Edward Snowden n’a jamais vendu de secrets

Anatoli Koutcherena informe qu’il est peu probable que Snowden se rende en Allemagne pour discuter avec les parlementaires allemands. Crédit : AP

Anatoli Koutcherena informe qu’il est peu probable que Snowden se rende en Allemagne pour discuter avec les parlementaires allemands. Crédit : AP

Anatoli Koutcherena, qui est devenu le confident de Snowden en Russie, a expliqué les subtilités de la situation juridique de l’ancien employé des services secrets américains à Mikhaïl Barshchevsky, membre du présidium de l’Association des avocats de la Russie.

L’avocat explique que lorsque Snowden est arrivé à Moscou, il est resté bloqué dans la zone de transit de l’aéroport Cheremetievo parce qu’il ne connaissait pas la législation russe et ne savait pas comment procéder. « Quand Snowden a atterri, son passeport n’était déjà pas valide. Mais on n’a pas pu lui retirer sa nationalité. Au final, il a décidé de suivre un schéma simplifié, c’est-à-dire adresser sa demande de visa temporaire au service des migrations : la durée minimum de l’asile temporaire, prévue par la législation russe, est d’un an. Il a obtenu un certificat de réfugié temporaire qui lui donne les mêmes droits et obligations qu’aux citoyens russes, à l’exception de la possibilité d’être employé dans la fonction publique et du droit de vote », raconte Koutcherena.

L’avocat explique que le passeport de Snowden a été annulé lors de son vol entre Hong Kong et la Russie ce qui a compliqué ses déplacements ultérieurs : « Il est toujours citoyen américain, mais son passeport est annulé. Dans mes communications avec les représentants de l’Ambassade des Etats-Unis, ces derniers insistaient pour le rencontrer à tout prix. Mais Edward a toujours refusé, aussi je leur ai dit qu’il n’était pas en état d’arrestation, qu’il ne faisait l’objet d’aucune inculpation sur le territoire russe. Ainsi, sa liberté n’était pas restreinte et les rencontrer ou pas était son droit. Les Américains ont créé ce problème. Lorsque je leur ai proposé de rétablir son passeport pour qu’il puisse décider où aller, ils m’ont répondu : « Nous pouvons rétablir son passeport, mais uniquement pour qu’il se rende aux Etats-Unis ». Cela ne convenait pas à mon client ».

Koutcherena a expliqué qu’il connaissait les informations que Snowden avait transmises aux journalistes à Hong Kong, mais que celles-ci n’ont été rendues publique que récemment. Nous savons que le Président Vladimir Poutine a accordé l’asile à Snowden sous une seule condition -  cesser les activités qui nuisent aux Etats-Unis. « Concernant les révélations, il est vrai que notre président lui a posé la question, nous en avons discuté avec Edward. Il m’a demandé : « Que dois-je faire, puisque lors de mon séjour à Hong Kong, j’ai  transmis les documents sur les écoutes, les activités illégales de la CIA, de la NSA, etc aux journalistes ? Je comprends la position de votre président, mais je ne peux récupérer ces documents. Même si j’en fais la demande, ils garderont des copies. Aussi, toutes les révélations qui concernent l’Allemagne, la France, les autres pays européens sont tirées des documents que Snowden avait laissés aux journalistes à Hong Kong », explique l’avocat.

Anatoli Koutcherena informe qu’il est peu probable que Snowden se rende en Allemagne pour discuter avec les parlementaires allemands, car il pourrait être extradé vers les Etats-Unis, mais il n’exclue pas la possibilité d’une telle rencontre en Russie. L’avocat a également précisé que Snowden n’a jamais accepté d’argent pour les informations qu’il a transmises aux médias. « Il n’a jamais vendu de secrets et n’a, bien entendu, rien touché pour les informations transmises lors de son séjour à Hong Kong. Je peux le confirmer avec certitude, compte tenu de sa situation actuelle. Les économies dont ils disposaient ont presqu’entièrement servi à la nourriture, au logement, à sa protection, etc. Toutefois, certaines organisations et personnes concernées lui apportent leur aide, notamment financière », explique l’avocat.

Koutcherena a également dit qu’en tant que spécialiste en informatique de haut niveau, Snowden pourrait trouver un bon emploi dans n’importe quel pays du monde, cependant s’il quitte la Russie, il perdra son statut de réfugié.

Article original publié sur le site de Rossiyskaya Gazeta

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.