La Russie introduira les leçons de « littératie financière » dans les écoles

Les leçons de littératie financière qui seront bientôt introduites dans les écoles russes. Source : service de presse

Les leçons de littératie financière qui seront bientôt introduites dans les écoles russes. Source : service de presse

L'État russe veut faire accroître la littératie financière des citoyens. Au XXIe siècle, près de 50% des Russes continuent de garder l'argent chez eux plutôt que dans les banques. Les autorités mettront bientôt en place une réelle éducation financière à l'école.

Le gouvernement russe veut introduire dans les écoles du pays des leçons de littératie financière. Bien évidemment, il ne s'agit pas d'enseigner des concepts complexes du marché financier comme des actions ou des stock options, mais plutôt des connaissances appliquées, nécessaires pour gérer son budget, épargner et être capable de naviguer dans le flux d'informations financières.

Les économistes constatent que les citoyens russes sont plutôt mal informés en ce qui concerne les affaires financières, ce qui est une conséquence du système économique soviétique. Ce n'est pas du tout surprenant car en URSS, il n'y avait tout simplement pas de marché financier, et tous les citoyens gardaient leurs fonds dans la Sberkassa, caisse d'épargne publique du pays. Après la dissolution de l'Union soviétique, durant les années 1990, les Russes investissaient dans de nombreuses sociétés reposant sur un système de Ponzi, et perdaient alors leur argent. Pour cette raison, beaucoup de citoyens du pays ne font toujours pas confiance dans le marché financier. D'après la Banque mondiale, 50% des Russes gardent leurs fonds chez eux, bien que les autorités développent activement le système d'assurance-dépôts. Selon le professeur d'économie de l'Institut de l'éducation ouverte de Moscou Alexandre Proutchenkov, la Russie a besoin de citoyens possédant des compétences financières qui seront capables de comprendre les produits complexes offerts par les institutions financières, de les acquérir d'une manière responsable et d'utiliser correctement les instruments d’épargne et d'assurance.

La promotion de programmes d'éducation financière est devenue possible en Russie largement grâce au soutien de la Banque mondiale. Encore en 2009, le gouvernement russe a conçu un programme national à cet égard, et en mars 2011, le ministère russe des Finances et la Banque ont signé un accord prévoyant un prêt de 113 millions de dollars pour la réalisation d'un projet conjoint dans le domaine de l'éducation financière. Les leçons de littératie financière qui seront bientôt introduites dans les écoles russes représentent une partie de ce projet. Au départ, les leçons seront mises en place dans huit régions du pays, y compris la capitale, ainsi que la république du Tatarstan, les territoires de l'Altaï, de Krasnodar et de Stavropol et les régions d'Arkhangelsk, de Saratov et de Tomsk. Si ces tests aboutissent, la « littératie financière » sera introduite dans le programme d'enseignement général en 2018.

« Il s'agit d'un cours pratique qui montre aux gens comment achever un bien-être financier, comment faire de l'argent pour acheter un appartement ou une voiture, comment garder et gérer ses fonds », explique Dmitri Nikolaev, de l'Académie russe de l'économie nationale et du service public auprès du président russe. D'après l'intéressé, dans les conditions de l'économie de marché, quand personne ne va résoudre les problèmes financiers personnels des citoyens, ce genre de connaissances est indispensable et doit être enseigné à l'école. Les ressortissants russes sont toujours ignorants quant aux opérations financières, ils mettent l'argent sous le matelas et ne savent pas quoi faire avec leurs fonds, estime l'expert.

Cependant, certains enseignants n'estiment pas nécessaire d'introduire la « littératie financière » en tant qu'unité d'enseignement distinct, car elle est enseignée dans le cadre de modules « Économie » et « Sciences sociales », qui sont déjà présents. En outre, il existe de nombreux programmes facultatifs. Notamment à Moscou, où plusieurs centres d'éducation financière qui fonctionnent dans les écoles et organisent régulièrement des cours sous la forme de séminaires, de jeux et d'autres. Parmi les participants de ces cours figurent des professeurs des meilleures universités de Moscou. En ce qui concerne les écoliers, même des enfants âgés de 7 ou 8 ans y prennent parfois part.

« Dans notre école, l'économie est enseignée à titre d'option, c'est une heure par semaine commençant depuis la deuxième année scolaire », explique  Svetlana Poroutchikova, directrice d'une école moscovite spécialisée en économie. « Les enfants aiment cette discipline et l'apprennent sous la forme de jeux, d'études et de dialogue. D'abord, l'économie est apprise à l'échelle d'une famille, puis d'un quartier, d'une ville, etc. Habituellement, les parents des écoliers participent à l'enseignement. Nous utilisons pour le cours un manuel très intéressant et bien composé, les enfants l'aiment beaucoup. De plus, nos enseignants possèdent des permissions spéciales qui leur donnent le droit d'enseigner cette discipline. Nous croyons que les leçons d'économie et de littératie financière rendront la vie de nos enfants plus facile, et leur permettront d'éviter des erreurs et de devenir plus responsables sur le plan financier ».

« Si l'économie avait été enseignée dans toutes les écoles obligatoirement, nous n'aurions pas été obligés d'introduire les leçons de « littératie financière » comme une discipline distincte. Mais la plupart des écoliers restent tout de même ignorants en matière de l'économie », estime Alexandre Proutchenkov. Il n'y a qu'une centaine de lycées économiques dans la capitale, tandis que dans les régions, l'économie est étudiée très brièvement dans le cadre du module « Études sociales ». Pour la génération moderne des élèves, ceux qui commencent à l'âge de 14 ans à travailler et à conclure des contrats, ce n'est pas du tout suffisant.

 

Et vous qu'en pensez-vous ? Donnez-nous votre avis en tweetant @larussie #école


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.