Automobile : la Russie refuse de réduire sa taxe de recyclage

On prévoit l'annulation en Russie d'ici la mi-2013 du mécanisme de garanties pour le recyclage des automobiles, et tous les producteurs seront obligés de payer une taxe de recyclage. Crédit : Ruslan Krivobok / RIA Novosti

On prévoit l'annulation en Russie d'ici la mi-2013 du mécanisme de garanties pour le recyclage des automobiles, et tous les producteurs seront obligés de payer une taxe de recyclage. Crédit : Ruslan Krivobok / RIA Novosti

La Russie refuse de réviser le taux de la taxe de recyclage malgré les demandes pressantes de la Commission européenne.

La taxe de recyclage sur les voitures, perçue en Russie depuis le 1er septembre 2012, a figuré au menu des négociations qui se sont tenues les 21-22 mars à Moscou avec l'UE, ont confié à Vedomosti deux représentants de constructeurs russes et étrangers au courant des détails de la discussion. La Commission européenne ne s'est pas opposée au modèle élaboré par le gouvernement russe afin d'harmoniser les conditions des importateurs et des fabricants de voitures, selon la même source.

En outre, au cours des négociations, les responsables russes ont déclaré que le montant de la taxe de recyclage ne serait pas réduit, selon les sources de Vedomosti. Les Européens n'ont pas cherché à contester cette position, même si la proposition de réduire la taxe avait été formulée auparavant.

On prévoit l'annulation en Russie d'ici la mi-2013 du mécanisme de garanties pour le recyclage des automobiles, et tous les producteurs seront obligés de payer une taxe de recyclage. Le taux de base pour les voitures particulières sera de 500 euros (20.000 roubles), pour les autobus et camions d'un peu moins de 3.000 euros (150.000 roubles). Actuellement, la taxe est versée par les importateurs de voitures et certaines usines qui n'ont pas été en mesure d'assumer toutes les obligations en matière de recyclage (dans l'ensemble des petits fabricants de véhicules comportant de l'équipement spécialisé). La Commission européenne a exigé d'égaliser les conditions après l'entrée de la Russie dans l'OMC, faisant valoir que la différence d'approche était discriminatoire à l'encontre des importateurs.

« Les membres de la délégation européenne ne se sont pas opposés à l'idée du gouvernement russe d'introduire des compensations pour les producteurs automobiles travaillant en mode d'assemblage industriel (donnant des avantages pour importer des composants), car quand la taxe deviendra universelle, les conditions des accords d'investissement signés auparavant se détérioreront », a déclaré l'une des sources. « Les membres de la Commission ont rappelé que la majorité de ces accords avaient été signés avec des constructeurs automobiles européens », a-t-il précisé.

Si le gouvernement réduit la taxe de recyclage, en plus d'une hausse des importations, cela réduira l'intérêt des constructeurs automobiles étrangers afin de créer en Russie de nouvelles usines et de développer les sites existants.

L'une des conséquences de la décision sera une hausse des prix des voitures. « La réaction du marché sera une flambée des prix. Malgré le fait que chaque production a ses propres conditions, c'est inévitable », a déclaré le directeur général de « ё-Auto » Andreï Birioukov.

Paru sur le site de Vedomosti le 25 mars 2013.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.