Le co-fondateur de “Yandex”, Ilia Segalovitch, est mort

Source : RIA Novosti

Source : RIA Novosti

Ilia Segalovitch est décédé dans la nuit du jeudi 27 juillet, à l’âge de 48 ans. Il était l’un des fondateurs du moteur de recherche russe principal « Yandex ».

Le premier à avoir annoncé la triste nouvelle est l’autre fondateur de « Yandex », Arkadi Voloj, sur le blog officiel de la société. Ami de Segalovitch depuis l’enfance, Voloj a été laconique : « Il est parti aujourd’hui dans la nuit. Tout s’est passé trop vite et subitement. » 

« Je ne sais pas ce qui pourra remplacer son savoir encyclopédique sur les technologies et sa claire vision du produit », a écrit Voloj. « Mais il a laissé derrière lui une génération entière de nouveaux programmateurs, toute une école. Et il nous a fixé à tous ses normes éthiques ». 

Jeudi dernier encore, le 18 juillet, Segalovitch a présenté la nouvelle plateforme numérique du moteur de recherche « Yandex », « Ostrova », aux partenaires turcs de la société. C’est sa dernière apparition publique.

Les raisons de la mort ne sont pas précisées. Le magazine Forbes a rapporté, en référence au représentant de « Yandex », que Segalovitch souffrait d’un cancer à l’estomac. « L’affection avait atteint un stade critique, et l’entrepreneur avait un temps combattu avec succès le cancer », écrit Forbes. « Mais la nuit dernière, il a fait une rechute létale »

La nouvelle de la mort de Segalovitch a secoué le Runet (internet russe), a été publiée sur twitter en russe, et a fait l’objet de dépêches sur les réseaux sociaux. De nombreuses personnalités de l’industrie ont estimé qu’il était de leur devoir de s’exprimer, et ont présenté leurs condoléances. 

« Il était un ‘capitaliste idéal’, qui gagnait son l’argent grâce à sa tête et à son labeur, était personnellement engagé dans des organisations de charité, et n’avait pas peur de soutenir ouvertement des projets à caractère politique », a écrit le célèbre opposant Alexeï Navalny sur son blog, qui est actuellement candidat au poste de maire de Moscou.

« Il était un pilier fondamental de l’industrie des TIC (technologies de l’information et de la communication) en Russie et a aidé à créer des applications mobiles pour les observateurs électoraux ».

Navalny a ajouté que la dernière fois qu’il avait vu Segalovitch, c’était lors de la marche du 6 mai dédiée aux prisonniers politiques. « Il marchait modestement avec tous les autres dans un manteau gris à capuche. Vive mémoire. Il était très bon », se souvient Navalny sur son post. 

« C’était un homme infiniment bon, sensible et pur, que l’on ne pouvait pas corrompre ni par les mots, ni par l’argent, ni par les investor relations », a écrit le gourou du net Anton Nossik, qui est souvent qualifié de père du Runet.

}

Segalovitch est né dans une famille de géologues à Nijni-Novgorod (à 400km à l’Est de Moscou) sur la Volga, que l’on appelait alors Gorki. Il a passé son enfance au Kazakhstan, où son père a ouvert dans les années 60 le plus grand gisement de chromites d’URSS.

À l’école républicaine de physique et de mathématiques d’Alma-Ata, alors capitale du Kazakhstan, Segalovitch a fait la connaissance d’Arkadi Voloj. 

Après l’école, leurs chemins se sont séparés pour quelques temps, Segalovitch entrant à la faculté de géophysique de l’Institut de prospection de Moscou, avant de travailler à l’Institut des ressources minérales. 

« Depuis 1990 a surgi une forte impression qu’il faut faire quelque chose encore », écrivait Segalovitch dans son autobiographie sur l’un des forums pour les développeurs. 

Alors, la sortie a été la société de Voloj et d’un autre entrepreneur, Arkadi Borkovski. « J’ai commencé à travailler chez eux. Petit à petit, j’ai pris de l’audace et je me suis mis à tout optimiser, classant les principaux développeurs », se souvenait Segalovitch. 

En 1993, l’idée de « Yandex » est apparue, celle d’un indexeur rapide pour l’utilisateur final, comme le décrivait Segalovitch. La première version du programme, un moteur de recherche encore local, est apparue à l’automne, et au bout de deux Segalovitch et Voloj ont décidé de créer un moteur de recherche pour internet. Il est sorti en 1997.

La société-même de « Yandex » a été créée par Segalovitch et Voloj en 2000. L’idée de la marque était aussi d’Ilia, combinant la lettre « ya » au mot « index ». « Je me sépare très mal de ‘Yandex’, j’y suis très fortement intégré », avait déclaré Segalovitch en septembre 2012 lors d’une interview avec le web magazine Snob.

« Avec mes collègues, nous posons devant nous une tâche très difficile et ambitieuse, celle de créer une firme internationale ».

Il a atteint son but : en 2011, l’entrée de Yandex en bourse a été un succès, avec une capitalisation de plus de 8 milliards de dollars. En 2013, Segalovitch a occupé le poste de directeur technique de la société, possédait 2,5% de son capital et 6,87% des voix de « Yandex », et est entré au conseil de direction. 

Son souhait « de faire quelque chose encore » ne s’est pas limité à ses recherches et réalisations professionnelles. En 1993, Segalovitch et son épouse Maria ont fondé une organisation de bienfaisance, « Les enfants de Maria », pour aider les enfants orphelins et les enfants sortant de foyers d’accueil dans leur réhabilitation sociale à travers les arts créatifs. 

Le dernier post de la page Facebook de Segalovitch date du 16 juillet, précisément à ce sujet. À côté de d’une photo sur laquelle des dizaines de jeunes gens souriants tiennent un panneau sur lequel sont dessinées des girafes, on peut lire : « Eh bien en attendant, les Enfants de Maria m’ont aujourd’hui fait une dédicace renversante. Les girafes sont juste géniales »

À la question de savoir ce qu’il aurait aimé inventer, dans cette interview de Snob, Ségalovitch a répondu : « Une machine à remonter le temps, comme en possède Hermione Granger de ‘Harry Potter’. D’ailleurs, j’ai traduit les sept tomes de cette histoire, et je les ai lus à haute voix à mes enfants. J’aurais aimé avec une baguette magique faire des miracles, que hop ! le système électoral fonctionne, et hop ! tous les orphelins des foyers pour enfants soient adoptés par une famille. Pour une telle invention, j’aurais donné tout l’argent que vous voulez ».

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies