Les autorités russes s’occuperont de la santé des jeunes

L’éducation physique des enfants représente un sujet d’une grande importance qui n’est presque pas abordé par les écoles de Russie. Crédit : PhotoXPress

L’éducation physique des enfants représente un sujet d’une grande importance qui n’est presque pas abordé par les écoles de Russie. Crédit : PhotoXPress

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré durant une réunion consacrée au développement du sport chez les enfants que l’éducation physique devenait de moins en moins populaire chez les jeunes Russes qui préfèrent plutôt passer leur temps devant le petit écran.

Selon M. Poutine, deux tiers des enfants russes souffrent dès l’âge de 14 ans de maladies chroniques. En outre, près de 50% des écoliers sont atteints de troubles du système musculo-squelettique, a noté le président.

Pour changer cette tendance, le gouvernement doit réviser sa politique en matière de promotion de l’éducation physique et rendre cette dernière plus efficace et moderne, estime le chef d’État russe.

D’après M. Poutine, en abordant ce problème, les autorités russes pourraient se servir des méthodes soviétiques, notamment du programme sportif pour les écoliers « GTO » ou « Prêt pour le Travail et la Défense », qui existait en URSS. Ce programme « établissait un standard de l’éducation physique », a déclaré le président russe, lui-même ceinture noire de judo.

Les écoles russes ont soutenu l’initiative présidentielle. Selon Pavel Karpov, directeur d’une école moscovite, « il est absolument normal que l’État veuille poser quelques exigences à ses futurs citoyens », tandis que l’éducation physique serait utile à tout le monde. « Si je comprends bien, le programme GTO représente un ensemble de normes et je n’y vois aucun mal », a indiqué M. Karpov dans une interview accordée au journal Gazeta.ru. « L’éducation physique doit comprendre certaines normes, qui peuvent être facilement évalués par l’État, c’est-à-dire, qu’un objectif est fixé. [L’adoption du] programme GTO signifiera que cet objectif pourra être rendu commun à l’ensemble du pays », a estimé l’intéressé.

Les fonctionnaires, eux aussi, se prononcent en faveur de la proposition du président. « Du point de vue de la santé de la nation, c’est une très bonne idée », a indiqué dans une interview à RIA Novosti Alexandre Degtiariov, chef du comité pour l’éducation de la Douma (chambre basse du Parlement russe).

« C’est un message adressé à la société et qui veut signifier à tous que le sport est synonyme de vie saine et du respect des normes internationales du succès », a déclaré pour sa part à RIA Novosti Viatcheslav Fetissov, membre du Conseil de la Fédération (chambre haute du Parlement) et ancien joueur de hockey.

D’après M. Fetissov, les personnes qui commencent à faire du sport très tôt dans la vie développent à l’âge de 12 ans une aversion à l’alcool et aux drogues. « Nous avons besoin d’une nation saine, car c’est comme cela que nous pourrons créer une économie saine et atteindre tous nos objectifs », estime le responsable.

En développant un système de normes sportives pour les jeunes, le gouvernement devra prendre en compte la santé de chaque enfant. « Il ne faut pas instaurer des objectifs trop élevés, pour ne pas provoquer une crise cardiaque à quelqu’un, mais il est nécessaire d’établir un système de normes », a déclaré Vladimir Poutine.

Selon le président russe aux affaires de la jeunesse de Moscou Evgueni Bounimovitch, l’éducation physique des enfants représente un sujet d’une grande importance qui n’est presque pas abordé par les écoles du pays. « Tous les enfants sont différents, y compris en ce qui concerne leur développement physique, beaucoup d’entre eux sont nés avec des troubles de santé », a déclaré M. Bounimovitch à Gazeta.ru. « C’est pourquoi, si nous comptons faire attention au développement physique de chaque enfant, établir pour chacun une norme qu’il peut atteindre, c’est très bien, mais je crains que cette norme ne soit commune pour tout le monde et que je ne sois obligé de lutter contre cela », a souligné le responsable.

C’est quoi, le programme GTO ?

Le programme soviétique GTO a été introduit en URSS en 1931. Son but principal était de renforcer le niveau d’aptitude physique et de préparation militaire de la population du pays. Conçu pour la quasi-totalité du peuple soviétique (avec des normes prévues pour les âges de 10 à 60 ans), le programme visait principalement les jeunes.

Le programme se composait de nombreux tests physiques, dont la gymnastique, la course (distance courte et moyenne), le saut (en longueur et en hauteur), le lancer (du disque, du javelot, du poids et d’autres), la natation, le ski et le tir (ce dernier exclusivement pour hommes).

Le GTO prévoyait un système de récompenses comprenant deux badges : celui d’or et celui d’argent.

Pour obtenir un badge GTO d’or, un homme âgé de 25 ans devait courir le 100 mètres en 13 secondes et traverser la même distance à la nage en 1m30s.

Sources : Gazeta.ru, RIA Novosti.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies