Une nouvelle création de l’architecte Zaha Hadid ouvre ses portes à Moscou

La Tour Dominion est restée en construction pendant plus de dix ans.

La Tour Dominion, le nouveau projet russe du célèbre architecte britannique Zaha Hadid, a ouvert ses portes au sud-est de Moscou. Il s’agit de la seconde création russe de Hadid après une luxueuse résidence privée construite en 2012 pour l’oligarque russe Vladislav Doronine dans les environs de Moscou.

L’idée de cet immeuble de bureau fantaisiste est née en 2004. Il a fallu plus de dix ans au constructeur russe DominionM pour donner vie à ce complexe de bureaux innovants qui « ne deviendrait jamais obsolète ».

La construction a démarré en 2007, mais fut interrompue dès le démarrage par la crise économique mondiale. Elle ne reprit qu’en 2011. Le coût total de la construction s’élève à 36,5 millions de dollars.

Le concept de Hadid était de créer un bâtiment constitué d’une série de plans empilés verticalement et décalés à chaque niveau. Il a été totalement respecté : le niveau le plus décalé, le cinquième étage, a une section protubérante de huit mètres de long sans support.

Le style architectural de Hadid s’apprécie tant à l’extérieur qu’à l’intérieur du bâtiment, avec les éléments courbes connectés entre eux de la façade, la forme complexe des escaliers et les gracieuses formes ondoyantes des meubles de l’atrium.

L’atrium est l’élément central du bâtiment. Les lignes entrecroisées complexes des escaliers semblent perforer l’espace noir et blanc minimaliste.

Le bâtiment est principalement compose de matériaux produits en Russie. Les panneaux composites en Aluvobond, produits en Allemagne, font figure de rare exception. Ils ont été utilisés sur la façade.

Les balustrades des cages d’escalier et des balcons de l’atrium sont faits en béton fibré. Plus léger que le béton ordinaire, il rend possible les éléments asymétriques complexes qu’affectionne tant Zaha Hadid.

La Tour Dominion est déjà un succès architectural et fait l’objet d’encore plus d’attention médiatique que les gratte-ciels ultramodernes du projet Moscow City.

Bien que le bâtiment soit innovant, il est entouré d’architecture des ères stalinienne et khrouchtchevienne. Ce contraste faisait partie du concept de la tour.

La rue dans laquelle se trouve la Tour Dominion est appelée Sharikopodshipnikovskaya Ulitsa. Ce nom imprononçable pour les non-russophones signifie littéralement « Rue des roulements à bille ».

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies