre », racontait Lioubov Viktorovna, collaboratrice du centre de loisirs et de sport du bureau communal Tchetanovo-Severnoe.

En soutien aux citoyens russophones, des coureurs automobiles sauvages ont fait des courses de rues, organisant sur le mont des Moineaux une course automobile de 50 voitures avec le slogan « nous n'abandonnons pas les nôtres ! », le club de motards « les loups nocturnes » l'a également fait : ils ont commencé une course de motos la veille à l'est de l'Ukraine « en soutien à la population russe ».

Dans la salle de concert « Oktiabrski » à Saint-Pétersbourg, les représentants du parti du pouvoir Russie Unie ont réussi à réunir de l'ordre de 15 000 personnes pour l'action de soutien à la campagne militaire. Dans la résolution du meeting, la décision de l'utilisation de l'armée sur le territoire de l'Ukraine était soutenue en raison de « du harcèlement sans précédent de simples citoyens d'après des signes religieux et ethniques et leurs convictions politiques ». Les témoins racontent que des fonctionnaires, des étudiants, des élèves-officiers, des Cosaques ont participé aux manifestations. Les représentants des autorités de la ville ont déclaré que le meeting « sur la situation en Ukraine » était convenu depuis déjà longtemps, mais là un nouveau prétexte tombe à pic. La manifestation n'a pas duré plus d'une demi-heure.

Le meeting d'opposition contre l'entrée des troupes en Ukraine s'est tenu à Saint-Pétersbourg sur la place Saint-Isaac. Cette action n'était pas conforme. On a communiqué que 500 opposants à la décision du Conseil de la Fédération se sont réunis sur la place, et à la fin de la manifestation près de 40 personnes ont été arrêtées. 

Un meeting et un cortège ont également eu lieu à Krasnodar. 10 000 personnes formaient la marche dans la ville avec des pancartes « Le fascisme ne passera pas ! », « La Crimée et le Kouban ensemble! », et « la Russie Unie est une grande Russie ! ». « Nous enverrons bientôt en Ukraine la première partie de l'aide humanitaire de la part des habitants du Kouban. Et si c'est vraiment serré, alors nous donnerons aussi l'asile sur notre terre », a déclaré Alexandre Tkatchev, gouverneur de la région de Krasnodar. Il a aussi fait remarquer que les habitants du Kouban ne peuvent pas rester indifférents à ce qui se passe en Ukraine, puisque « beaucoup d'habitants du Kouban ont des amis et des parents sur l'autre rive ». « Mais il ne s'agit pas de la guerre, que Dieu nous en garde ! Le président n'a jamais déclaré et ne déclarera jamais la guerre au peuple ukrainien », a précisé Tkatchev.

Une série de meeting en soutien aux compatriotes en Ukraine aura lieu sur le territoire de Russie dans les prochains jours. Lundi, des manifestations ont eu lieu à Belgorod, Briansk, Novotcherkassk ; mardi, Rostov, Voronej, Kostroma et Irkoutsk doivent prendre le relais des manifestations de masse. Les manifestations continuent aussi à Moscou. Des hommes politiques russes, des personnalités de la culture et du sport déclarent déjà leur soutien aux mesures prises.

D'après les sources : Nezavissimaïa gazeta, Kommersant, Gazeta.ru, Moskovski Komsomolets, RIA Novosti, Lenta.ru

 

Et vous suivez-vous la situation en Ukraine ? Donnez-nous votre avis en tweetant @larussie #Ukraine #Crimee


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.