Un compte Instagram russe plein d'humanité

Le photographe russe Dmitri Markov a gagné la bourse Getty Images Instagram Grant

Aujourd’hui, Getty Images en collaboration avec Instagram a annoncé les gagnants de la bourse Getty Images Instagram Grant, un programme de bourse inaugural créé pour récompenser les photographes qui documentent les histoires des communautés sous-représentées à travers le monde au moyen d'Instagram.

Les trois boursiers ont été sélectionnés parmi plus de 1 200 publications de photographes venus de 109 pays, sur la base de leurs œuvres sur Instagram.

Leur travail a été évalué par un panel d’experts reconnus de la photographie, dont le membre de National Geographic Photography David Guttenfelder, la directrice de la photographie et de l’entreprise visuelle chez TIME Kira Pollack et le cofondateur de @EverydayIran Ramin Talaie.

Leur attention était concentrée sur la qualité des images, la technique photographique, ainsi que sur la capacité des candidats à raconter une histoire.

Les gagnants de cette bourse inaugurale sont le Bangladais Ismail Ferdous, la Brésilienne Adriana Zehbrauskas et le Russe Dmitri Markov.

Dmitri Markov (@dcim.ru) vit dans la ville de Pskov, au nord-ouest de la Russie, où il travaille avec des enfants handicapés et fait du bénévolat dans les organisations qui fournissent des services de soutien aux orphelins.

Dima décrit sa propre enfance comme n’ayant pas de direction précise jusqu’à ce qu’il découvre sa passion pour le journalisme à l’âge de seize ans. Aujourd’hui, en tant que photographe professionnel, Dima se consacre à la description des thèmes sociaux qui lui sont chers.

Son compte Instagram présente des portraits intenses de personnes qu’il croise tous les jours dans les endroits publics comme les gares et les marchés.

En partageant son travail sur Instagram, Dmitri espère mettre en lumière le sort des enfants orphelins et encourager la société à « regarder les problèmes de ces enfants d’un œil plus humain ».

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.