À la sortie du métro, le « vélo-politain »

Une piste cyclable de 7,5 kilomètres sur l’avenue Vernadskovo. Crédit photo : ITAR-TASS

Une piste cyclable de 7,5 kilomètres sur l’avenue Vernadskovo. Crédit photo : ITAR-TASS

Les autorités de la capitale russe comptent avant tout dessiner trois pistes cyclables reliant différents quartiers, ainsi que des zones de stationnement pouvant accueillir 2 000 vélos.

L’année dernière, une piste cyclable de 7,5 kilomètres a été tracée sur l’avenue Vernadskovo, dans le Sud-Ouest de Moscou, reliant les bâtiments de l’Université d’État de Moscou à ses dortoirs.

Cette piste est munie de 12 parkings pour une capacité totale de 216 bicyclettes.

Cité plus tôt dans l’année par l'agence RIA Novosti, Piotr Birioukov, maire adjoint chargé du logement et des services communaux, a précisé que 23 kilomètres de pistes cyclables avaient été imaginés pour le District administratif central, alors que 11,3 kilomètres de tracé avaient déjà été mis en place cette année.

Les résidents de la ville et sa communauté de cyclistes sont cependant loin de soutenir unanimement ces initiatives.


« Je ne comprends pas tout-à-fait pourquoi le District administratif central a été choisi pour le projet pilote (de parkings à vélos) aux dépens d’autres secteurs plus périphériques mais avec autant de cyclistes, comme le District administratif Ouest ou celui de Zelenograd », indique Piotr Dvoriakine, responsable du mouvement cycliste Rusvelos.

L’été dernier, la construction d’une piste cyclable au parc naturel Bitsevski, censée relier les stations de métro Beliaievo et Tchertanovskaïa, a notamment provoqué des actions de protestations de la part des résidents locaux.

La raison de leur colère : les trous creusés pour placer des lampadaires et qui endommagent les racines des arbres.

La construction d’un remblai pour la piste cyclable a été abandonnée, mais l’entrepreneur Dmitri Ougrioumov et l’architecte Alexandre Perov ont développé un projet bien plus ambitieux pour la même zone de la ville.

Le « Velo-politain » (combinaison entre « vélo » et « métropolitain »), présenté pour la première fois au festival Arkhstoyanie l’été dernier, prévoit des tunnels qui seront construits contre le remblai en bord de fleuve.

Ces tunnels seront composés de pistes cyclables dans les deux sens, ainsi que de passages pour les piétons et les personnes en chaise roulante.

« Une entreprise de construction basée à Tver et spécialisée dans les passerelles piétonnes a estimé que le chantier coûterait 486 000 euros pour 100 mètres », précise une source proche du projet.

« Nous avons besoin d’argent pour mettre en œuvre le projet, mais nous ne disposons pas de sponsors pour le moment. Sans le soutien des autorités moscovites, le projet n’obtiendrait pas les autorisations nécessaires ».

Les militants cyclistes ont également proposé une série de mesures visant à améliorer les infrastructures de la ville.

Selon Dvoriakine, la création d’un groupe d’experts comprenant des militants, sous l’égide du département chargé des transports pour la ville de Moscou, est un bon signe.

Afin d’améliorer les infrastructures de la capitale, les militants cyclistes ont aussi proposé le développement d’un système de stationnement des bicyclettes dans des immeubles d’appartements et des cours.

Source : The Moscow News.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies