Adopter les enfants les plus nécessiteux

Crédit : Sergueï Savostianov

Crédit : Sergueï Savostianov

Quand Elena Sheba, une affable économiste de 35 ans et mère de deux enfants, a d’abord eu l’idée d’adopter un enfant, elle voulait un bébé parfait. Mais après avoir visité différents orphelinats, Elena a réalisé que les enfants dans le besoin étaient ceux qu’elle devait aider.

Crédit : Sergueï Savostianov

« Comme 90% des candidats, j’ai d’abord voulu une belle et saine fille slave », raconte Elena dans une interview dans son petit deux pièces de la banlieue de Moscou. « Mais de tels enfants ont le plus de chance de trouver une famille au final. Le plus grand problème est celui des enfants avec de sérieuses maladies qui attendent des parents pendant des années ».

Economiste de formation, Elena a rejoint les Volontaires pour les Enfants Orphelins il y a cinq ans. Maintenant, en plus de leurs deux enfants naturels, Ioulia 6 ans et Andreï 13 ans, Elena et son mari, Alexandre, ont deux filles adoptives de six ans, Marina et Praskovïa.

« J’ai beaucoup étudié, mais j’ai finalement réalisé que ma réelle vocation est d’être une mère », dit Elena. La première fille qu’Elena a adopté, Marina, a été rejetée par deux couples qui sont venus la voir ; Praskovïa a été rejetée 30 fois.

 « L’équipe de l’orphelinat a tenté de nous en dissuader », indique Elena, lorsqu’elle se rappelle allant chercher Marina dans un orphelinat dans la région de Moscou. « Ils disaient : Pourquoi avez-vous besoin de cela ? Cette fille a un tas de problèmes de santé ”. A l’orphelinat de Praskovïa dans la région d’Astrakhan, Elena dit avoir fait face à une réaction similaire de l’équipe.

La situation dans les orphelinats russes s’améliore cependant graduellement. Les orphelinats sont désormais bien mieux financés, et il y a une plus grande compréhension que les enfants doivent être adoptés par une famille pour les empêcher de devenir institutionnalisés. Les petites organisations citoyennes s’agrandissent également pour supporter les mères vulnérables qui doivent également abandonner leur enfant aux orphelinats.

Cependant, de grands défis demeurent : au moins 80% des orphelins en Russie ont au moins un parent vivant, et dans de nombreux cas, les parents ont été privés de droits parentaux du fait de problèmes sociaux comme l’alcoolisme. Il y a également le problème des taux d’adoption déclinants que les autorités russes essayent de surmonter.

Les adoptions par des familles russes sont tombées de 9,530 en 2007 à 7,416 en 2011 alors que le nombre d’enfants placés dans des familles d’adoption est tombé de 20,864 à 13,766 durant la même période. En Russie, l’adoption est un engagement à long terme pour s’occuper d’un enfant jusqu’à ses 18 ans. Cela peut aussi mener à une adoption complète, où l’enfant devient légalement partie intégrale de la famille à vie.

En ayant interdit l’adoption dans les familles américaines le 1 janvier, le gouvernement va prélever plus d’argent dans le secteur de la protection de l’enfance pour enrayer la tendance à la baisse.

« Un orphelinat n’est jamais intéressé à placer un enfant dans une famille », dit Marina Andreyeva, à la tête du placement d’enfant à Volontaires pour les Enfants Orphelins. « Plus il y a d’enfants dans un orphelinat, plus de financement est reçu de la part de l’État ».

« Les autorités de la protection de l’enfance n’ont pas non plus assez intérêt à aider les orphelins à trouver des familles », ajoute-t-elle.

Les exigences pour les futurs parents adoptifs russes sont assez faciles à satisfaire : un ensemble de documents, une attestation médicale et un revenu mensuel d’au moins le double du niveau de subsistance dans la région où ils vivent. En outre, l’un des parents doit assister à une formation de sept à dix semaines.

Les familles d’accueil reçoivent des paiements mensuels de l’État, avec des taux variant de région en région. A Moscou, un enfant adoptif reçoit entre 12.000 et 15.000 roubles par mois et les parents adoptifs sont payés 13.000 roubles par enfant. « C’est assez pour acheter de la nourriture et des vêtements », dit Elena Sheba.

Les filles d’Elena sont chanceuses d’avoir des certificats gratuits pour les meilleures cliniques de Russie pour les enfants, l’Hôpital Filatov et les jardins d’enfants locaux emploient une variété de spécialistes pour aider à adopter les enfants, pour les intégrer en douceur dans la communauté. Dans d’autres régions, cependant, les versements peuvent être bien plus modestes, et les avantages plus limités.

« A Moscou, toutes les conditions nécessaires sont réunies pour prendre soin de ces enfants, et je pense que bon nombre d’entre eux devraient être placés dans des familles moscovites », indique Elena.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.