Vivre sur le Cercle polaire

La seule ville au monde située sur le Cercle polaire en photographies

Salekhard, située à 2 436 km au nord de Moscou, est la capitale de la Région autonomes Iamalo-Nenets. La neige et le gel y durent 200 jours par an.

Nous avons demandé à la photographe Evguenia Joulanova, qui a voyagé à Salekhard, de nous raconter son voyage : « En hiver, la température peut descendre jusqu’à -40/50°C, mais j’y suis allée au printemps et en été, alors ce n’était pas si terrible ».

« Mais même en été j’ai dû porter des gants, des sous-vêtements thermiques, des mitaines et un chapeau. Les valenki russes (chaussures d’hiver russes traditionnelles, bottes de feutre) sont le choix parfait ».

« Le nord m’attire avec son mode de vie exotique, la culture des peuples locaux et la beauté naturelle. Mais les conditions ne sont pas bonnes si vous n’avez pas l’habitude de la météo difficile et des moustiques géants, qui peuvent être très gênants en été ».

« Mon plus gros problème durant mon séjour était la nourriture. Le magasin ne contenait que de la nourriture avariée, qui avait gelé. Elle coûte très cher, car rien ne pousse dans cette région. Par contre, il y a beaucoup de poisson. Ils le gardent au frais en le mettant dehors, pas besoin de frigos. De plus, le poisson local est délicieux. Je l’adore ».

« Cependant, mon histoire prouve que ce n’est pas si simple. J’y suis allée pour une semaine, mais je suis restée trois mois. C’était surtout grâce aux habitants. Je n’ai jamais rencontré de gens aussi gentils, ouverts et sympathiques. Si vous voulez vous souvenir de ce que signifie être un vrai humain, allez au nord ».

« Un plat local à essayer absolument est la stroganina, de la viande ou du poisson fraîchement congelé, l’un des plats principaux de la cuisine nordique. Il est servi congelé et découpé en fines lamelles. Les portions sont petites, pour qu’il ne fonde pas. Vous pouvez le manger avec sa « sauce », du sel mélangé à du poivre en quantité égales. C’est délicieux ! »

 « L’élevage de rennes est courant chez les habitants, en particulier les Nenets, un petit groupe ethnique nordique. Pour eux, les rennes représentent de la nourriture, un moyen de transport et des vêtements ».

« Le gouvernement a des programmes spéciaux pour sauver cette activité traditionnelle, les Nenets reçoivent des appartements et des déneigeuses. Et il y a une grande fête à la fin du mois de mars : le jour des éleveurs de rennes ».

Il est possible de se rendre à Salekhard en avion depuis Novy-Ourengoï, qui possède une connexion directe à Moscou. Cependant, le service aérien n’est pas régulier. En hiver, vous pouvez prendre une voiture sur la route de glace, mais en été il n’y a pas de route. On peut aussi se rendre à Salekhard en train, mais uniquement par la voie ferrée Tioumen-Kirov. À Kirov, les voyageurs doivent changer de train pour atteindre la ville de Labytnangi, puis prendre le ferry ou la route de glace, selon la saison.

« En plus, tous les habitants ont l’air 10 ans plus jeunes que leur âge. Ils sont toujours prêts à aider les touristes, ils sont très gentils avec eux, ils vous disent où aller, que faire, et n’essaient pas de vous rouler ».

En décembre 1978, le mercure y est tombé jusqu’à un froid record de -53°C. Qui voudrait y vivre ? La population a augmenté de 50% depuis 1992 alors que les ouvriers affluent en ville pour travailler sur des gisements gaziers ou des projets de construction. La pêche reste l’activité principale de l’économie locale, et la ville prévoit d’ouvrir un Centre du tourisme arctique. Sa population en 2015 est de 48 300 habitants.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.