Des chiens contre la contrebande

Crédit photo : Maksim Bogodvid / RIA Novosti

Crédit photo : Maksim Bogodvid / RIA Novosti

Au bureau de douane de l'aéroport de Moscou travaillent 20 chiens. Les animaux sont à la recherche de drogues chez les passagers, des armes, des animaux exotiques et même de grandes quantités d'argent. Dans la mémoire olfactive des chiens, des centaines d'odeurs sont conservées, jusqu'aux nuances les plus subtiles, des facultés 47 fois supérieures à l'odorat humain. Des travaux sont en cours pour créer un nez artificiel, mais le matériel est trop encombrant et inconfortable. Il n'y a donc aujourd'hui pas d'alternative aux chiens.

 Aujourd'hui, au bureau de douane, on dispose de 20 chiens. Ce sont des bergers allemands et des labradors ainsi que des bâtards.

Anton Malinovskii, le chef de la section canine de la douane de Sheremetyevo raconte au journal Moskovskii Komsomolets, que les chiens-douaniers sont acquis dès leur huitième mois jusqu'à un an et demi, et la durée de vie va jusqu'à 8 ans, mais en ils travaillent en fait dès qu'ils peuvent marcher et chercher.

Les animaux sont choisis non pas en fonction de leur race mais en fonction de leur développement physique. Pour commencer on propose au chiot une série d'exercices. La priorité est donnée au comportement des joueurs.

Chien de service dot aimer jouer, et non pas cinq minutes mais pendant une longue période. Les candidats sont achetés auprès d'éleveurs via des annonces. Le prix plafond est de 30 milles roubles (750 euros).

Aujourd'hui trois chiens sont partis aller étudier en République Tchèque selon un accord international passé.  Ils travailleront dans les halls d'arrivée. Même à Sheremetyevo les chiens ont l'air de chercher de l'argent. Il semble que l'argent soit facile à détecter par l'odeur.

« Pour sélectionner les candidats, nous avons vu plus de 70 chiens, dit Anton Malinowski. Et pas seulement dans la région de Moscou et ses alentours, mais également dans les régions de Kalouga, Briansk, Riazan. A peine trois ont étés trouvés : des labradors, des malinois chiens de berger. Le problème est que maintenant l'élevage est principalement destiné à l'exposition. Très peu de chiens sont adaptés pour le sport et le travail ».

Le chien doit être en mesure de vérifier des bagages en quelques secondes.

« Le déchargement des bagages prend 10-15 minutes. Le chien a une petite fenêtre de temps, quelques secondes jusqu'à ce que le ruban avec les sacs ne laissent pas de place pour sentir et identifier l'objet interdit. Et puis il faut ensuite juste attendre que son propriétaire retire son sac du transporteur » explique Malenovskii.

« C'est une tout autre tâche pour les chiens qui travaillent sur les gens. Il faut évaluer la personne sans aucun contact. Une personne quelconque est peu susceptible de faire attention à ces nuances, mais pour un maître-chien c'est un signe que la personne en question porte sur elle ou dans ses bagages à main peut être quelque chose d'interdit ».

L'expert remarque que les passagers sont très calmes face aux animaux.

Les chiens ne vérifient pas tous les bagages de l'aéroport.

« Nous effectuons des contrôles aléatoires, explique le colonel Malinowskii. Nous déterminons s'il faut renifler un certain nombre de bagages. Les destinations à problèmes sont connues. Ce sont principalement les zones où sont cultivés ou fabriqués la drogue : Amérique latine, Asie centrale, Afghanistan. Les armes sont transportées depuis l'Europe et de « points chauds »".

Le labrador du nom d'Egon est spécialisé dans la recherche d'animaux exotiques. Cette année, il a trouvé des tortues, des défenses et 11 kilos de concombre de mer séché. Un seul kilogramme de ce produit rare coûte sur le marché plus de 40 000 roubles (1000 d'euros).

Il y a quelques temps, Egon s'intéressait aux odeurs provenant des bagages à main des passagers. L'homme avait déjà repris son bagage et se dirigeait vers le contrôle des passeports lorsque le labrador tourna son attention vers l'individu. Le sac avait été emballé par six fois.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies