Les gardiens de l’ordre montent à cheval

Crédit photo : PhotoXpress

Crédit photo : PhotoXpress

L’arrivée de l’été à Moscou a rendu populaires les unités de police les plus insolites et les plus belles : celles de la police montée. Les unités équestres pourraient prochainement devenir obligatoires au sein des effectifs de chaque poste de police de la ville. Il existe même une instruction spéciale sur l’organisation de travail des unités équestres de la police et des troupes internes.

Natalia Safronova, porte-parole de la Direction de la Sécurité Publique du Ministère des affaires intérieures à Moscou, a informé Rossiyskaya Gazeta que les brigades équestres garantiront la sécurité de 20 parcs forestiers de la capitale.

Elles seront chargées de la prévention des incendies, de la protection des usagers contre les agressions et les vols, ainsi que de toute aide d’urgence aux usagers. Les chevaux à Moscou sont, pour ainsi dire, recrutés par le 1er Régiment opérationnel de police.

Il totalise 800 employés dont 395 cavaliers. 253 chevaux servent dans ce régiment. Généralement, au cours des seuls week-ends, lorsque le nombre d’usagers est très important, la police montée localise 20 à 30 feux, une cinquantaine de barbecues, et transporte quelque 15 à 20 délinquants au poste de police.

La seule apparition des cavaliers parvient à calmer les délinquants : c’est notamment le cas pour les fans de football agités.

Un tiers des cavaliers sont des femmes. Une cavalière qualifiée peut menotter un délinquant en fuite et l’attacher à sa selle au galop, si besoin l’atteindre avec son bâton en caoutchouc. Cependant, les cavaliers patrouillent toujours à deux, jamais seuls.

Les femmes sont toujours accompagnées d’un partenaire homme armé d’un pistolet. D’ailleurs, les brigades montées comptent de nombreux couples mariés.

Bien entendu, les policiers n’intègrent ces unités qu’après une formation professionnelle spéciale en cavalerie. L’un des critères obligatoires de recrutement des cavaliers, en dehors de leur habileté en selle, est l’amour pour l’animal, qui est très important. Cela détermine, sans doute, les qualités morales de ces policiers : aucun policier cruel ne sert dans les unités montées. 

En un an, et uniquement à Moscou, les unités montées ont arrêté environ 15 000 délinquants et 5 000 criminels.

La police montée ne sert pas qu’à Moscou. Au total, en Russie, le Ministère des affaires intérieures compte environ 800 chevaux, pour la plupart dans le district fédéral Central et le district fédéral de la Volga. Par ailleurs, les brigades montées patrouillent dans les stations balnéaires des régions de Krasnodar et de Stavropol.

D’autres sujets fédéraux ont commencé à former des unités montées. Des brigades semblables à celles de la ville de Moscou seront créées dans l’oblast de Moscou et de Leningrad. Les unités montées en tant que telles y existent déjà et remplissent bien leur rôle. Pour le moment, leurs effectifs ne dépasseront pas les 70 chevaux.

En outre, le Nord et l’Oural disposent désormais de leur propre cavalerie. La police de la petite ville de Pervoouralsk compte huit chevaux, celle de Petrozavodsk en compte six. À Petrozavodsk, les chevaux sont loués auprès du centre équestre du sport et de la jeunesse, ce qui est logique : ces chevaux sont habitués à l’environnement urbain et ne craignent pas l’affluence de personnes et de voitures. Les policiers de Carélie auront bientôt leurs propres chevaux.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies