Les Moscovites apprennent à ne plus donner de pots-de-vin

Le principal problème des Moscovites, ce sont les pots de vin de la vie courante auxquels les habitants de la capitale se sont déjà habitués. Crédit : PhotoXPress

Le principal problème des Moscovites, ce sont les pots de vin de la vie courante auxquels les habitants de la capitale se sont déjà habitués. Crédit : PhotoXPress

Des « allées de l'honnêteté » devraient apparaître dans les grands parcs de Moscou. Le premier sentier parsemé de figurines de fonctionnaires et de représentants d'autres métiers honnêtes pourrait apparaître à Sokolniki.

Les maquettes feront partie du projet « Parole parlementaire ! » des membres du parlement des jeunes. Ils comptent également organiser une activité pour le comportement au volant auprès des automobilistes moscovites et lancer un site internet sur les histoires honnêtes du quotidien.

Les visiteurs du parc pourront faire connaissance et se prendre en photo avec les représentants honnêtes de cinq métiers dont le fonctionnaire, le chef de chantier, l'enseignant, l'étudiant et le gendarme. A terme, le nombre de figurines augmentera et les habitants pourront proposer eux-mêmes les héros qu’ils voudraient voir figurer dans l’allée.

L'une des représentations évoquera une situation typique sur la route : le conducteur tendant de l'argent au gendarme. Mais la statue refusera catégoriquement et tendra un procès verbal au conducteur en infraction. Le fonctionnaire « honnête » tiendra dans ses bras une mamie, symbolisant l'attention des autorités pour l'ancienne génération.

D'après les organisateurs, ce projet est appelé à montrer aux gens que « l'honnêteté est à la mode ». De plus, une action de politesse sur la route sera organisée.

50 stations-service de la capitale distribueront aux conducteurs des « autocollants honnêtes » à coller sur leur vitre, selon un des responsables du parc. Toutes les inscriptions auront pour thème la bonne conduite sur la route, comme « Je ne roule pas sur la voie réservée aux transports en commun », « Je ne stationne pas dans les endroits interdits » ou encore « Je ne donne pas de pots de vin ».

Sur un site internet spécial, les utilisateurs pourront mettre en ligne leurs histoires « anticorruption », regarder des vidéos et passer un « test d'honnêteté » amusant, avec la possibilité d'afficher le résultat sur les réseaux sociaux.

Selon Nikolos Koro, membre de la Guilde des commerçants, des autocollants pourraient également être collés sur les véhicules de la police de la route. Par exemple, l'inscription « Ne m'offensez pas avec un pot de vin » pourrait faire passer aux transgresseurs l'envie de « glisser un billet ».

Le principal problème, d'après Koro, ce sont les pots de vin de la vie courante auxquels les habitants de la capitale se sont déjà habitués.

« Plus de 53% des Moscovites ne pensent pas qu'une boîte de chocolat ou un billet de 10 euros pour une visite chez le médecin soit un pot-de-vin, remarque l'expert. C'est pourquoi le personnel médical pourrait porter sur sa blouse l'inscription « Je ne prends pas de pots de vin, j'ai un bon salaire » ».

A son tour, Anton Polski, activiste du mouvement urbain Partisaning, est persuadé qu'il serait plus pertinent d'ouvrir une « allée de la corruption » avec les silhouettes des pires transgresseurs de la loi.

Article publié sur le site de RIA Novosti

 

 

Ce projet aura-t-il du succès ? Qu'en pensez-vous ? Commentez, réagissez ci-dessous ou sur notre page Facebook

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.