Armée : pas de répit pour la réforme

Illustration : Sergueï Elkine

Illustration : Sergueï Elkine

Une grande inspection de la préparation au combat a eu lieu dans l'armée russe pour la première fois depuis vingt ans.

Illustration : Sergueï Elkine

A la veille de la Journée des Défenseurs de la Patrie (23 février), le général Sergueï Choïgou, ministre russe de la Défense, a réveillé en alerte la division aéroportée d’Ivanovo, basée à 300 kilomètres de Moscou, et l’a transférée dans l'Oural, sous la direction du Commandant du District militaire central.

7 000 soldats et officiers ont en quelques heures effectué une marche jusqu’à l'aérodrome, où les attendaient 20 avions de transport militaire Il-776MD. Ils ont chargé des véhicules et les cargaisons nécessaires pour le combat et ont décollé en direction de Tcheliabinsk, à destination du polygone de Tchebarkoul. Aux côtés d'autres troupes et unités déployées dans le district, ils y réaliseront des exercices tactiques avec tirs réels depuis tous les types d'armes classiques.

Une inspection aussi soudaine de la préparation au combat de toute une division a lieu dans l'armée russe pour la première fois depuis vingt ans. Dans tous les cas précédents, quand les forces étaient impliquées dans des exercices tactiques et opérationnels, les dates de leur tenue étaient déterminées à l’avance.

Les exercices à tir réel visent à montrer si le cours axé sur l’entraînement au combat intensif des troupes et la correction des réformes qui ont été engagées sous l'ancienne direction militaire est le bon.

Le changement de ministre de la Défense opéré en novembre dernier a soulevé beaucoup de questions au sein des opinions publiques russe et internationale. La principale était la suivante : le nouveau ministre renoncera-t-il aux réformes qui ont eu lieu avant lui, et dans quelle direction mènera-t-il l’armée ?

Comme il s'est avéré, Choïgou n’a renoncé à aucun des principaux axes de la réforme militaire.

Le nouveau ministre n’a pas annulé les transformations structurelles de l'armée russe, au sein de laquelle ont vu le jour quatre districts militaires (les commandements stratégiques opérationnels « Ouest », « Sud », « Centre » et « Est »). Tout comme a été conservé le système de commandement à trois niveaux « district-armée-brigade ». Il n’a pas non plus renoncé aux brigades interarmes qui ont été créées à la place des divisions motorisées et blindées. Il n’a pas fait revenir à Moscou l’Etat-major général et le cabinet du Commandant en chef de la Marine, maintenus à Saint-Pétersbourg. Il est vrai, Choïgou a donné plus de pouvoirs aux commandants en chef des différentes forces armées et aux commandants des branches militaires, y compris sur les questions relatives au personnel et à la gestion des instituts d’enseignement subordonnés. Le principe est simple : formez vous-mêmes les spécialistes dont vous avez besoin.

L’armée continue à recevoir des équipements et des armements neufs. Le croiseur sous-marin nucléaire Iouri Dolgorouki doté de missiles stratégiques Boulava a été adopté au sein de l’armée, des tests sur le bâtiment de même classe Alexandre Nevski ont été menés, et le troisième, le Vladimir Monomakh, a été mis à l’eau. Le chantier du quatrième, le Nikolaï Sviatitel, a été lancé, tandis que les cinquième et sixième, Mikhaïl Koutouzov et Alexandre Souvorov, sont en gestation.

}

De nouveaux systèmes de missiles stratégiques à deux divisions ont été transférés : Ivanovo et Tatichtchev. Trois autres divisions sont sur les rangs : Taguil, Kozelskaïa et Novossibirsk.

En 2013, les essais militaires commenceront pour les modèles de blindés lourds Armata moyens (BMP Kourganets) et légers (Boomerang). Au lieu des véhicules blindés italiens Iveco, dont l'armée a déjà acquis 1 775 unités, l’armée achètera le modèle russe Tigr (sur décision du nouveau ministre). Cependant, l'achat de deux navires français porte-hélicoptères Mistral reste en vigueur.

Sergueï Choïgou n’a pas renoncé au principe de sous-traitance, introduit dans l'armée par l'ancien ministre de la Défense et sévèrement critiqué par certains experts militaires. Désormais, la cuisine et le ménage au sein des unités sont assurés par des professionnels extérieurs à l'organisation militaire : des experts civils. Et ils ne s’occupent plus du nettoyage des casernes : les soldats doivent prendre soin eux-mêmes de la propreté et du confort de leur logement, estime raisonnablement la nouvelle équipe du ministre de la Défense.

Les activités visant à donner une « image plus humaine » au service militaire se poursuivent. Les conscrits, comme auparavant, peuvent dormir pendant une heure après le déjeuner, prendre un congé le samedi et le dimanche, et appeler leur foyer ou leurs amis par téléphone portable sur leur temps libre. Sergueï Choïgou a insisté pour que dans chaque caserne et dortoir de soldat, on triple le nombre de cabines douches, dans lesquelles les soldats peuvent se laver quand ils le souhaitent, et pas uniquement quand ils fréquentent la banya (sauna russe) une fois par semaine. En outre, un système de buffet a été mis en place pour les soldats, et la quantité de légumes dans leur ration a été augmentée. Enfin, leur nouvel uniforme sera plus confortable.

Le général Choïgou lui-même a commencé à tenir tous les mois des conférences téléphoniques publiques. Sur le grand écran du Poste de commandement central de l'Etat-major sont présents tous les commandants, qui tour à tour font un rapport au ministre sur la réalisation de ses ordres, reçoivent de nouvelles instructions, et parfois une volée de critiques. Le tout suivi par les journalistes.

Des changements importants sont en cours dans le domaine de l'enseignement militaire. On a suspendu la liquidation de certaines académies et instituts de formation militaires, la période d’étude dans les académies militaires est à nouveau prolongée à deux ans au lieu de dix mois comme l’avait décidé l'ancien ministre, et dans les Ecoles Souvorov, on apprendra de nouveau à marcher en ordre serré.

Le problème de l’octroi d'appartements pour les anciens militaires est également en passe d'être résolu. Sergueï Choïgou a exigé de fournir des appartements à Moscou aux officiers ayant gagné leurs procès contre le ministère de la Défense, l’ancienne direction militaire n’ayant pas exécuté les décisions de la justice. Le 1er janvier 2013, 33 400 personnes étaient en attente de logement, auxquels se sont désormais ajoutés 20 000 hommes (passés en réserve ces derniers mois) : tous se sont vus promettre un appartement avant la fin de l'année 2013. A partir du 1er janvier 2014, au lieu d’un nouvel appartement, les officiers démissionnaires doivent se voir allouer des fonds pour l'achat de logements. Le montant dépendra du nombre de membres de la famille, des années de service dans l’armée, et du rang militaire. Le prix du mètre carré devra être conforme à la moyenne russe.

Dans l’ensemble, la mise en place de la « nouvelle image » de l'armée russe avance à grand pas, la nouvelle direction militaire ne comptant pas revenir sur les acquis antérieurs de la réforme de l'armée.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.