La Russie change le système d'accueil des étudiants étrangers

Crédit : Alexeï Filippov / RIA Novosti

Crédit : Alexeï Filippov / RIA Novosti

Le Ministère de l’Éducation et des sciences russe prévoit d'entériner avant la fin de l'année 2014 la nouvelle liste de prérequis pour les étrangers qui veulent intégrer l'enseignement supérieur en Russie. Désormais, les candidats étrangers devront, au cours d'une année apprendre la langue russe, les mathématiques, et les matières fondamentales de la spécialité choisie pour être admissibles aux examens d'entrée de l'établissement d'enseignement supérieur choisi.

Les candidats étrangers se préparant à entrer dans des établissements d'enseignement supérieur russes seront répartis en quelques profils : sciences sociales, sciences naturelles, médecine et biologie, ingénieur technique et économique. Chacun des blocs inclura trois matières obligatoires et une spécifique au profil. 

En outre, les candidats étrangers apprendront les matières fondamentales de l'enseignement général, par exemple, la langue russe, les mathématiques et l'informatique. La liste des matières apprises sera définie selon la spécialité choisie. A la fin de la formation, il faudra passer les examens pour les matières obligatoires, et des contrôles pour les matières additionnelles.

Pour la langue russe, en dehors de la connaissance du lexique, de la phonétique et de la ponctuation, il faudra acquérir un vocabulaire d'au moins 2 300 mots, comprendre un texte à l'oral à une vitesse de 200-240 mots à la minute et lire à une vitesse de 80-100 mots à la minute. En outre, le candidat doit apprendre à écrire un essai et un exposé sur le thème de son profil. Le recteur de l'Université d'Economie de Russie de Plekhanov Victor Grichine explique qu’« il n'y a pas actuellement d'exigences claires pour la connaissance du russe, c'est pourquoi on demande celles qui sont les plus élémentaires ».

Pendant l'apprentissage de la littérature russe, comme une des composantes de la langue russe, le candidat devra obligatoirement acquérir des connaissances sur la littérature russe des XVIII-XIXe siècles, mais aussi les biographies des auteurs classiques russes Pouchkine, Lermontov, Tourgueniev, Gogol, Dostoïevski, Tolstoï et Tchekhov. Le candidat étranger devra parler des particularités de l’œuvre des différents écrivains et caractériser leurs ouvrages et leurs héros (d'après 2-3 œuvres de chaque auteur).

En mathématiques, les candidats étrangers devront obligatoirement apprendre non seulement à réaliser des opérations simples, mais aussi à savoir faire la démonstration en russe des différents théorèmes et à appliquer des formules basiques, mais également apprendre les bases de l'analyse mathématique.

La vice-rectrice de l'Université russe de l'Amitié des Peuples pour l'international Goulnara Krasnova déclare que « tous les systèmes nationaux d'éducation sont différents, et il faut comprendre les équivalences pour ne pas prendre un élève de 3e en première année d'université ». Chaque établissement définira pour lui-même les critères d'évaluation des différentes disciplines. « Nous avons des accords bilatéraux avec une série de pays, explique-t-elle, où on n'exige pas de validation d'un niveau de formation, mais cependant la liste des pays avec lesquels il n'y a pas de tels accords est encore longue ».

Aujourd'hui près de 250 000 étudiants étrangers de 150 pays étudient sur le territoire de la Russie. Les 40 000 meilleurs d'entre eux reçoivent un enseignement supérieur aux frais du budget fédéral de Russie. En nombre d'étudiants dominent des pays de la CEI (Moldavie, Tadjikistan, Ouzbékistan et Ukraine), mais aussi d'Europe (Slovénie), d'Afrique (Zambie), d'Asie (Chine, Pakistan, Syrie, Irak), et des pays d'Amérique latine (Colombie, Guatemala, Pérou).

A l'heure actuelle, la part des étudiants étrangers représente 2,3% du chiffre global, pour 2015 le Ministère de l'Education et des Sciences prévoit d'augmenter leur part jusqu'à 6%, et pour 2018 jusqu'à 10%. Sergueï Markov, vice-recteur de l'Université d'Economie de Russie Plekhanov et membre de la Chambre civique, a récemment fait remarquer qu′ « il est très justifié que le Ministère de l'Education ait décidé de s'occuper de cette question et de mettre de l'ordre. En fin de compte, ça ne rehaussera pas seulement la qualité de la formation des étudiants, mais aussi le prestige de l'enseignement russe ».

Selon les recommandations du département, le délai d'étude des candidats étrangers dans les établissements russes doit être de 52 semaines (une année académique) après leur admission : ils passeront 38 semaines en cours, 4 semaines en examens, et 10 semaines sont prévues pour les vacances.

Sources : Izvestia.ru, Moskovski Komsomolets et Radiovesti.ru

 

Et vous voudriez-vous étudier en Russie ? Donnez-nous votre avis en tweetant @larussie #éducation


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.