Opération vélo-boulot: les Moscovites répondent présent!

« L’objectif de l’opération est de prouver que malgré les clichés persistants, le vélo est capable de présenter une alternative efficace et raisonnable aux autres moyens de transport. Le vélo est très pratique pour se déplacer dans le centre-ville. Mais les voyages jusqu’aux quartiers dortoirs pourraient être plus confortables », ont déclaré les organisateurs de l’action Let’s bike it ! dans le cadre du projet de développement de l’infrastructure cyclable.

« L’objectif de l’opération est de prouver que malgré les clichés persistants, le vélo est capable de présenter une alternative efficace et raisonnable aux autres moyens de transport. Le vélo est très pratique pour se déplacer dans le centre-ville. Mais les voyages jusqu’aux quartiers dortoirs pourraient être plus confortables », ont déclaré les organisateurs de l’action Let’s bike it ! dans le cadre du projet de développement de l’infrastructure cyclable.

Let’s bike it ! / Denis Chtchepinov
En ce mois de mai, Moscou se joindra pour la sixième fois à l’opération vélo-boulot. Pour présenter les capacités du vélo et attirer l’attention sur le développement des infrastructures urbaines, les Moscovites et les habitants de soixante autres villes de Russie ont enfourché leur vélo.
Pour attirer l’attention sur les lacunes des infrastructures urbaines et mettre en valeur les capacités du vélo, quelque 10 000 Moscovites ont participé le 19 mai à l’opération vélo-boulot qui a été également soutenue par soixante autres villes désirant promouvoir l’utilisation de la petite reine pour se rendre au travail.
Peu à peu, Vladimir a formé autour de lui un groupe de compagnons de route qui organisent aujourd’hui deux grandes manifestations visant à promouvoir les déplacements à vélo : le Bicycle Film Festival international et le défilé de vélos Let’s bike it ! qui se tiendra le 28 mai prochain à Moscou.
Dix « postes énergétiques » ont été mis en place pour les participants à l’action qui y ont reçu des souvenirs, des boissons et des en-cas. En outre, plus de cent cafés, restaurants, ateliers de réparation de vélos et même salons de beauté ont accordé ce jour-là des réductions aux visiteurs venus sur leur biclou.
L’opération vélo-boulot se tient deux fois par ans depuis septembre 2014, ce qui fait que les Moscovites se sont rendus au travail à vélo pour la sixième fois.
Le système du vélo partagé n’a fait son apparition à Moscou qu’en 2013, mais le nombre de vélos loués a été multiplié par 15 au cours des deux dernières années.
Toujours est-il qu’il y a sept ans, personne ne pouvait s’imaginer que les vélos gagneraient aussi vite les cœurs et les esprits des Russes, ainsi que les espaces urbains. Vladimir Koumov, fondateur de Let’s bike it ! et auteur de l’idée de l’opération vélo-boulot, indique avoir réalisé la nécessité de développer la circulation à vélo dès 2010, après avoir passé quatre heures dans un embouteillage au retour d’un aéroport de Moscou.
Les touristes et les habitants de Moscou ont aujourd’hui à leur disposition entre 3 200 et 3 800 vélos dans 330 à 380 stations, a indiqué à RBTH un représentant de Velobike, station de location de vélo dans la capitale russe.
Toutefois, le milieu urbain impose toujours des restrictions à l’utilisation de ce moyen de transport écologique en ville, surtout dans les quartiers dortoirs.
Selon Let’s bike it !, pour augmenter la sécurité des déplacements à vélo et les rendre plus pratiques en ville, il convient de développer l’infrastructure cyclable. « Ce n’est que si la sécurité et le confort sont garantis que les déplacements à vélo deviendront nombreux », a souligné un représentant du projet.
« L’action gagne en popularité chaque année. Nous estimons qu’il existe des tendances internationales dont celle qui consiste à renoncer à la voiture et à bouger davantage tous les jours. Les habitants veulent vivre dans des villes plus accueillantes et plus écologiques et voir autour d’eux des gens et des arbres au lieu de caisses métalliques », a indiqué à RBTH Let’s bike it !
« J’ai compris qu’il fallait changer quelque chose. Ou bien alors partir vivre ailleurs », a-t-il dit au groupe de presse russe The Village. Pour modifier le milieu urbain en Russie, Vladimir a décidé tout d’abord d’étudier l’expérience des pays étrangers et a réalisé deux grands voyages : l’un en Europe et l’autre en Amérique latine.