En vue des élections municipales de Moscou, la guerre des éléments compromettants a commencé

Source: Reuters / Collage par La Russie d'Aujourd'hui

Source: Reuters / Collage par La Russie d'Aujourd'hui

Les premiers scandales retentissants ont éclaté dans le cadre de la campagne électorale pour le poste de maire de Moscou. Le bureau de la Procurature Générale a découvert un financement en provenance de l’étranger dans le programme électoral du candidat de l’opposition Alexeï Navalny. Et ce dernier a rendu public des informations sur des infractions qui auraient été commises par son principal rival. Les experts estiment que cette guerre des éléments compromettants ne devrait pas sérieusement influer sur l’opinion des électeurs. Cependant, l’infraction de Navalny pourrait potentiellement conduire à son retrait de la course électorale.

Le financement de la campagne électorale de Navalny a éveillé l’attention du parti Libéral-Démocrate de Russie. Les libéraux-démocrates ont été soutenus par leurs collègues du parti au pouvoir « Russie Unie ».

Suite à une requête des députés, le bureau de la Procurature Générale a effectué des vérifications et découvert qu’à travers le système de paiement électronique « Yandex. Argent », plus de 300 personnes morales et physiques étrangères ainsi que des donateurs anonymes issus de 46 pays dans le monde avec 347 adresses, ont viré de l’argent sur le porte-monnaie électronique de Navalny et de membres de son équipe de campagne afin de contribuer à son financement.

Comme l’écrit « Interfax », les éléments du dossier ont déjà été transmis au Comité d’Enquête afin de déclencher des poursuites pénales.  

D’après les législations électorales fédérale et de la région de Moscou, les budgets des campagnes électorales ne peuvent pas bénéficier de dons en provenance d’Etats étrangers et d’organisations étrangères ainsi que de citoyens et donateurs anonymes étrangers.

Cependant, en dépit des découvertes des enquêteurs, la commission électorale de Moscou a indiqué qu’il n’y aura pour l’instant pas d’annulation de l’enregistrement de Navalny : pour cela une décision de justice s’avère en effet indispensable.

Le représentant de l’équipe de campagne de Navalny, Vladimir Achourkov a indiqué que ses collègues surveillent de près tous les dons reçus afin d’éviter toute violation de la législation.

Il a ajouté que tous les paiements douteux, sur lesquels ne figurent pas les informations sur les passeports et les noms complets, sont versés au budget fédéral comme prévu par la loi.

Le directeur adjoint du « Centre des technologies politiques » Alexeï Makarkine, a assuré que cette histoire de financement en provenance de l’étranger a un impact négatif sur la situation de Navalny.

« Cette violation mise en évidence par la Procurature Générale pourrait conduire à son retrait des élections. Bien que je pense que l’on n’en viendra pas à cette extrémité. Ses partisans vont interpréter cette information comme étant politiquement motivée et n’y prêteront pas attention. Mais il y a d’autres électeurs qui n’ont pas encore choisi leur candidat et qui pourrait ne pas soutenir Navalny », - explique Makarkine.

L’expert affirme que si Navalny ne parvient pas à susciter le ralliement de partisans supplémentaires, il ne parviendra pas à se qualifier pour le second tour.

« Il y a un nombre assez important de personnes pour lesquelles ces renseignements sur une possible implication étrangère dans la vie politique russe sont très négatifs », - a conclu l’analyste politique.

Le président de la fondation « Politique Pétersbourgeoise » Mikhaïl Vinogradov a assuré que l’opposant ne pourra se retirer de la course électorale uniquement si une décision en ce sens est prise en haut lieu, dans le cas contraire cette histoire de financement n’affectera pas le candidat.

« Pour les partisans de l’opposant, chaque déclaration à son sujet sera perçue comme étant de la propagande dirigée contre lui. Les autorités ne peuvent pas se permettre de retirer Navalny des élections, il est plus avantageux de le ménager et de le laisser participer aux élections », - explique le directeur de l’Institut de la mondialisation et des mouvements sociaux Boris Kagarlitsky.

En parallèle, une affaire concernant le patrimoine du maire par intérim Sergueï Sobianine se développe. Navalny a en effet posté sur son site internet des informations indiquant que la fille du maire de Moscou dispose d’un appartement d’une surface de plus de 300m² dans le centre de la capitale.

Aux prix du marché la valeur de ce bien est d’environ 5 millions de dollars, ce qui est supérieur aux revenus de M. Sobianine et de sa femme sur les 10 dernières années.

Il est par conséquent difficile d’imaginer qu’il a été acquis à sa valeur réelle. Le service de presse de Sobianine a déclaré que cette surface habitable a été privatisée en stricte conformité avec la loi.

Le porte-parole de l’administration présidentielle Viktor Khrekov a confirmé que Sobianine a obtenu cet appartement lorsqu’il avait été nommé à la tête de l’administration présidentielle, poste qu’il a occupé jusqu’à sa nomination au poste de maire de Moscou.

Boris Kagarlitsky a expliqué que Navalny a plutôt rendu service à Sobianine, car il y a plus de griefs en ce qui concerne sa gestion en tant que maire qu’en tant que personne ayant privatisé un appartement de fonction.

Alexeï Makarkine ne voit également aucun problème en ce qui concerne le maire par intérim. Il affirme que peu de gens s’intéressent au patrimoine des candidats.

« Cette histoire d’appartement a de l’importance pour les électeurs qui de toute façon ne voteront jamais pour Sobianine. Pour les autres, de telles révélations n’ont pas d’intérêt », - explique l’analyste politique.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.