Divorce de Poutine : la plupart des Russes compatissent

Selon Le chef du Centre pour l’information politique Alexeï Moukhine, les femmes pourraient désormais s’intéresser davantage à M.Poutine en tant qu’homme politique, ce qui pourrait augmenter sa popularité. Crédit : AP

Selon Le chef du Centre pour l’information politique Alexeï Moukhine, les femmes pourraient désormais s’intéresser davantage à M.Poutine en tant qu’homme politique, ce qui pourrait augmenter sa popularité. Crédit : AP

Après l’annonce de la nouvelle choquante sur le divorce de Vladimir Poutine, les Russes ont salué la confidence du président quant à sa vie privée, tandis que le porte-parole du chef d'Etat dénonce les « ragots » selon lesquels le numéro un russe envisagerait de se remarier.

« Ces derniers temps, Vladimir Poutine apparaissait en public seul, même dans les situations où le protocole exige qu'il soit accompagné de la première dame, provoquant, à chaque fois, de nouvelles spéculations. Désormais, il n’y a plus de quoi spéculer », a déclaré dans son interview à la radio Kommersant FM l'ex-rédacteur-en-chef de la revue Ogoniok, Viktor Lochak.

« Nous voulons tous savoir plus sur les hommes politiques, particulièrement sur le président, et maintenant, une nouvelle page s'ouvre », a indiqué M Lochak. « Le fait que le président ait choisi de se confier sur son divorce au lieu de mener une double vie au nom du protocole artificiel a soulagé beaucoup de gens ».

« Cette nouvelle a éclipsé tout le reste, c'est incroyable », a indiqué le célèbre journaliste Andreï Kolesnikov, un vétéran du pool présidentiel et auteur de plusieurs livres sur le numéro un russe, dans une interview accordée à la radio Business FM. « Ce n'est peut-être pas le dernier acte de ce drame, et, sans aucun doute, c'est un drame ».

Le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov, a dénoncé les affirmations de certains médias selon lesquelles le dirigeant aurait quitté sa compagne pour épouser une autre femme.

« Non, ce n'est pas vrai », a répondu M.Peskov à la question de savoir si c'était l'intention du président. « Jetez un regard sur l'agenda de M.Poutine, et vous comprendrez que sa vie, peut-être malheureusement, est consacrée aux responsabilités qu'il assume en tant que chef d'Etat », a-t-il indiqué dans une interview à la radio Echo de Moscou.

M.Peskov s'est refusé à tout commentaire sur un éventuel remariage du président Poutine. « Je ne pense pas que répondre à ce genre de questions relève des responsabilités du porte-parole. Mais je vous assure que ce ne sont que des rumeurs ».

Evgueni Mintchenko, chef du panel d'experts Mintchenko Consulting, a affirmé que le divorce du dirigeant russe était une affaire personnelle de M.Poutine et que ce geste n'allait pas nuire à sa réputation.

« La Russie est un État laïque avec un haut niveau de tolérance. Les divorces ne sont pas rares, et beaucoup de gens ont été contraints de passer par cette étape », a déclaré l'analyste dans une interview à l'agence RIA Novosti. « Cela pourrait même rapprocher le président du peuple, car beaucoup de citoyens russes étaient persuadés que cela ne pouvait jamais arriver à un président ».

Le politologue Vladimir Slatinov compatit également au dilemme de Poutine.

« M.Poutine a dû serrer les dents. C’était sans doute une décision très difficile pour lui, car il appartient à ce type d’hommes politiques pour lesquels la vie privée est un tabou », a-t-il remarqué.

D’après M.Slatinov, le divorce n’aura probablement pas d’influence considérable sur la cote de popularité du président : « Certains seront peut-être déçus, mais les autres vont apprécier son honnêteté et sa dignité », a dit l’analyste.

Le chef du Centre pour l’information politique, Alexeï Moukhine, a, pour sa part, souligné l’importance du fait que le divorce représentait une décision mutuelle, en ajoutant que les femmes pourraient désormais s’intéresser davantage à M.Poutine en tant qu’homme politique, ce qui pourrait augmenter sa popularité.

« Je me rappelle du battage médiatique qui entourait Mikhaïl Prokhorov à l’époque où il participait à la présidentielle », a indiqué M.Moukhine dans son interview à RIA Novosti.

Avec une fortune estimée à 13 milliards de dollars selon Forbes, Mikhaïl Prokhorov, 48 ans, est un des plus riches célibataires de Russie.

En mars 2012, M.Prokhorov a occupé la troisième place à la présidentielle, derrière Vladimir Poutine et le leader du Parti communiste russe Guennadi Ziouganov. D’après Alexeï Moukhine, le milliardaire a «certainement utilisé » son célibat dans sa campagne électorale.

Dmitri Abzalov, vice-président du Centre russe pour les communications stratégiques, a indiqué que le monde devenait plus ouvert et que les électeurs attachaient une importance plus grande à la sincérité.

« Dans la politique moderne il existe une position selon laquelle il faut tout cacher jusqu’au dernier moment, mais un leader politique fort doit pouvoir agir comme un homme et partir d’une manière civilisée, sérieuse et ouverte, sans insulter son épouse et ses enfants », a déclaré l’analyste.

D’après M.Abzalov, la vie privée des responsables politiques ne représente pas un facteur important pour leur popularité. « Cela aura l’effet le plus faible sur la cote de popularité de Poutine », a dit le politologue.

Bien que le mariage de Poutine ait été civil (pour les chrétiens orthodoxes russes, un mariage civil est préalable à la célébration de la cérémonie religieuse), l’Église orthodoxe a une attitude assez négative vis-à-vis du divorce. Toutefois, le chef de l’Association russe des experts en christianisme orthodoxe, Kirill Frolov, a affirmé que le chef de l’Église russe, Patriarche Cyrille, « compatissait à la décision du couple ».

« Je crois que c’est seulement le Patriarche qui a le droit de porter un jugement sur les tristes nouvelles d’aujourd’hui », a écrit M.Frolov dans son blog sur LiveJournal. « Je suis persuadé que son jugement sera plein compassion et juste et comprendra une évaluation morale de ce divorce », a-t-il en outre indiqué. L’expert a également appelé tous les chrétiens du pays à prier et à « empêcher les forces anti-russes de se réjouir et de s’attribuer le rôle des juges ».

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies