Les députés veulent féminiser le service militaire

L'amiral Vladimir Komoïedov : "Etant donné que nous avons échoué avec le recrutement sous contrat, il faut les remplacer par des femmes". Crédit : RIA Novosti

L'amiral Vladimir Komoïedov : "Etant donné que nous avons échoué avec le recrutement sous contrat, il faut les remplacer par des femmes". Crédit : RIA Novosti

Les députés de la Douma proposent d'autoriser le service militaire à toutes les femmes âgées de 18 à 27 ans. Les amendements pertinents à la loi « Sur l'obligation militaire et le service militaire » ont été soumis au ministère de la Défense.

Aujourd'hui, l'appel sous les drapeaux ne concerne en Russie que les citoyens de sexe masculin âgés de 18 à 27 ans. Les députés proposent de donner à toutes les femmes des droits égaux à ceux des hommes, tout en clarifiant dans la loi que les femmes feront leur service sur une base volontaire.

Les députés ont exclu de la loi l'élément qui exempte les citoyennes du service militaire. Comme l'a expliqué à Izvestia l'auteure des amendements Tatiana Moskalkova, vice-présidente de la commission des affaires de la CEI et membre de la Commission de contrôle de l'exactitude des informations sur le revenu des députés de la Douma, l'idée principale du service militaire féminin est de mettre en place une égalité des droits entre les femmes et les hommes.

Aujourd'hui quelque 3.000 femmes russes font leur service militaire. Crédit : RIA Novosti

« Il n'y a pas besoin de pousser les femmes à aller dans l'armée. Il faut juste ne pas priver d'une telle possibilité celles qui sont déjà motivées et veulent servir. C'est lié au principe d'égalité des sexes et au droit des femmes à servir dans les forces armées », a expliqué Mme Moskalkova.

Dans le même temps, l'amiral Vladimir Komoïedov, président du Comité de la Douma sur la défense et ancien commandant de la Flotte de la mer Noire, note que les femmes contribueront à résoudre les problèmes d'effectifs du ministère de la Défense découlant de l'échec de la mise en place du système de recrutement par contrat.

« Les hommes sont en nombre insuffisant dans notre pays, et nos femmes sont capables d'entrer dans une izba en feu et d'arrêter un cheval au galop (les mots du poème de Nekrassov consacrés à la femme russe, ndlr), alors les femmes doivent être autorisées à se porter volontaires pour le service militaire. Cela aidera à compléter les rangs de l'armée. Etant donné que nous avons échoué avec le recrutement sous contrat, il faut les remplacer par des femmes », a dit Komoïedov, sans cacher son ironie. 

Il a ajouté que quand il servait dans la Flotte de la mer Noire, il avait été agréablement surpris par la présence de femmes sur les navires américains qui jetaient l'ancre dans les ports russes pour des visites de courtoisie.

« Je me souviens, j'ai demandé si elles vivaient sur ​​le navire et il n'y avait pas d'excès de la part de la partie mâle de l'équipage. Et elles ont expliqué que tout excès était très sévèrement réprimé. Je pense que nous allons aussi développer une telle pratique », a ajouté M. Komoïedov.

L'amiral a précisé que dans les conditions modernes, les femmes auraient beaucoup de travail.

« On peut confier beaucoup de choses aux femmes : elles peuvent être opérateur radio, parachutistes, traductrices, même tireuses d'élite. Bien sûr, il ne faut pas mettre une femme dans un tank ou un chasseur, mais il y a un certain nombre d'endroits trop faciles pour les hommes, et où une femme serait parfaitement à sa place », estime le militaire.

Il a ajouté que les amendements de Mme Moskalkova seraient examinés, après harmonisation avec le ministère de la Défense, lors d'une réunion du Comité sur la défense à l'automne 2013. Le vice-président du Comité d'État de la Douma sur la défense Franz Klintsevich estime que l'introduction du service féminin dans le pays stimulera les hommes à servir dans l'armée.

« Je soutiens cette initiative qui ridiculise la partie de la population masculine qui se soustrait au service. Ils ne se comportent pas comme des hommes », a indiqué Klintsevich.

Désormais, la Douma attend la réponse de l'État-major général. Tatiana Moskalkova a envoyé le projet d'amendements au chef de la Direction principale organisation et mobilisation (GOMU) pour évaluer son idée.

« J'ai personnellement rencontré le chef d'état-major de la mobilisation Vassili Smirnov, et il n'a pas émis d'opposition catégorique. Le projet de loi est envoyé au ministère de la Défense pour qu'il donne ses conclusions, afin de comprendre s'il y a les conditions nécessaires et du soutien de leur côté, afin que ce ne soit pas une simple déclaration. Le 5 juin ils donneront une réponse », a annoncé Moskalkova à Izvestia.

La Direction principale de la mobilisation a confié que ses membres réfléchissaient actuellement à la proposition des députés, mais qu'elle soutenait dans l'ensemble l'idée.

« Nous avons déjà dans les forces armées des femmes qui servent sous contrat. Donc il n'y a rien de mal à cette idée. Une autre question est la loi soit formulée correctement pour ne pas provoquer une réaction négative dans la société », a indiqué à Izvestia un porte-parole de la GOMU.

Dans le même temps, l'état-major général a expliqué au journal qu'il faudrait créer pour les femmes des installations distinctes - toilettes, douches, casernes. C'est pourquoi l'appel des femmes nécessite des calculs économiques méticuleux. Le porte-parole du ministère de la Défense Igor Konachenkov a rappelé à Izvestia qu'actuellement, l'armée russe comptait dans ses rangs environ 50.000 femmes dont plus de 3.000 ayant le grade d'officier, les autres étant engagées sous contrat au grade de sergent et soldat.

Article original (en russe) publié sur le site d'Izvestia.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.