Le syndrome Tchétchène à Saratov

Dimanche soir, des centaines d’hommes, amis et famille de Mardjanov, se sont réunis sur la place de la Cathédrale de Pougatchev pour venger son assassinat. Crédit : RIA Novosti

Dimanche soir, des centaines d’hommes, amis et famille de Mardjanov, se sont réunis sur la place de la Cathédrale de Pougatchev pour venger son assassinat. Crédit : RIA Novosti

Depuis deux jours, un conflit majeur à connotations ethniques est en cours entre les habitants de la ville de Pougatchev dans la région de Saratov. Le deuxième jour de la confrontation, il a été signalé que les militaires entreront dans la ville, mais cela a été démenti plus tard. L’administration tente d’empêcher les bagarres massives.

La police de Saratov a démenti l’information, transmise le 8 juillet par certains médias, sur l’envoi de l’armée et des blindés à Pougatchev.

Depuis deux jours, cette petite ville de quelque 40 000 habitants  est agitée par l’assassinat de Ruslan Mardjanov, un ancien parachutiste de 20 ans. Selon l’une des versions des faits, Ruslan a reçu un coup de couteau, selon une autre – un coup de scalpel, lors d’une bagarre de rue à proximité d’un des cafés de la ville. La blessure était grave, l’hôpital où ses amis l’ont transporté, n’a pas réussit à le ranimer.

Le suspect est un adolescent de 16 ans, celui-ci a été arrêté.

« Il a été inculpé pour meurtre et a plaidé coupable », dit Anna Marousova, attaché de presse de la commission d’enquête régionale de l’oblast de Saratov.

Cette nouvelle n’a pas satisfait les habitants de Pougatchev. Dimanche soir, des centaines d’hommes, amis et famille de Mardjanov, se sont réunis sur la place de la Cathédrale de Pougatchev pour venger son assassinat.

Selon les enquêteurs, une bagarre massive a été empêchée par la police. 

« Aucun délit ni violation d’ordre public n’ont été commis », annonce le service de presse de l’antenne du Ministère de l’intérieur pour l’oblast de Saratov.

Par ailleurs, la presse de Saratov, citant Denis Malétine, député de l’assemblée régionale et propriétaire du café à proximité duquel a eu lieu le meurtre, la bagarre a bien eu lieu et la police a dû intervenir.

Le général lieutenant Sergueï Arenin, responsable de l'antenne du Ministère de l’intérieur pour l’oblast de Saratov qui dirige les opérations, ainsi que les membres de l’administration locale et régionale tentent, depuis de jours, de calmer la situation. Hier matin, l’administration régionale a annoncé que « la situation est sous contrôle ». Cela a été annoncé par Denis Fadeev, vice-gouverneur de la région qui s’est rendu à Pougatchev.

Pourtant, le rassemblement à Pougatchev a conduit à une nouvelle confrontation. Selon les témoins, des appels à expulser tous les originaires de la Tchétchénie ont été lancés lors du rassemblement. Pendant que les membres de l’administration, notamment Said-Ahmed Elesov, chef de mission du Président de la République de Tchétchénie Ramzan Kadyrov pour la région fédérale de la Volga, qui s’est rendu à Pougatchev, négociaient avec un groupe de villageois, ceux qui sont restés sur la place, se sont dirigés vers l’autoroute Saratov – Samara avec l’intention de la bloquer.  

La police informe que cela a pu être évité, les policiers ayant réussi à faire changer d’avis au villageois. Les pourparlers ont continué jusqu’à tard dans la soirée. L’administration de la police propose aux villageois de signaler tout acte illicite commis contre eux, mais les gens restent sceptiques face à ces appels.

Par ailleurs, l’administration a promis que les employés du service fédéral des migrations procéderont à un contrôle afin d’identifier les personnes habitant la région sans être enregistrés et d’appliquer les mesures prévues par la loi vis-à-vis de ces personnes. Auparavant, il a été annoncé que le jeune homme accusé pour le meurtre n’est pas de la région mais est venu rendre visite à sa famille.

Valeri Radaiev, gouverneur de la région de Saratov, s’est adressé aujourd’hui aux habitants de Pougatchev afin d’exprimer ses condoléances à la famille de la victime et à appeler la population à « ne pas céder à l’émotion ».

« Nous connaissons les conséquences irréversibles que peuvent avoir la justice personnelle, le trouble et les spéculations sur le thème national… Une situation qui échappe au contrôle peut entraîner une réaction en chaîne avec de nouvelles victimes potentielles. Nous avons l’obligation de l’empêcher ! »

Dans une société civilisée, on ne résout pas les problèmes par la vendetta, par la haine nationale. Soyez raisonnables, clairvoyants et laissez la justice évaluer correctement les événements et rendre un verdict juste, – a dit le gouverneur.

Le père de Ruslan Mardjanov a également pris la parole lors du rassemblement en appelant ses compatriotes à cesser l’acte de protestation, il estime que le coupable n’est pas la confrontation nationale mais la vodka, l’alcoolisation des jeunes.

Entre-temps, la police a démenti l’information sur l’envoi de l’armée et des blindés à Pougatchev. Ces annonces ont été qualifiées de « faux » par le service de presse.

Parallèlement, les médias de Saratov ont appris que des agents d’autres postes de police régionaux seront envoyés à Pougatchev. L’antenne régionale du Ministère de l’intérieur n’a fait aucun commentaire. La police n’informe pas non plus si des arrestations ont eu lieu suite aux troubles à Pougatchev.

« Selon nos informations, il n’y a pas eu d’autres victimes à Pougatchev que la victime du meurtre », a déclaré Dmitri Rasskazov, responsable du service de presse de l’antenne du Ministère de l’intérieur pour l’oblast de Saratov. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.