Le site de rencontres Teamo.ru joue des coudes pour former des couples

En deux ans et demi d’activité, selon les données de l’entreprise, 35 000 couples se sont formés, dont 10 000 se sont mariés. Crédit photo : Getty Images

En deux ans et demi d’activité, selon les données de l’entreprise, 35 000 couples se sont formés, dont 10 000 se sont mariés. Crédit photo : Getty Images

La startup Teamo.ru, en deux ans d’existence, a formé des milliers de couples, attiré deux millions de dollars d’investissements et a commencé à absorber ses concurrents.

« Je me couchais à deux heures du matin, j’ouvrais souvent ma page, pour voir si Dima m’avait répondu quelque chose. Et puis il m’a proposé de nous rencontrer… ». De plus en plus d’histoires d’amour modernes commencent par un contact sur Internet.

La Moscovite Milena a trouvé son compagnon il y a presque deux ans grâce au site de rencontres Teamo.ru. Contrairement à la plupart des sites de ce genre, Teamo.ru occupe le créneau pour ceux qui cherchent des relations durables, et sont prêts à payer pour une sélection basée sur les résultats d’un test psychologique.

L’idée a été empruntée, avoue le directeur général de l’entreprise Andrei Bourine, au site américain eHarmony.com. Au moment du lancement de Teamo.ru en Russie en 2010, eHarmony.com se vantait d’avoir formé 5% de tous les couples qui se sont mariés l’année d’avant aux États-Unis et en Australie.

Les sites russes et américains fonctionnent de la même manière : au moment de l’enregistrement, l’utilisateur répond à une série de questions. Sur la base de ce test est formé un portrait psychologique. La seule différence est le nombre de critères, 17 sur le site russe, 29 sur le site américain.

« Au début, Teamo.ru copiait intégralement le modèle d’entreprise et la logique de l’interface de son prototype américain, explique Bourine. Mais il s’est avéré rapidement que le modèle de eHarmony.com ne fonctionne pas, à l’état pur, sur le marché russe des rencontres en ligne ». Alors Teamo.ru a radicalement changé le design et le contenu du site.

Par exemple, on y trouve une section où un psychologue répond aux questions, un forum, et un blog qui réunit des dizaines d’articles sur les relations. « Nous avons cessé de copier les Américains pour commencer à faire ce qui convient à nos utilisateurs », affirme Bourine.

Les possibilités de la monétisation

L’investissement initial dans le projet est un secret. On sait seulement que la startup a reçu un financement du fonds Fast Lane Ventures et que l’investissement de base est de l’ordre de 500 000 à 1 million de dollars. À l’heure actuelle, parmi les investisseurs du projet Teamo.ru, figurent e.Ventures et UMJ Russia, tandis que la somme globale des fonds investis dépasse les 2 millions de dollars.

« En somme, les « dating » modèles nécessitent l’investissement de capitaux importants car il faut de l’argent pour former le noyau du système opérationnel. Pour un service comme Teamo.ru, la difficulté supplémentaire est que les questionnaires sont beaucoup plus précis, avec un grand nombre de questions, sur lesquels s’appuie l’algorithme de compatibilité des gens », explique Maxime Medvedev, le fondateur et le directeur de l’entreprise AddVenture.

}

Qui plus est, le site n’accueille pas de publicité : Teamo.ru gagne de l’argent grâce aux services payants. Comme pour eHarmony.com, ne sont gratuits que l’enregistrement et la sélection d’un partenaire psychologiquement compatible.

Mais pour entrer en contact et voir les photos de ses possibles « moitiés », il faut payer : 26 dollars pour un mois, 37 dollars pour trois mois, 79 dollars pour un an. « Nous n’excluons pas l’introduction de nouveaux moyens de monétisation, à condition qu’ils ne soient pas en contradiction avec la vision que nous avons de Teamo.ru, qui est avant tout un service pour la recherche de sa moitié », conclut Bourine.

Dans les huit derniers mois de 2012, les recettes et la fréquentation du site ont été multipliées par dix. Il a commencé à dégager des bénéfices. A l’avenir, Teamo.ru compte se développer grâce à ses propres moyens et cesser de faire appel aux investisseurs.

Le premier entremetteur de la Toile russe

Calculateur des cœurs

Teamo.ru mène une statistique précise des « couples heureux », qui se sont rencontrés grâce au site, à l’instar de son prototype américain eHarmony.ru. En deux ans et demi d’activité, selon les données de l’entreprise, 35 000 couples se sont formés, dont 10 000 se sont mariés. 

Les experts considèrent que sur le marché russe des rencontres en ligne, le créneau « relations durables » est relativement libre, sans leader clair. Teamo.ru s’active déjà pour monopoliser le secteur : fin 2012, l’entreprise a acquis le site de rencontre premium Monamour.ru. Après la fermeture des comptes doublons, l’audience unifiée s’est chiffrée à 5,5 millions d’utilisateurs.

Fin janvier, on a appris que Teamo.ru continuera à racheter les concurrents, et le prochain sur la liste pourrait être le site Kisses.ru. Fast Lane Ventures a investi dans Teamo.ru parce que l’entreprise considère que le créneau du « dating » sérieux est très prometteur, sa popularité n’en étant qu’à ses débuts.

Toutefois, l’institut de sondages VTsIOM a établi l’été dernier que les Russes ne sont pas très intéressés par les sites de rencontre dans le but de former une famille. Les sondages montrent que les gens ne prennent pas ces sites au sérieux. Pas plus de 12% de répondants leur font confiance.

Medvedev explique que le modèle « traditionnel » des services de rencontre sur Internet (Loveplanet, Mamba, etc.) est plus attractif, du point de vue des investissements, qu’un site comme Teamo.ru.

À cela deux raisons : premièrement, en Russie, l’abonnement (payer mensuellement pour un service) n’est pas répandu, bien que les Russes soient habitués à payer pour grimper dans les classements de popularité et pour les cadeaux.

Deuxièmement, dans ce que l’on appelle le « dating » ordinaire, le cycle de vie d’un utilisateur est plus long, car la personne est à la recherche de nombreux contacts brefs et revient sans cesse sur le site, contrairement aux sites de rencontres durables, abandonnés dès que la seconde moitié a été trouvée.

Mais Medvedev ne doute pas des avantages de Teamo.ru, notamment un auditoire cible, plus âgé et plus motivé, et par conséquent plus solvable.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies