Catholiques-orthodoxes: cap sur le dialogue

Crédit photo : AP

Crédit photo : AP

L'abdication de Benoît XVI du Saint-Siège a constitué une surprise pour l'ensemble du monde chrétien, y compris pour les représentants de l'Église orthodoxe russe. Notant les importants progrès enregistrés dans les relations interchrétiennes sous le dernier souverain pontife, les experts sont convaincus que quel que soit le nouveau chef de l'Église catholique, aucune détérioration des relations avec l'Église orthodoxe russe ne se produira.

La position officielle de l'Église orthodoxe russe a été énoncée par le président du Département des relations ecclésiastiques extérieures (DREE) du Patriarcat de Moscou, le métropolite Hilarion Volokalamsky. Il a suggéré que face à de graves défis exigeant de nouvelles impulsions, le pape céde sa place à un évêque plus jeune et dynamique.

« La décision du pape Benoît XVI de démissionner dans cette situation peut être considérée comme un acte de courage et d'humilité », a déclaré dans un communiqué le chef de la DREE. L'Église orthodoxe, à son tour, est reconnaissante au souverain pontife pour sa compréhension des problèmes faisant obstacle à la pleine normalisation des relations entre orthodoxes et catholiques, en particulier dans l'ouest de l'Ukraine.

À la veille de l'annonce de l'abdication imminente du Pape, le métropolite Hilarion a noté la dynamique positive des relations entre l'Église orthodoxe russe et l'Église catholique romaine suite à l'accession de Joseph Ratzinger au Saint-Siège. « Espérons que son successeur continuera sur la même voie, et que les relations entre les orthodoxes et les catholiques continueront d'évoluer de façon constante pour le bien commun de toute la chrétienté », a déclaré le métropolite.

Le patriarche de Moscou et de toute la Russie Kirill a également loué le bilan de l'activité du Pape. Selon lui, la position du pape Benoît XVI sur les questions les plus importantes de notre époque suscite le respect, tout comme sa posture courageuse sur la base liée à la tradition apostolique. Dans la presse, cette déclaration a été à tort présentée comme un commentaire sur la renonciation de Benoît XVI au Saint-Siège, alors qu'en fait, le Primat orthodoxe avait donné son opinion à ce sujet quelques jours plus tôt.

Les experts interrogés par La Russie d'Aujourd'hui – aussi bien les représentants des deux églises chrétiennes que les experts en religion – conviennent que quel que soit le nouveau pape, il ne convient pas de s'attendre à une détérioration des relations avec l'Église orthodoxe russe.

« L'Église catholique a toujours considéré et considère l'approfondissement des échanges œcuméniques et du dialogue interchrétien comme sa tâche la plus importante. Et l'unité est réalisable, même s'il est difficile de prédire si cela aura lieu dans un avenir proche, ou s'il faudra plusieurs siècles pour cela. Et l'élection du nouveau Pape ne changera pas ce point de vue », estime le directeur de l'information de l'archidiocèse catholique de la Mère de Dieu de Moscou, le père Kirill Gorbounov.

}

Bien sûr, la personnalité du nouveau pape aura une importance. Le Père Kirill admet que le nouveau pontife puisse ne pas être un Européen, et qu'il ne connaisse donc pas autant la Russie que Jean-Paul II et Benoît XVI. « Mais le principe de base des relations est formulé et aucun changement important n'est prévu. L'histoire et le dessein de Dieu est plus grand que la personnalité de tel ou tel individu », a déclaré le représentant de l'Église catholique.

Aujourd'hui, les deux églises sont confrontées à de nouveaux défis: dans de nombreux pays, le christianisme devient une religion minoritaire. Et le développement des relations entre catholiques et orthodoxes est un besoin intérieur des uns et des autres, a conclu le représentant de l'archidiocèse.

Ecrivain orthodoxe, l'archidiacre Andreï Kouraïev pense qu'il ne faut pas faire de prévisions sur les relations bilatérales tant qu'on ne connaîtra pas les personnalités spécifiques. « Si le Pape est d'Amérique latine ou d'Afrique, il aura son propre ordre du jour et d'autres questions prioritaires », a indiqué le représentant de l'Église orthodoxe russe.

Le directeur du Centre de géographie des religions Roman Silantiev estime que si le nouveau pape sera un Européen, ce qui est le plus probable, les relations entre le Saint-Siège et le Patriarcat de Moscou ne changeront pas. L'Église orthodoxe russe et l'Église catholique agissent au niveau global en alliés, en dépit de certains problèmes non résolus, tels que la relation avec l'Église uniate en Ukraine.

« Benoît XVI laisse des relations avec l'Eglise orthodoxe russe en bon état. Et en Russie, on espère que son successeur les conservera. Si le nouveau pape est européen, il est fort probable qu'il continuera à suivre cette voie. S'il est d'Amérique latine ou d'Afrique, le rapport peut changer. Mais les catholiques veulent un Pape européen, étant donné que c'est précisément en Europe que sont concentrés les principaux défis de l'Église », estime le spécialiste des religions.

Le secrétaire exécutif de l'Encyclopédie catholique russe, Alexeï Ioudine, est d'accord pour affirmer que sous Benoît XVI les relations se sont stabilisées, et que le personnage en tant qu'éminent théologien était intéressant pour le monde orthodoxe. Actuellement, les deux Églises font face à des problèmes mondiaux qui les rapprochent, sans les opposer. L'Église russe, qui renforce son activité missionnaire, aura besoin dans ce travail d'entraide pastorale.

« Il est important de se rappeler que, pour les Européens, la chrétienté orientale, y compris l'Église orthodoxe russe, est un sujet proche. Mais quelle que soit la personne qui accèdera au Saint-Siège, il devra changer. Peut-être qu'un Pape ‘inattendu’ – africain ou hispanique – montrera, au contraire, une énergie inédite et donnera un nouvel élan au dialogue. Dans tous les cas, les prévisions concernant le développement de relations sont positives », conclut l'historien des religions.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies