Le monde des contes de fées russes revisité

Margarita Kareva est une photographe d'Ekaterinbourg (à 1667 km à l'Est de Moscou) qui crée un style fantaisiste unique pour ses photos de mode.

Les vêtements réels se marient avec un décor féérique créé à l'aide d'un montage photo.

Le résultat est un ensemble de portraits incroyablement réalistes de légendes et de contes de fées russes.

Margarita utilise les schémas et objets traditionnels russes dans son travail, incluant même des ours.

Dans l'univers féérique de Margarita, vous pouvez trouver des fôrets noires, des ours polaires, des fleurs fantaisistes au milieu de l'hiver russe enneigé et, bien sûr, les héroïnes de conte de fées personnalisées grâce à de magnifiques jeunes femmes.

Dans l'ancienne Russie, les femmes ne portaient pas de chapeaux, ceux-ci étant réservés aux hommes. Les femmes avaient leurs propres coupes de cheveu qui étaient à la fois plus élégantes et plus confortables, les kokochniks. Elles étaient faites de matières nobles – soie, velours ou brocart – et étaient décorées de perles, de dentelles et de gemmes, brodées de fil d'or.

Les vêtements d'extérieur faits de fourrure étaient un élément essentiel de la garde-robe.

Dans l'univers féérique de Margarita, vous pouvez trouver des fôrets noires, des ours polaires, des fleurs fantaisistes au milieu de l'hiver russe enneigé et, bien sûr, les héroïnes de conte de fées personnalisées grâce à de magnifiques jeunes femmes.

Dans l'ancienne Russie, les femmes ne portaient pas de chapeaux, ceux-ci étant réservés aux hommes. Les femmes avaient leurs propres coupes de cheveu qui étaient à la fois plus élégantes et plus confortables, les kokochniks. Elles étaient faites de matières nobles – soie, velours ou brocart – et étaient décorées de perles, de dentelles et de gemmes, brodées de fil d'or.

Les vêtements d'extérieur faits de fourrure étaient un élément essentiel de la garde-robe.

Une autre option était la dokha, un manteau fait de cuir de veau ou de poulain et couvert de fourrure à l'extérieur. Il y avait aussi les tulups, des manteaux de laine de mouton ou de fourrure de lapin longs et amples avec une grosse écharpe de fourrure.

Historiquement, les habits traditionnels sont tombés en disgrâce et en désuétude au XVIIe siècle. Cela est dû à un arrêté du Tsar Pierre le Grand (1672-1725).

La loi imposait à la noblesse d'adopter le style vestimentaire européen, puis, graduellement, le peuple s'est détourné des habits traditionnels russes.

L'intérêt pour le costume traditionnel russe s'est ravivé avec la "Saison russe" de Diaghilev en France et a été intensifié par la collection "A la russe" du créateur de haute couture Paul Poiret.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.