L’inventeur de la kalachnikov, Mikhaïl Kalachnikov est mort

Au cours de sa vie, Kalachnikov reçut des dizaines de distinctions du gouvernement pour devenir une véritable légende nationale et mondiale. Crédit : Reuters

Au cours de sa vie, Kalachnikov reçut des dizaines de distinctions du gouvernement pour devenir une véritable légende nationale et mondiale. Crédit : Reuters

Le 23 décembre au soir, une triste nouvelle a atteint Moscou depuis la capitale de l’industrie de l’armement, Ijevsk : suite à une longue maladie, Mikhaïl Kalachnikov, célèbre pour avoir créé le fusil d’assaut que les spécialistes considèrent comme le meilleur exemplaire d’armes à feu de l’histoire, est mort.

Le 17 novembre, Kalachnikov a été placé en soins intensifs au centre de diagnostique clinique d’Ijevsk car il souffrait d’une hémorragie gastrique. Au cours des cinq dernières semaines, des nouvelles encourageantes nous parvenaient d’Ijevsk, mais ces derniers jours les informations sont devenues inquiétantes. Le 23 décembre, le cœur de la légende de l’époque soviétique s’est arrêté.

Kalachnikov venait d’une simple famille paysanne et s’intéressait aux matières techniques depuis son enfance. A 18 ans, Kalachnikov fut appelé pour servir dans l’Armée rouge, où il montra une ingéniosité étonnante et proposa différentes améliorations de la conception des canons à char.

En aout 1941, Kalachnikov partit à la guerre, mais, deux mois plus tard, il fut grièvement blessé et transporté à l’hôpital où il passait l’essentiel de son temps à dessiner des croquis pour le futur AK-47 qui devait immortaliser son nom.

Les conceptions de Kalachnikov ne passèrent pas inaperçues des principaux fabricants d’armes de l’époque, Kalachnikov fut envoyé à la Direction de l’artillerie principale de l’Armée Rouge, où, plus tard, il dirigea le bureau d’études.

Kalachnikov réalisa son plus célèbre fusil d’assaut en 1947. Depuis, plus de 70 millions d’unités de toutes les versions du fusil d’assaut ont été fabriquées dans le monde. Aujourd’hui, l’AK est utilisée par les forces de l’ordre de plus de 100 pays et a rejoint la liste des inventions majeures du XXe siècle.

Au cours de sa vie, Kalachnikov reçut des dizaines de distinctions du gouvernement pour devenir une véritable légende nationale et mondiale.

« Kalachnikov était notre trésor national ; des hommes comme lui, il y en a un tous les mille ans, son génie technique dépasse celui de toute une pléiade de grands armuriers », déclare le rédacteur en chef du magazine Natsionalnaya Oborona Igor Korotchenko.

Korotchenko a rencontré Kalachnikov à plusieurs reprises et en a gardé un souvenir très affectueux. « Mikhaïl Timoféïévitch, malgré son âge, gardait l’esprit lucide, même si les années affectaient sa condition physique, se rappelle Korotchenko. Il était dévoué aux intérêts de l’usine et pensait à l’échelle globale ».

Korotchenko raconte que Kalachnikov prenait une position active pour l’interdiction de la prolifération incontrôlée des armes à feu et leur diffusion uniquement à travers les structures d’Etat. « Il disait toujours, ce ne sont pas des armes qui tuent, mais l’homme », explique Korotchenko.

L’inventeur militaire Dmitri Litovkine dit que Kalachnikov était une légende vivante et symbolisait la capacité de la Russie à fabriquer les meilleures armes à feu au monde. Litovkine attire l’attention sur le caractère unique de l’invention de Kalachnikov et rend hommage à son rôle dans l’histoire militaire.

« Kalachnikov a créé une arme à feu parfaite, très efficace, simple et économique à produire, et ne nécessitant pas une grande préparation militaire, explique Litovkine. C’est une arme de masses qui a trouvé ses consommateurs. On peut noyer une Kalachnikov dans l’eau, dans la boue, ne pas la nettoyer pendant longtemps, elle tirera quand même. Même les soldats américains en Iraq et en Afghanistan l’utilisent lorsqu’ils en ont l’utilité et la possibilité, car elle est réellement plus efficace que le М-16 ».

Litovkine raconte que Kalachnikov travaillait sur une arme qui pouvait aider sa patrie et finit par fabriquer la meilleure arme à feu au monde. Au milieu des années 1940, se rappelle-t-il, l’Armée soviétique était armée principalement de Mosin-Nagant, alors que l’armée allemande disposait d’armes automatiques et que les capacités d’armement de la Werhmacht dépassaient celles de l’Armée Rouge. « Afin de réduire les pertes aux combats, il fallait trouver une arme absolue. Kalachnikov a créé plusieurs fusils d’assaut de constructions différentes, explique Litovkine. Au final, il a créé une arme que l’on pouvait fabriquer rapidement et relativement pas cher, et qui permettait d’atteindre la supériorité face à l’ennemi ».

Rouslan Poukhov, directeur du Centre d’analyses des stratégies et des technologies et membre du Conseil public auprès du ministère de la Défense russe, rappelle que la Kalachnikov a joué un rôle important dans différents conflits armés du ХХe siècle à travers le monde.

« Je pense que du fait que cette arme a été fabriquée par l’Union Soviétique, des révolutions ont pu se produire aussi rapidement, des insurrections ont rencontré un tel succès. Un adolescent africain ou un paysan vietnamien, armés d’une Kalachnikov, pouvaient immédiatement s’affronter aux soldats américains bien entrainés, explique Poukhov. L’idée de la simplicité alliée à la portée meurtrière est la qualité unique qui a permit à cette arme de devenir bien plus qu’une simple arme. Kalachnikov a révolutionné l’industrie de l’armement ».

Igor Korotchenko rappelle que le fusil d’assaut de Kalachnikov est fiable dans toutes les conditions, dans un désert comme dans les régions polaires. « Aucune arme occidentale ne peut se vanter d’avoir les mêmes caractéristiques », affirme Korotchenko. A l’heure actuelle, la Kalachnikov, explique-t-il, est un complexe de tir équipé de viseur laser et de dispositif de vision nocturne.

Korotchenko estime que la Russie doit faire tout son possible pour défendre l’héritage du concepteur légendaire. « Malheureusement, actuellement, certains pays à qui l’Union soviétique a vendu des licences, commencent à fabriquer des kalachnikov contrefaites, car les licences ont déjà expiré, explique Korotchenko. La Russie doit défendre ses intérêts dans ce domaine, par des moyens juridiques et politiques ».

Entre-temps, en Russie, les essais de la dernière version du fusil d’assaut АК-12 sont en cours ; à leur issue, leur adoption par l’armée russe sera décidée.

 

Réagissez à cet article en tweetant @larussie #Kalachnikov


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies