Pavel Durov Altaï Matches Slavic mythology Red Bull Trans-Siberian Extreme race Spy ZIL Putin Tyva Face of Moscow
Les dieux slaves sous le crayon d'un illustrateur russe Ces accessoires d’espions étrangers découverts par le KGB

9.000 km en deux roues: à quoi ressemble la plus longue course cycliste du monde?

Par Alexandra Gouzeva, Anastasia Karagodina
Red Bull Trans-Siberian Extreme race
Faites défiler vers le bas pour voir plus

Reuters

Nombreux sont les personnes qui rêvent de prendre le Transsibérien de Moscou à Vladivostok. Mais effectuer le trajet de 9 000 km à vélo, ça vous tente ?
Red Bull Trans-Siberian Extreme race

Reuters

Il n’y a que les superhéros pour effectuer ce voyage. Et ils sont dix à avoir pris part à la Red Bull Trans Siberian Extreme Race.
Red Bull Trans-Siberian Extreme race

Reuters

Les cyclistes en provenance de Russie, du Brésil, du Danemark, d’Allemagne, d’Irlande, des Philippines et des États-Unis traversent l’immense territoire russe à vélo.
Red Bull Trans-Siberian Extreme race

Reuters

8 hommes et 2 femmes ont roulé 24 jours durant.
Red Bull Trans-Siberian Extreme race

Reuters

Seulement quelques heures de repos et en selle.
Red Bull Trans-Siberian Extreme race

Reuters

Le Danois Peter Sandholt s’est reposé durant la 9ème étape Krasnoïarsk-Irkoutsk. Cela faisait 12 jours qu’il roulait et avait déjà effectué un trajet de plus de 4 000 km.
Red Bull Trans-Siberian Extreme race

Reuters

Les cyclistes ont quitté Moscou le 18 juillet 2017, la première partie de leur parcours était longue de 375 km, un chiffre ridicule à l’échelle de leur voyage. Seuls deux autres étapes – un parcours de 330 km de Perm à Ekaterinbourg et de 313 km de Ekaterinbourg à Tioumen – étaient plus courtes.
Red Bull Trans-Siberian Extreme race

Reuters

La plus importante portion de route, entre Tchita et Svobodny, était longue de 1 368 km et le premier cycliste l’a parcourue en 52 heures seulement ! Photo : le Brésilien Marcelo Florentino Soares se repose après une étape.
Red Bull Trans-Siberian Extreme race

Reuters

Imaginez contempler des paysages isolés et à couper le souffle non pas depuis la fenêtre d’un train mais sur un vélo et pouvoir cueillir une fleur ou caresser l’herbe au passage… Sur l’image, l’étape entre Oulan-Oude et Tchita. Derrière les coureurs, le lac Baïkal.
Red Bull Trans-Siberian Extreme race

Reuters

Si les stéréotypes veulent que la Sibérie soit constamment gelée, les étés y sont en réalité très chauds.
Red Bull Trans-Siberian Extreme race

Reuters

C’est ce qu’on appelle un bronzage de cycliste. Le Russe Alexey Shchebelin capturé après sa victoire dans l’étape Krasnoïarsk-Irkoutsk, longue de 1.045 km.
Red Bull Trans-Siberian Extreme race

Reuters

En voiture, le trajet Krasnoïarsk-Irkoutsk dure 14 heures. Nos cyclistes l’ont parcouru en 35–37 heures à la vitesse moyenne de 28–29 km/h.
Red Bull Trans-Siberian Extreme race

Reuters

Une voiture assurait le ravitaillement en eau et nourriture, assurait le suivi médical des coureurs et palliait aux problèmes techniques. L’Allemand Pierre Bischoff pendant la 11ème étape entre Oulan-Oude et Tchita.
Red Bull Trans-Siberian Extreme race

Reuters

Les coureurs ont roulé du petit matin au crépuscule, mais il leur est arrivé de rouler la nuit !
Red Bull Trans-Siberian Extreme race

Reuters

Seuls trois coureurs, le Russe Alexey Shchebelin, l’Allemand Pierre Bischoff et le Brésilien Marcelo Florentino Soares sont allés au bout de l’aventure. Ils ont gagné Vladivostok le 10 août. Alexey Shchebelin est arrivé premier au classement général. Sur la photo, le Russe Egor Kovalchuk fait une pose durant la 9ème étape entre Krasnoïarsk et Irkoutsk.
11 août 2017
Tags: vélos, Transsibérien

En savoir plus

+
Suivez-nous sur Facebook