Saint-Pétersbourg il y a un siècle: des trams sur la rivière gelée

Ancienne capitale de la Russie pendant deux siècles, Saint-Pétersbourg n’est pas qu’une ville, c’est une légende, une cité merveilleuse dont la beauté n’a rien à envier à celle de Paris.

Ancienne capitale de la Russie pendant deux siècles, Saint-Pétersbourg n’est pas qu’une ville, c’est une légende, une cité merveilleuse dont la beauté n’a rien à envier à celle de Paris.

Photo d’archives
Comment les Russes vivaient-ils en hiver à l’époque tsariste?
C’est la plus grande cité du nord de la Russie, une métropole de plus d’un million d’habitants, un monument construit sur les marécages, la fameuse « Fenêtre sur l’Europe » de la Russie et son plus grand port. Saint-Pétersbourg est considérée comme la capitale du tourisme en Russie.
Le joyau sur la couronne de Saint-Pétersbourg est le fait que la plupart de ses bâtiments historiques soient dans le même état aujourd’hui qu’il y a un siècle. Le monument du Cavalier de Bronze est splendide par tous les temps.
Les guides touristiques expliquent en géneral que le meilleur moment pour découvrir Saint-Pétersbourg est pendant les Nuits Blanches, de fin mai à début juillet. Toutefois, nous vous offrons une chance voyager dans le Saint-Pétersbourg hivernal d’il y a un siècle.
La ville fut construite par Pierre le Grand sur un sol marécageux, et même si les températures en hiver n’y sont pas extrêmement basses, l’humidité et les forts vents rendent le froid particulièrement mordant.
Les trams transportaient les passagers d’une berge à l’autre.
La Neva est une rivière large et longue (74 km). Quatre villes sont établies sur ses berges. Elle est navigable par les navires sur toute sa longueur.
Parfois, les traîneaux étaient tirés par des cerfs, mieux adaptés que les chevaux aux conditions du grand nord.
Avant l’invention du réfrigérateur, les gens prenaient des traîneaux jusqu’au milieu de la rivière gelée et découpaient des blocs de glace qu’ils ramenaient en ville.
Il y a cent ans, en hiver, trois lignes de tram (puis quatre) furent établies sur la surface de la Neva gelée.
Il y a cent ans, les routes de Saint-Pétersbourg étaient recouvertes de neige. Des congères se formaient sur le bord des routes et les gens se déplaçaient en traîneaux et en charettes à cheval.